Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Mundus ou Mundo

jeudi 22 juin 2017 (Date de rédaction antérieure : 20 mars 2017).

Mundus ou Mundo (mort en 536)

Général byzantin de la première moitié du 6ème siècle

D’origine gépide [1], il lutta dans les Balkans contre les Slaves [2], les Bulgares [3] et les Ostrogoths [4], et participa à la répression de la sédition Nika [5] à Constantinople.

Fils de Giesmus, roi des Gépides, et le neveu d’un autre roi Gépide, Thraustila . Il serait également en partie d’origine hunnique.

Selon Jordanès , Mundus, qui était un descendant d’Attila, avait fui la nation des Gépides et passé le Danube pour s’installer dans des lieux sauvages et dépeuplés d’habitants. Là, à la tête d’une bande de brigands de toutes origines, il s’établit dans une tour située sur les bords du Danube appelée Herta, et menait une vie sauvage, pillant ses voisins, et se faisant donner le nom de roi par les complices de ses brigandages. Plus tard, il fit sa soumission au roi des Ostrogoths Théodoric le Grand.

Après avoir vécu chez les Ostrogoths en Italie il se met, après la mort du roi Théodoric en 526, au service de l’empereur byzantin Justinien et devient Magister militum per Illyricum [6].

Selon Procope de Césarée, Mundus était Barbare de naissance, mais néanmoins inviolablement attaché aux intérêts de l’Empereur, et excellent homme de guerre .

En 532, à la tête d’une troupe de mercenaires Hérules [7], il réprime avec le général Bélisaire un soulèvement populaire à Constantinople qui visait à renverser Justinien.

Quelques années plus tard, il participe aux débuts des guerres gothiques [8] et lutte avec succès contre les Ostrogoths d’Italie en Dalmatie [9], et s’empare de Salone [10]. Cependant, la mort de son fils Maurice , tué lors d’une bataille contre les Ostrogoths, le rendit fou de rage et Mundus partit à la rencontre des troupes ennemies qui furent taillées en pièces, mais il fut tué par un des fuyards qui battait en retraite.

Son petit-fils Theudismond, fils de Maurice, se mit également au service des Byzantins et lutta contre les Ostrogoths en Italie ; il est signalé dans la région de Trévise [11] en 540

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Patrick Amory, People and Identity in Ostrogothic Italy, 489-554, Cambridge University Press, 2003

Notes

[1] Les Gépides sont un peuple germanique du rameau ostique, proche des Goths, qui était installé en basse Vistule, puis au centre de l’Europe (bassin des Carpates, 269–670) durant le haut Moyen Âge. En 539, les Gépides, qui ont donné leur nom à la Dacie, anciennement Gothie mènent la guerre contre l’Empire d’Orient et s’étendent en Mésie. Vers 550, leur territoire comprend les terres situées entre Dobroudja et Tisza d’ouest en est, et entre Carpates et Danube, du nord au sud

[2] Les Slaves sont des peuples d’origine européenne. Les Slaves sont surtout présents en Europe centrale et en Europe de l’Est. Les ancêtres Indo-Européens des Slaves, proches des Baltes et des Germains sur le plan ethnolinguistique, sont connus depuis la fin du 1er millénaire avant notre ère. Ils sont situés le plus souvent au nord de l’Ukraine et au sud de la Biélorussie, dans une région située à la confluence du Dniepr et de la rivière Pripiat. Mais, les auteurs anciens ne commencent réellement à les mentionner qu’à partir du 6ème siècle de notre ère.

[3] Les Proto-Bulgares, nom arbitraire désignant les anciens Bulgares pour les distinguer des Bulgares actuels, sont un ancien peuple d’origine turque d’Asie centrale, ils parlaient une langue oghour. Peuple des steppes, il est rattaché sur le plan ethno-linguistique aux peuples turcs qui s’établirent dans la région danubienne, aux frontières de l’Empire romain d’orient vers le 6ème siècle de notre ère. Dans cette région, les Bulgares fondèrent un empire éphémère et s’assimilèrent aux Slaves, dominants sur le plan démographique. Ils entrent dans l’Histoire dans l’Antiquité tardive, avec d’autres peuples migrateurs, en s’établissant dans les années 530 entre le Dniepr et le Don, sur le territoire de l’actuelle Ukraine, alors sous domination des Khazars. Affranchis de ceux-ci, ils y créent ensuite la Vieille Grande Bulgarie sous le khan Koubrat, avant de se séparer au 6ème siècle en deux groupes, les Bulgares orientaux et les Bulgares occidentaux. Les Bulgares occidentaux sont à l’origine de l’État de Bulgarie.

[4] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique venu des confins de la Baltique et établi au 4ème siècle en Ukraine et en Russie méridionale, au nord de la mer Noire, l’autre fraction étant celle des Wisigoths. Ils jouèrent un rôle considérable dans les événements de la fin de l’Empire romain.

[5] La sédition Nika, « Sois vainqueur », qui signifie en fait « remportons la Victoire », à cause de son cri de ralliement est un soulèvement populaire à Constantinople qui fit vaciller le trône de l’empereur Justinien 1er en 532.

[6] maître de la milice de l’Illyrie

[7] Les Hérules sont un peuple germanique appartenant au groupe ostique, ou groupe des Germains dits « orientaux », issus de Scandinavie, comme les Goths, les Vandales, les Burgondes, et les Gépides entre autres. Peu connus, les Hérules apparaissent comme un peuple mineur mais furent souvent signalés dans les raids gothiques et notamment sur la Mer Noire, où ils se découvrent vite une vocation de pirates. En 267, ils pillent Athènes et mettent ainsi fin à la prestigieuse production sculpturale de la ville. Ils sont mentionnés pour la première fois dans les sources romaines au 3ème siècle lorsqu’en 268 et 269, ils prennent part à une coalition barbare qui réunit les Peucins et les Carpes, petites peuplades germaniques, mais également des Gépides, et surtout des Goths. Au 3ème siècle, un autre peuple germanique, les Lombards, alors établis en Pannonie et qui ne font irruption en Occident qu’en 568, sont alliés ou sont vassaux des Hérules. Au 5ème siècle, ces derniers possèdent un semblant de royaume le long du Danube, bien qu’étant sans doute peu nombreux, c’est probablement de là que part la bande armée dont Odoacre, par ailleurs un des leurs déjà établi en Italie, prend la tête. Ce dernier incendie Pavie, pille Rome et dépose l’empereur Romulus Augustule, se faisant proclamer « Roi d’Italie » en 476.

[8] La guerre des Goths (535-553) est un conflit qui oppose les Byzantins et les Ostrogoths en Italie entre 535 et 553. Cette guerre intervient à la suite de la décision de Justinien 1er en 535 de reconquérir les provinces romaines occidentales perdues à la fin du siècle précédent lors de leur conquête par les Hérules d’Odoacre puis les Ostrogoths de Théodoric le Grand.

[9] La Dalmatie est une région littorale de la Croatie, le long de la mer Adriatique, qui va de l’île de Pag, au nord-ouest, à Dubrovnik et la baie de Kotor au Monténégro au sud-est.

[10] Solin ou Salone est une ville et une municipalité située en Dalmatie, dans le Comitat de Split-Dalmatie, en Croatie

[11] La ville, d’origine romaine (Tarvisium), fut indépendante de 1183 à 1339 puis appartint à Venise. Occupée par les Français en 1797 et chef-lieu, sous Napoléon, du département du Tagliamento, elle revint à l’Autriche en 1814, puis devint italienne (1866).