Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Dagisthée

mercredi 9 décembre 2020, par ljallamion

Dagisthée

Général byzantin actif sous Justinien, au 6ème siècle

Le royaume de Lazique avec la ville de Petra au sud.Il apparaît dans les sources en 548, quand il est nommé maître des milices [1] d’Arménie dans le cadre de la guerre lazique [2]. Le royaume de Lazique [3] fait alors l’objet d’une lutte d’influence entre l’Empire byzantin [4], dont il est un protectorat, et les Sassanides [5] dirigés par Khosro 1er.

Dans les années 540, la rivalité entre les 2 empires se focalise sur cette région. Quand Dagisthée arrive, il doit soutenir Gubazès II , le roi de Lazique, qui a renoncé à son alliance avec les Perses pour revenir dans le giron byzantin. Le général commande une force de 8 000 hommes pour défendre le territoire face à la pression sassanide.

Procope de Césarée est particulièrement sévère à son égard. Il estime qu’il est tout à fait incapable de mener une guerre contre les Perses. Il tente d’abord de faire le siège de Pétra [6] durant 4 mois, sans réussite alors que la cité n’est défendue que par 1 500 hommes. Toujours selon Procope, il croit tellement en sa victoire qu’il envoie une lettre à l’empereur dans laquelle il lui fait part de ce qu’il mériterait comme récompense.

Toutefois, face à l’arrivée de l’armée perse de Mihr-Mihroe, comprenant 30 000 hommes, il doit se replier car il a pris un soin insuffisant à garder les cols entre l’Ibérie [7] et la Lazique, seulement surveillés par une centaine d’hommes. Pour autant, le général perse ne tarde pas à repartir après avoir sécurisé Petra, et Dagisthée, associé à Gubazès, s’impose face aux 5 000 Perses, commandés par Fariburz et laissés en arrière-garde dans la région.

De nouveau, il remporte un succès sur les bords de l’Hippis sans parvenir à empêcher l’approvisionnement de la forteresse de Petra. Du fait de son incapacité à prendre ce bastion, il est remplacé par Bessas et arrêté car il est soupçonné d’avoir collaboré avec l’ennemi, apparemment à la suite d’une accusation par les Laziques.

Vers 551, les charges contre Dagisthée sont abandonnées et il est libéré, puis envoyé combattre les Ostrogoths [8] en Italie, sous le commandement de Narsès. Il est l’un des généraux de l’aile droite de l’armée byzantine au cours de la bataille de Taginae [9], qui débouche sur la défaite des Goths [10] et la mort de Totila. Il joue ensuite un rôle important dans la reprise de Rome, Procope notant que si Bessas a perdu Rome et repris Petra, Dagisthée n’a pas réussi à prendre Petra mais s’est emparé de Rome

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Pierre Maraval, Justinien, Le rêve d’un empire chrétien universel, Paris, Tallandier, 2016 (ISBN 9791021016422)

Notes

[1] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ». À l’origine, on distinguait le magister peditum ou commandant de l’infanterie et le magister equitum ou commandant de la cavalerie. Les deux fonctions furent à l’occasion réunies et leur titulaire prit le titre de magister utriusque militiae. Le commandant des corps demeurant à la disposition de l’empereur près de la capitale fut appelé magister militum praesentales. En Orient, la fonction cessa d’exister avec la création des thèmes où le gouverneur (strategos), cumula les fonctions militaires et civiles.

[2] La guerre lazique aussi appelée Grande Guerre d’Egris idi Omi ou Guerre colchique dans l’historiographie de la Géorgie), opposa les empires byzantin et sassanide pour le contrôle de la région de la Lazique (ou Egrisi) correspondant actuellement à l’ouest de la Géorgie. La guerre lazique dura une vingtaine d’années entre 541 et 562, ponctuées par des retournements de situation, pour finalement s’achever sur une victoire byzantine. La guerre lazique a été racontée en détail dans les ouvrages de Procope de Césarée et Agathias le Scolastique.

[3] Le royaume de Lazique, souvent simplifié en Lazique, ou encore Egrisi, est un ancien royaume situé dans l’ouest de la Géorgie entre le 1er siècle av. jc et le 7ème siècle. Il est situé sur une large partie de l’ancien royaume de Colchide, dont il est souvent désigné comme successeur après son intégration dans l’Empire romain. Durant une large partie de son existence, la Lazique était un protectorat de l’Empire byzantin.

