Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

René Descartes

mardi 26 novembre 2019 (Date de rédaction antérieure : 4 novembre 2012).

René Descartes (1596-1650)

Philosophe, mathématicien

Né à La Haye en Touraine [1], dans une famille de petite noblesse. Après des études chez les jésuites [2], au Collège Henri-IV de La Flèche [3] de 1606 à 1614, où il apprend le latin, l’éloquence, la philosophie, la morale et la logique, l’histoire, les mathématiques et la physique selon Aristote, et où il se lia avec Mersenne.

Il passe sa licence en droit en novembre 1616. Diplômé en droit de l’Université de Poitiers [4] il étudia les mathématiques à Paris sous la direction de Claude Mydorge et de Mersenne.

En dépit du succès de ses études, il s’engage en 1617 dans l’armée du prince d’Orange Maurice de Nassau, en garnison à Breda en Hollande [5], de novembre 1618 à novembre 1619. Isaac Beeckman traduit à Descartes l’énoncé d’un problème de mathématiques placardé sur les murs de Breda en novembre 1618.

Aussitôt Descartes lui en donne la solution. Leur amitié devient indéfectible. A son intention, il rédige en janvier 1619 un Petit Traité d’acoustique et d’harmonie. Mais c’est dans la nuit du 9 au 10 novembre 1619 que trois rêves révèlent à Descartes sa vocation. Au printemps 1620 il reprend ses voyages. C’est la Bohême [6] puis la Frise [7]. S’il s’arrête à Paris près d’un an, en 1622-1623, il repart pour l’Italie.

Il s’établit en Hollande en 1628, non seulement sa formation est terminée mais déjà ses travaux sont avancés. Il a découvert la loi des sinus, trouvé des solutions à la duplication du cube comme à celle de la trisection de l’angle. Il fait des expériences d’optique. Sa vie mondaine n’exclut pas des entretiens avec Guez de Balzac, avec le métaphysicien guillaume Gibieuf ou avec le cardinal de Bérulle. Il compose les Règles pour la direction de l’esprit et choisit de quitter la France et retourne auprès de son ami Beeckman en Hollande, pays protestant, et changera fréquemment de domicile pour préserver sa paix.

Il ébauche un grand ouvrage de physique, “Traité du monde”, qu’il ne publie pas, et compose entre 1634 et 1637 “Dioptrique, Géométrie et Météores”. En juin l 637, il rédige pour tenir lieu de préface à ces textes “le Discours de la méthode”. Le texte, publié en français, passe inaperçu aux yeux de nombreux savants qui ne consentent à lire que le latin. Pour être lu, en 1641 il rédige “les Méditations métaphysiques en latin”. Celles-ci lui valent la notoriété et des accusations, entre autres celle de blasphème et en 1644, “les Principes de la philosophie”. Sa réputation est telle qu’au-delà des savants les princes qui se veulent mécènes se soucient de lui. La princesse Palatine Élisabeth de Bohême commence d’entretenir une correspondance avec lui, comme la reine Christine de Suède. Alors qu’il compose “le Traité des passions de l’âme”, celle-ci l’invite à Stockholm en 1649. A peine a-t-il achevé la rédaction de son traité qu’il part pour la Suède. Mais la reine lui demande des vers pour un livret de ballet, lui impose des leçons de philosophie qu’elle prend à 5 heures du matin.

Il meurt à Stockholm [8] le 11 février 1650, son corps fut ramené en France en 1667.

Esprit universel, novateur en tous les domaines, il a créé en mathématiques la méthode des coordonnées, après avoir introduit les notations actuelles de l’algèbre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de René Descartes 1596 1650/ herodote.net/synthese-243

Notes

[1] Descartes est une commune française du département d’Indre-et-Loire. Anciennement connue sous le nom de La Haye-en-Touraine, puis de La Haye-Descartes depuis la Révolution, elle prend son nom actuel en 1967 afin de rendre hommage à René Descartes, natif de la commune. Cette petite citée du Sud de la Touraine s’inscrit dans la vallée de la Creuse, qui marque la frontière avec le département de la Vienne

[2] La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique masculin dont les membres sont des clercs réguliers appelés « jésuites ». La Compagnie est fondée par Ignace de Loyola et les premiers compagnons en 1539 et approuvée en 1540 par le pape Paul III.

