Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Anaxarque d’Abdère

samedi 27 mai 2017

Anaxarque d’Abdère (vers 340 av. jc- ?)

Philosophe grec

Il aurait été formé par Diogène de Smyrne et fréquenta l’école de Démocrite, lequel était probablement lié à l’école pythagoricienne [1], par Philolaos de Crotone qui fut au moins un ami, sinon l’un de ses maîtres.

Né à Abdère [2] en Thrace [3]. Il fut maître de Pyrrhon, lui-même fondateur de l’école sceptique [4]. Il fut le compagnon et ami d’Alexandre le Grand lors de ses campagnes d’Asie. Il fit une édition des œuvres d’Homère spécialement pour celui-ci.

Diogène Laërce raconte que Nicocréon , le tyran de Chypre, le condamna à être pilé à mort dans un mortier, et qu’il endura cette torture avec force. Cette anecdote est aussi rapportée par Cicéron.

Il professait les théories de Démocrite, et croyait notamment en la pluralité des Mondes.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du livre de Michel Onfray, Les sagesses antiques, contre-histoire de la philosophie, tome I, Grasset (2006), ISBN 2-246-64791-6

Notes

[1] L’école pythagoricienne est une école philosophique de l’Antiquité fondée par Pythagore. Elle dure neuf ou dix générations. Les derniers pythagoriciens sont Xénophile de Chalcis, Phanton de Phlionte, Échécrate de Phlionte, Dioclès de Phlionte et Polymnastos.

[2] Abdère est une cité grecque de la Thrace antique, située près de l’embouchure du fleuve Nestos, en face de l’île de Thasos. Fondée en 656–654 avant notre ère, elle a été renommée Polystylon au 9ème siècle, à l’époque byzantine, avant d’être abandonnée à cause de l’envasement du port sous l’ère ottomane.

[3] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[4] Le scepticisme est au sens strict une doctrine selon laquelle la pensée humaine ne peut déterminer une vérité avec certitude. Il ne s’agit pas de rejeter la recherche, mais au contraire de ne jamais l’interrompre en prétendant être parvenu à une vérité absolue. Son principal objectif n’est pas de nous faire éviter l’erreur, mais de nous faire parvenir à la quiétude (ataraxia), loin des conflits de dogmes et de la douleur que l’on peut ressentir lorsqu’on découvre de l’incohérence dans ses certitudes. Le scepticisme affirme que l’homme ne peut trouver ni une réponse aux questions philosophiques, ni une certitude concernant les réponses aux questions philosophiques et énigmes de la nature et de l’univers, même si elles existent. Dans l’Antiquité, l’école sceptique eut pour fondateur le philosophe Pyrrhon dont nous ne connaissons que peu de choses. Nous possédons cependant quelques fragments de l’œuvre de son disciple Timon de Phlionte.