[4] L’Empire byzantin ou Empire romain d’Orient désigne l’État apparu vers le 4ème siècle dans la partie orientale de l’Empire romain, au moment où celui-ci se divise progressivement en deux. L’Empire byzantin se caractérise par sa longévité. Il puise ses origines dans la fondation même de Rome, et la datation de ses débuts change selon les critères choisis par chaque historien. La fondation de Constantinople, sa capitale, par Constantin 1er en 330, autant que la division d’un Empire romain de plus en plus difficile à gouverner et qui devient définitive en 395, sont parfois citées. Quoi qu’il en soit, plus dynamique qu’un monde romain occidental brisé par les invasions barbares, l’Empire d’Orient s’affirme progressivement comme une construction politique originale. Indubitablement romain, cet Empire est aussi chrétien et de langue principalement grecque. À la frontière entre l’Orient et l’Occident, mêlant des éléments provenant directement de l’Antiquité avec des aspects innovants dans un Moyen Âge parfois décrit comme grec, il devient le siège d’une culture originale qui déborde bien au-delà de ses frontières, lesquelles sont constamment assaillies par des peuples nouveaux. Tenant d’un universalisme romain, il parvient à s’étendre sous Justinien (empereur de 527 à 565), retrouvant une partie des antiques frontières impériales, avant de connaître une profonde rétractation. C’est à partir du 7ème siècle que de profonds bouleversements frappent l’Empire byzantin. Contraint de s’adapter à un monde nouveau dans lequel son autorité universelle est contestée, il rénove ses structures et parvient, au terme d’une crise iconoclaste, à connaître une nouvelle vague d’expansion qui atteint son apogée sous Basile II (qui règne de 976 à 1025). Les guerres civiles autant que l’apparition de nouvelles menaces forcent l’Empire à se transformer à nouveau sous l’impulsion des Comnènes avant d’être disloqué par la quatrième croisade lorsque les croisés s’emparent de Constantinople en 1204. S’il renaît en 1261, c’est sous une forme affaiblie qui ne peut résister aux envahisseurs ottomans et à la concurrence économique des républiques italiennes (Gênes et Venise). La chute de Constantinople en 1453 marque sa fin.

[5] Les Sassanides règnent sur le Grand Iran de 224 jusqu’à l’invasion musulmane des Arabes en 651. Cette période constitue un âge d’or pour la région, tant sur le plan artistique que politique et religieux. Avec l’Empire romano byzantin, cet empire a été l’une des grandes puissances en Asie occidentale pendant plus de quatre cents ans. Fondée par Ardashir (Ardéchir), qui met en déroute Artaban V, le dernier roi parthe (arsacide), elle prend fin lors de la défaite du dernier roi des rois (empereur) Yazdgard III. Ce dernier, après quatorze ans de lutte, ne parvient pas à enrayer la progression du califat arabe, le premier des empires islamiques. Le territoire de l’Empire sassanide englobe alors la totalité de l’Iran actuel, l’Irak, l’Arménie d’aujourd’hui ainsi que le Caucase sud (Transcaucasie), y compris le Daghestan du sud, l’Asie centrale du sud-ouest, l’Afghanistan occidental, des fragments de la Turquie (Anatolie) et de la Syrie d’aujourd’hui, une partie de la côte de la péninsule arabe, la région du golfe persique et des fragments du Pakistan occidental. Les Sassanides appelaient leur empire Eranshahr, « l’Empire iranien », ou Empire des Aryens.

[6] Pétra, est une ancienne cité cananéenne de l’actuelle Jordanie située dans le Wadi Rum. Créée dans l’Antiquité vers la fin du 8ème siècle av. jc par les Édomites, elle est ensuite occupée vers le 6ème siècle av. jc par les Nabatéens qui la font prospérer grâce à sa position sur la route des caravanes transportant l’encens, les épices et d’autres produits précieux entre l’Égypte, la Syrie, l’Arabie du Sud et la Méditerranée.

[7] L’Ibérie, aussi connue sous le nom d’Ivérie, est le nom donné par les Grecs et les Romains à l’ancien royaume de Karthlie et correspondant approximativement aux parties méridionale et orientale de l’actuelle République de Géorgie. Les Ibères du Caucase forment une base pour le futur État géorgien et, en même temps que les Colches de Colchide, le noyau de la population géorgienne actuelle. La région n’était, jadis, habitée que par quelques tribus qui faisaient partie du peuple appelé « Ibères ».

[8] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique venu des confins de la Baltique et établi au 4ème siècle en Ukraine et en Russie méridionale, au nord de la mer Noire, l’autre fraction étant celle des Wisigoths. Ils jouèrent un rôle considérable dans les événements de la fin de l’Empire romain.

[9] La bataille de Taginae se déroula en juillet 552 près de Gualdo Tadino. Les forces de l’empire byzantin, commandées par Narsès, y furent victorieuses des Ostrogoths, pavant la voie pour une reconquête romaine de la péninsule italienne. Pendant plusieurs années, Justinien a essayé de soumettre les Ostrogoths lors de plusieurs campagnes en Italie. Malgré plusieurs victoires, à chaque fois, les Goths se sont repris. Justinien décide donc en 550 de lever une armée de 22 000 hommes sous le commandement du général Narsès. Après 2 ans de préparation, cette armée gagne Ravenne, restée romaine, et se dirige vers Rome.

[10] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.