Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Isis

lundi 18 janvier 2021, par ljallamion

Isis

Reine mythique et déesse funéraire de l’Égypte antique

Le plus souvent, elle est représentée comme une jeune femme coiffée d’un trône ou, à la ressemblance d’ Hathor , d’une perruque surmontée par un disque solaire inséré entre deux cornes de vache.

Elle est la sœur et l’épouse du roi Osiris, un être généreux qui plaça son règne sous le signe de l’harmonie cosmique. Ce temps heureux prend subitement fin avec l’assassinat d’Osiris lors d’un complot organisé par son frère Seth , un dieu violent et jaloux.

Isis retrouve le corps d’Osiris et le cache dans les marécages de Chemnis [1]. Lors d’une partie de chasse, Seth trouve le cadavre et, fou de colère, le dépèce en plusieurs lambeaux.

Durant une longue quête Isis, secondée par Nephtys , Thot et Anubis , retrouve les membres disjoints et reconstitue le corps d’Osiris en le momifiant. Après avoir revivifié Osiris, Isis fait de lui le souverain éternel de la Douât [2]. Pour assurer sa protection, elle le place sous la garde attentive du dieu canin Anubis, son fils adoptif.

Isis sous la forme d’un oiseau rapace s’unit à la momie de son époux et conçoit le chétif Horus. Élevé dans les marais de Chemnis et fortifié par le lait maternel d’Isis, Horus parvient, non sans peines, à l’âge adulte.

Durant de nombreuses décennies Horus et Isis combattent Seth soutenu par assez peu disposé envers Horus. Après de nombreuses péripéties, Horus réussit à se faire reconnaître comme le successeur légitime de son père, devenant ainsi le modèle du pharaon idéal.

Le culte d’Isis apparaît à la fin de l’Ancien Empire aux alentours du 24ème siècle avant notre ère. D’abord cantonnée au domaine funéraire, Isis devient durant le 1er millénaire av. jc, une déesse très populaire à la puissance universelle.

La dévotion des pharaons ptolémaïques [3] dote la déesse Isis de 2 lieux de cultes grandioses ; l’Iséum [4] en Basse Égypte [5] et Philæ [6] en Nubie [7]. Entre la fin du 4ème siècle av. jc et la fin du 4ème siècle ap. jc, le culte d’Isis se répand à travers le bassin méditerranéen et un nombre important de sanctuaires lui sont élevés en Grèce et en Italie. En ces nouveaux lieux, s’opère un syncrétisme où les rites égyptiens voués à la déesse sont adaptés à la pensée religieuse gréco-romaine.

Face à la montée du christianisme, le culte d’Isis périclite puis disparaît au tournant des 5ème et 6ème siècles de notre ère.

En l’état actuel des connaissances, les premières mentions certaines de la déesse figurent dans les textes de la pyramide d’ Ounas , un roi de la 5ème dynastie décédé vers 2320 av. jc. À cette époque, le nom d’Isis est majoritairement écrit uniquement avec le symbole du trône sans aucun signe phonétique complémentaire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Isis/ Portail de la mythologie égyptienne/ Divinité égyptienne

Notes

[1] Bouto est une ville du delta du Nil, qui se situe dans le sixième nome de Basse Égypte, le nome Le taureau montagnard (ou taureau du désert), à environ 90 km à l’est d’Alexandrie. La ville est identifiée pour la première fois à l’actuel site de Tell el-Farâˁûn (ou Tell el-Farain, litt. La colline des Pharaons) par Sir William Matthew Flinders Petrie en 1886. Bouto est un site important de la Basse Égypte dont elle devient la capitale à la période pré et protodynastiques (4ème millénaire). À cette époque la ville est un des lieux saints les plus importants du delta.

[2] un monde paradisiaque peuplé d’esprits immortels

[3] La dynastie lagide ou ptolémaïque est une dynastie hellénistique issue du général macédonien Ptolémée, fils de Lagos (d’où l’appellation « lagide »). Cette dynastie règne sur l’Égypte de 323 à 30 avant notre ère. Les souverains lagides portent le titre de basileus (roi) et de pharaon.

[4] Le site de Behbeit el-Hagar, l’ancienne cité d’Iséum, entre Mansourah et Semenoûd, est certainement le champ de granit le plus spectaculaire de tout le delta du Nil avec son temple d’Isis.

[5] L’Égypte se définit essentiellement par rapport au Nil. La Basse Égypte est donc « basse » par référence au sens de l’écoulement du fleuve (du sud, plus haut, vers le nord, en aval) et donc à son altitude. Son relief est également peu accusé. C’est la partie la plus au nord de l’Égypte, depuis la Méditerranée, avec le delta du Nil, jusqu’à la région du Fayoum avec Le Caire.

[6] Philæ, aussi orthographiée Philae, est une île d’Égypte submergée dans les années 1970 par la hausse du niveau du lac de retenue de l’ancien barrage d’Assouan à la suite de la construction du haut barrage. Les temples et monuments édifiés sur l’île aux époques pharaoniques et gréco-romaines ont été déplacés sur l’île voisine d’Aguilkia, aussi appelée Philæ par commodité, notamment auprès des touristes.

[7] La Nubie est aujourd’hui une région du nord du Soudan et du sud de l’Égypte, longeant le Nil. Dans l’Antiquité, la Nubie était un royaume indépendant dont les habitants parlaient des dialectes apparentés aux langues couchitiques. Le birgid, un dialecte particulier, était parlé jusqu’au début des années 1970 au nord du Nyala au Soudan, dans le Darfour. L’ancien nubien était utilisé dans la plupart des textes religieux entre les 8ème et 9ème siècles.