Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Saint Germain de Paris ou Germain d’Autun

Saint Germain de Paris ou Germain d’Autun

vendredi 30 juin 2017 (Date de rédaction antérieure : 9 septembre 2011).

Saint Germain de Paris ou Germain d’Autun (vers 496-576)

Saint Germain de Paris ou Germain d'Autun Né près d’Autun [1], il étudia à Avallon [2] et aussi à Luzy [3], avec son cousin Scapilion.

Ordonné prêtre à 34 ans par Saint Agrippinus, évêque d’Autun, il devint abbé de la proche abbaye de Saint-Symphorien [4].

Alors qu’il se trouvait à Paris en 555, l’évêque Eusèbe mourût. Le roi Childebert garda Germain près de lui, et avec le consentement unanime du peuple et du clergé, il fut consacré pour le siège devenu vacant.

Dans son nouvel état, l’évêque continua à pratiquer les vertus et austérités de sa vie monastique, et travailla avec ardeur pour réduire les maux causés par les incessantes guerres et la débauche des nobles. Il participa aux 3ème et 4ème Conciles de Paris en 556 et 573 et aussi au 2ème Concile de Tours le 18 novembre 567.

Il persuada le roi d’éradiquer les pratiques païennes qui existaient encore en Gaule et d’interdire les débordements qui accompagnaient encore la célébration de la plupart des fêtes Chrétiennes.

Le 13 décembre 558, l’église Saint-Vincent fut achevée et consacrée par Germain, le jour même où le roi Childebert mourrait. Un monastère fut élevé à proximité de l’église. Caribert devint roi de Paris. Germain fut obligé de l’excommunier pour immoralité en 568.

Caribert mourut vers 570. Paris tomba entre les mains du roi Sigebert. Germain écrivit à la reine Brunehaut une lettre, lui demandant d’user de son influence pour empêcher la poursuite de la guerre. Germain mourut l’année suivante, sans avoir vu la paix rétablie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Germain de Paris/ Portail du Morvan/ Évêque de Paris

Notes

[1] Autun est une commune française du département de Saône-et-Loire. Fondée par les Romains comme Augustodunum, sœur et émule de Rome au début du règne de l’empereur Auguste, capitale gallo-romaine des Éduens en remplacement de Bibracte, évêché dès l’Antiquité, Autun a été jusqu’à la fin du 15ème siècle une cité prospère et un centre culturel influent, en dépit des pillages et des invasions.

[2] Avallon est une commune française située dans le sud du département de l’Yonne. Le site est déjà occupé avant l’époque romaine. La présence d’un oppidum du peuple gaulois des Éduens en offre le témoignage. Il semble que la ville dépendait de la province d’Autun. Le Morvan avallonnais a dû jouer un rôle attractif pour les riches familles gallo-romaines venues d’Autun avec ses sources nombreuses et ses immenses forêts. La ville étant facilement accessible grâce à la via Agrippa construite pour relier Lyon à Boulogne-sur-Mer. À cette époque la ville comporte un temple, un tribunal et un théâtre.

[3] Luzy est une commune française située dans le département de la Nièvre. En 936, les territoires de Luzy (Luzacum) sont donnés à la paroisse Saint-Nazaire d’Autun. Cependant, peu après l’an mil, Luzy redevient indépendant et appartient à la famille de Semur.

[4] L’Abbaye Saint-Symphorien d’Autun est une abbaye de moines bénédictins située hors des murs d’Autun en Bourgogne. Elle a été érigée par Euphrône d’Autun au 5ème siècle (attestée en 452), et rattachée à l’Abbaye de Saint-Martin d’Autun en 910, et qui devient par la suite un prieuré.