Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alessandro Ignazio Marcello

mardi 22 février 2022, par ljallamion

Alessandro Ignazio Marcello (1684-1750)

Écrivain-Philosophe-Compositeur et mathématicien italien

Né à Venise [1], issu d’une famille de la noblesse vénitienne, mais à l’inverse de son frère Benedetto Giacomo Marcello , Alessandro ne prit aucune part dans les affaires administratives ou politiques de la cité des Doges [2]. Excellent violoniste, écrivain raffiné, peintre mathématicien et compositeur, il vécut et mourut dans sa ville natale ; sa maison fut le lieu de rendez-vous de tout ce que le nord de l’Italie comptait de musiciens, d’artistes, de savants et de lettrés.

La tradition du violon, à Venise, ne concerne pas seulement les professionnels de la musique ou l’aristocratie. Cet instrument est pratiqué partout chez les gondoliers, les commerçants ou les politiciens.

Alessandro a attendu longtemps avant de prendre place dans l’histoire de la musique au côté de son frère Benedetto. Celui-ci doit une partie non négligeable de sa gloire à un concerto pour hautbois, cordes et basse continue en ré mineur [3] qui fut, avec les concertos de Vivaldi, l’un des modèles de Jean-Sébastien Bach dans son travail d’assimilation du style italien par le moyen de transcription pour orgue qui a été transcrit par Jean-Sébastien Bach en un concerto pour clavecin

Il compose plusieurs recueils de concertos de soliste, parmi lesquels six furent rassemblés sous le titre de “La Cetra” ainsi que quelques cantates [4]. Il publie ses œuvres sous le pseudonyme de Eterio Stinfalico qu’il utilisait à l’académie de l’Arcadie [5].

Mais on a découvert récemment que ce concerto tant estimé par le maître allemand était en réalité une œuvre d’Alessandro, publiée par ailleurs sous son prénom à Amsterdam en 1718, chez Jeanne Roger, dans un recueil de Concert signés par divers auteurs, dont Vivaldi et Albinoni.

L’admission à l’académie de l’Arcadie, un cercle d’intellectuels réunis à Rome autour de la reine Christine de Suède, celle qui avait protégé Descartes en son temps, était un honneur assez recherché du fait du prestige immense de cette institution.

On y défendait une conception très élitiste de l’art ; et c’est pourquoi on comptait parmi ses membres, écrivains, poètes ou musiciens professionnels. Tel était le cas d’Alessandro Marcello ou de son frère Benedetto, qui prit le pseudonyme de Driante Sacreo. Pour l’un et l’autre, les membres de l’aristocratie vénitienne, cette consécration romaine représentait l’épanouissement d’une longue tradition familiale d’éducation et de culture qui leur avait été transmise par leur père, Agostino, lui aussi excellent violoniste.

Les Douze Cantates d’Eterico Stinfalico ont été publiées à Venise en 1708 et dédiées à la princesse Pauline Borghèse ou Pauline Bonaparte . Il s’agit d’un ensemble poétique et musical tout à fait caractéristique de l’Arcadie, où on éleva la cantate au rang de genre majeur de l’art musical baroque. A l’inverse d’Alessandro Scarlatti, qui écrivit des cantates comme son fils des sonates de clavecin, Marcello se limita à 12 pièces ; cet ensemble résume les différentes architectures admises comme nobles et accorde une large place à l’écriture vocale de type improvisé, destinée à souligner l’intérêt poétique du texte.

Quant à la musique instrumentale d’Alessandro Marcello, elle est tout aussi limitée et concentrée que ses Cantates. Elle consiste en deux recueils parus en Allemagne, sous la signature d’Eterico Stinfalico : 12 sonates pour violon seul et six concertos pour deux flûtes ou hautbois, basson, cordes et basse continue intitulés La Certa [6].

La sévérité du musicien vénitien s’épanouit dans ces deux recueils, qui prennent place, aux côtés des sonates de Corelli et des concertos de Vivaldi, parmi les œuvres majeures du baroque musical italien.

Alessandro Ignazio Marcello - Oboe Concerto In D Minor Movement 2 Adagio

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Eleanor Selfridge-Field : The music of Benedetto and Alessandro Marcello. A thematic catalogue, with commentary on the composers, repertory and sources. Clarendon Press, Oxford 1990, (ISBN 0-19-316126-5)

Notes

[1] Venise est une ville portuaire du nord-est de l’Italie, sur les rives de la mer Adriatique. Elle s’étend sur un ensemble de 121 petites îles séparées par un réseau de canaux et reliées par 435 ponts. Située au large de la lagune vénète, entre les estuaires du Pô et du Piave, Venise est renommée pour cette particularité, ainsi que pour son architecture et son patrimoine culturel

[2] Le doge de Venise était le magistrat en chef et le dirigeant de la république de Venise entre 726 et 1797. Les doges étaient élus à vie par l’aristocratie de la cité-État. Il incarne de manière symbolique le bon fonctionnement de l’État.

[3] Le Concerto pour hautbois et cordes en ré mineur d’Alessandro Marcello fut composé au début des années 1700 (probablement 1708) et devint l’une de ses œuvres les plus connues grâce à la transcription pour clavecin seul également en ré mineur (Concerto BWV 974) de Jean-Sébastien Bach. C’est aussi l’un des concertos pour hautbois les plus joués. Dans le passé, et encore aujourd’hui, il a été attribué par erreur à son frère Benedetto Marcello et à Antonio Vivaldi.

[4] Une cantate est une composition vocale et instrumentale qui comporte plusieurs morceaux. Elle porte généralement sur un thème qui peut être profane (cantata da camera) ou sacré (cantata da chiesa), mais à la différence de l’opéra, elle ne comporte aucun aspect théâtral ni dramatique.

[5] L’Académie d’Arcadie ou Académie des Arcades de Rome, l’Accademia dell’Arcadia en italien, fut fondée à Rome le 5 octobre 1690 par des poètes qui avaient appartenu à l’entourage de la reine Christine de Suède.

[6] " la Cithare" ; titre déjà utilisé par Vivaldi pour son recueil op. 9 de 1728