[3] Le collège Henri-IV était une institution d’enseignement jésuite sise à La Flèche, dans le département de la Sarthe. Fondé en 1603 par Henri IV, peu après le rappel en France par le roi de la Compagnie de Jésus, le collège prospère et atteint rapidement plus de 1 000 élèves qui suivent le programme d’études défini dans le Ratio Studiorum. Certains d’entre eux deviendront célèbres, tel les philosophes René Descartes et David Hume. Le collège est le premier internat ouvert par les jésuites.

[4] L’université de Poitiers est une des plus anciennes de France. Elle fut fondée en 1431 et voulue par le roi Charles VII pour récompenser la fidélité que lui avait toujours montrée le Poitou. Sa création tient donc aux circonstances de la guerre de Cent Ans, l’occupation de Paris par les Anglais ayant entraîné l’exil d’une partie de l’université de Paris. Le 29 mai 1431, une bulle du pape Eugène IV en autorisait la création, effective le 16 mars 1432 par lettres patentes du roi de France

[5] Bréda est une ville et commune néerlandaise située au sud du pays, dans le Brabant Septentrional, à la confluence de l’Aa et de la Mark. En 1565 a été signé à Bréda un Compromis qui est l’acte d’association des provinces insurgées contre les Espagnols. Durant la guerre de Quatre-Vingts Ans, Bréda a changé de mains plusieurs fois. En 1577, Guillaume d’Orange, baron de Bréda, et les hollandais reprirent en main la ville après un siège de deux mois et le paiement de leur solde aux soldats allemands au service du roi d’Espagne. En 1581, grâce à une complicité intérieure, les espagnols commandés par Claude de Berlaymont, pénétrèrent dans la ville et s’en emparèrent après une sévère bataille suivie d’une mise à sac. Le 4 mars 1590, une action audacieuse a permis aux troupes anglo-hollandaises de reprendre le contrôle de la cité. 70 soldats hollandais ont réussi à s’introduire dans la ville, cachés dans une embarcation et ont mis en fuite les 600 soldats de la garnison, capturant la ville sans subir une seule perte.

[6] La Bohême est une région historique d’Europe centrale, actuellement l’une des composantes de la République tchèque avec la Moravie et une petite fraction de la Silésie.

[7] La Frise occidentale est une région historique des Pays-Bas. Son étendue a varié au cours du temps. La région administrative actuelle de Frise-Occidentale est comprise dans cette région historique. On considère généralement qu’elle comprend les territoires protégés par la Westfriese Omringdijk (« digue circulaire de Frise occidentale »), soit le nord de la Hollande-Septentrionale. La partie occidentale de la province de Frise est parfois également incluse.], de l’embouchure de l’Escaut[[L’Escaut est un fleuve européen de 355 km de long, qui traverse trois pays (France, Belgique et Pays-Bas) et cinq régions, avant de se jeter en mer du Nord. Après la division de l’ancien royaume des Francs au traité de Verdun, l’Escaut a longtemps servi de frontière naturelle officielle entre le royaume de France et le Saint Empire romain germanique.

[8] Stockholm est la capitale et la plus grande ville de Suède. Elle est le siège du gouvernement et du parlement suédois ainsi que le lieu de résidence officiel du roi. Située au bord de la mer Baltique, la ville est construite en partie sur plusieurs îles, à l’embouchure du lac Mälar, ce qui lui a valu, à l’instar d’autres cités européennes, son surnom de « Venise du Nord » Au 17ème siècle, Stockholm devient une ville européenne d’envergure. Entre 1610 et 1680, sa population est multipliée par six. Ladugårdslandet, maintenant appelé Östermalm ainsi que l’île de Kungsholmen sont alors rattachés à la ville. En 1628, le Vasa coule dans Stockholm. Peu après, sont instaurées des règles qui donnent à celle ci un monopole sur les échanges entre les négociants étrangers et les territoires scandinaves. À cette époque, sont bâtis nombre de châteaux et de palais, dont la maison de la noblesse (riddarhuset) et au 18ème siècle le palais royal.