Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Aratius

vendredi 26 février 2016

Aratius

Commandant militaire du 6ème siècle

Il servit d’abord l’Empire sassanide, puis fait défection à l’Empire byzantin. Il est principalement connu pour ses activités dans la guerre ibérique [1] et de la Guerre Gothique [2]. Il a finalement été tué dans une embuscade.

Selon Chorikios de Gaza et Procope de Césarée, Aratius était originaire de l’Arménie perse. Il était le frère de Isaacius (Isaac) et Narsès. Son frère ne doit pas être confondu avec le célèbre général Narsès.

Chorikios de Gaza décrit Aratius comme provenant d’une bonne famille. Les historiens modernes suggèrent qu’ils pourraient faire partie de la famille Kamsarakan.

Aratius et Narsès sont mentionnées en 527 alors qu’ils se battaient pour l’ empire sassanide lors de la guerre ibérique de 526 à 532. Ils réussirent à remporter une victoire sur les commandants byzantins Bélisaire et Sittas.

Ils étaient tous deux jeunes et devinrent gardes du corps du général Justinien, qui plus tard partagea l’empire avec son oncle Justin 1er. Mais quand une deuxième incursion avait été faite par les Romains en Arménie, Narsès et Aratius les affrontèrent de façon inattendue. Peu de temps après ils rejoignirent les Romains comme déserteurs, et participèrent à l’expédition en Italie avec Bélisaire.

En 530, Aratius et son frère Narsès déserte l’armée de l’Empire byzantin. Ils furent accueillis et récompensés par l’eunuque Narsès, un compagnon des Perses arménien et il leur remis une importante somme d’argent.

535/536, Aratius et Dux Palestinae [3]. Il doit mettre fin à une révolte des dissidents religieux dans les environs de Césarée. Il était alors censé pouvoir le faire sans recourir à la force. Par la suite, comme stratège [4] il est responsables de la capture d’une forteresse ennemie, qui était considéré comme imprenable.

Selon Procope en 538 Aratius fut envoyé à la guerre gothique dans la péninsule italienne, menant un groupe de renforts pour Bélisaire. Bélisaire lui demanda d’établir son camp près de Auximum [5] avec 1000 hommes. La ville était un bastion des Ostrogoths [6] et la mission de Aratius était de veiller sur leurs activités.

Aratius passa l’hiver de 538 à 539 à Firmum [7] et continua sa surveillance à proximité de Auximum. Il pris part au siège de Auximum en 539. Lui et son frère Narsès menant une force d’Arméniens pendant le siège. En 540, Aratius et son frère Narsès tomba en disgrâce auprès de Bélisaire et fut envoyer loin de Ravenne.

Bélisaire et l’eunuque Narsès rivalisaient à l’époque. Bélisaire, qui a choisi Ravenne pour son siège, le soupçonnait de servir son rival. Bélisaire fut bientôt rappelé d’Italie. Aratius a vraisemblablement continué la lutte, mais ses activités au cours de la décennie suivante sont pour la plupart non enregistrée.

En 549. Aratius, fut chargé de diriger une force de 10 000 cavalier. Ils devaient aider les Lombards [8] dans leur conflit avec les Gépides [9]. Cette campagne fut de courte durée, car les deux adversaires conclurent un traité de paix, ce qui rendit la présence des forces byzantines inutile.

Au début de 551, Aratius était l’un des commandants militaires envoyés pour faire face aux Slaves du Sud qui pillaient les Balkans. Les forces byzantines subirent une défaite majeure dans les environs de Andrinople [10]. Mais plus tard ils remportèrent une victoire.

Plus tard dans l’année, Aratius est de nouveau mentionné comme stratège. Les Huns avaient envahi les territoires byzantins, agissant pour les Gepides. Justinien 1er envoya Aratius pour négocier leur retraite.

En 552, de nouveau Aratius fut envoyé au secours des Lombards contre les Gépides. Mais il fut bientôt rappelé par l’empereur. Les conflits religieux avaient éclaté dans Ulpiana [11] et il était nécessaire de rétablir l’ordre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Aratius/ Traduit par mes soins

Notes

[1] La guerre ibérique eu lieu de 526 à 532 entre l’Empire romain d’Orient et l’Empire sassanide dans l’est de la Georgie dans le royaume de Ibérie.

[2] La guerre des Goths est un conflit qui opposa les Byzantins et les Ostrogoths en Italie entre 535 et 553. Cette guerre intervient à la suite de la décision de Justinien 1er en 535 de reconquérir les provinces romaines occidentales perdues à la fin du siècle précédent lors de leur conquête par les Hérules d’Odoacre puis les Ostrogoths de Théodoric le Grand.

[3] Le Dux de Palestine était le commandant des troupes des limes orientales, dans le diocèse de l’Est de la Palestine. Son supérieur immédiat était le magister militum par Orientem.

[4] général

[5] Osimo, ancienne Vetus Auximum, est une ville italienne située dans la province d’Ancône, dans la région des Marches, en Italie centrale.

[6] Les Ostrogoths sont une confédération à dominante germanique qui apparaît dans l’Antiquité et poursuit son évolution jusqu’à l’Antiquité tardive. Ils font partie des Goths et apparaissent dans les bassins de la Vistule, puis du Dniepr et du Boug méridional d’où ils sont évincés par les Huns, avant de ravager les Balkans pour finalement conquérir l’Italie sous le règne de Théodoric le Grand. Une petite minorité reste en Crimée.

[7] Fermo est une ville italienne, chef-lieu de la province de Fermo, dans la région Marches, en Italie centrale. La ville de Fermo est située sur les pentes du mont Sabulo (altitude 319 m). La cité, dominée par la tour de la cathédrale dédiée à "Santa Maria Assunta" (Notre Dame de l’Assomption), est à 6 km de Porto San Giorgio, 68 km de Ascoli Piceno et 67 km d’Ancône.

[8] Les Lombards étaient un peuple germanique venu de la Baltique, appartenant plus précisément au groupe des Germains de l’Elbe mais originaire de Scandinavie méridionale selon leur propre tradition orale rapportée par leur historien Paul Diacre à la fin du 8ème siècle. Ce peuple, sous la conduite de leur roi Alboïn, envahit l’Italie à partir du début de l’an 568.

[9] Les Gépides sont un peuple germanique du rameau ostique, proche des Goths, qui était installé en basse Vistule, puis au centre de l’Europe, notamment dans le bassin des Carpates (269/670) durant le Haut Moyen Âge.

[10] Edirne (autrefois Andrinople ou Adrianople) est la préfecture de la province turque du même nom, limitrophe de la Bulgarie et de la Grèce. Elle est traversée par la Maritsa. Edirne, à cause de sa situation de point de passage, fut le théâtre de nombreux affrontements militaires.

[11] Ulpiana est l’ancien nom de la capitale de la province de Dardanie (Kosovo actuel) dans les Balkans, peuplée par des Illyriens et des Thraces.