Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Attila

jeudi 26 mars 2015 (Date de rédaction antérieure : 20 août 2011).

Attila (395-453)

Roi des Huns de 434 à 453

Attila Roi des Huns de 434 à 453

Attila, "le fléau de Dieu", était monté sur le trône des Huns [1] en 434. Il fit l’unité des Huns. Réputé pour sa férocité, il soumit d’abord de nombreux peuples barbares. Après 7 ans de règne, il s’était approprié un vaste empire barbare allant des Balkans au Caucase et au-delà. Grâce au tribut annuel que lui versait Théodose, il ne causa pas de graves soucis à l’empire avant 447. Son armée avançait simultanément dans 2 directions, vers le sud en Thessalie [2], et vers l’est en direction de Constantinople. Le mur de Théodose fut construit juste à temps et les Huns firent demi-tour à la recherche de pillages plus accessibles. Mais ils infligèrent une cuisante défaite à l’armée byzantine à Gallipoli [3], et ne se retirèrent qu’après que l’empereur Théodose II eut accepté de tripler le tribut annuel. À partir de ce moment, des messagers circulèrent constamment entre Attila et Théodose. Attila croyait à juste titre que l’empereur était terrifié par lui, quant à Théodose, il ne connaissait que la politique de l’apaisement pour laquelle il était prêt non seulement à épuiser sa propre trésorerie, mais à saigner à blanc ses sujets.

Après que Théodose fut tué en tombant de cheval, le 28 juillet 450 ne laissant pas d’héritier mâle le problème de la succession fut résolu par Pulchérie. En dépit de son vœu de virginité, elle contracta un mariage blanc avec un sénateur de Thrace, un ancien soldat du nom de Marcien. Elle le fit promptement Auguste et le plaça avec elle sur le trône, en affirmant qu’il y avait été nommé par Théodose sur son lit de mort. Un des premiers actes de Marcien fut de refuser au roi des Huns son tribut annuel. Sachant qu’Attila préparait une vaste opération contre l’empire d’Occident, il paria qu’il ne retarderait pas son projet pour une expédition punitive en Orient. Il gagna son pari, et tous se réjouirent à Constantinople quand on annonça que l’armée des Huns était partie vers l’Italie et la Gaule.

Il envahit la Gaule en 451 jusqu’aux fortifications d’Orléans, mais fut battu à la bataille des Champs Catalauniques [4] en 451 par les Romains deAetius et les Wisigoths [5] de Alaric.

Après cette défaite qui sauva l’Occident, celui que l’on surnommait le Fléau de Dieu se replia en Pannonie [6]. L’année suivante, il marcha sur l’Italie, mais épargna Rome à la demande du pape Léon le Grand. Il meurt en 453 sur les bords du Danube ; son empire disparaît avec lui

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Attila, le fléau de Dieu, le Hun /Histoire du Monde/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 109

Notes

[1] Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du 4ème siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L’origine des Huns est disputée. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l’écroulement de l’Empire romain d’Occident. Sous le règne d’Attila, l’empire est unifié mais ne lui survit pas plus d’un an. Les descendants et successeurs des Huns occupent encore diverses parties de l’Europe de l’Est et d’Asie centrale entre les 4ème et 6ème siècles, et laissent encore quelques traces dans le Caucase jusqu’au début du 8ème siècle.

[2] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[3] Édifiée au bord la mer, sur le golfe de Tarente, Gallipoli est constituée de deux parties distinctes : le Borgo et la vieille ville. La vieille ville est située sur une île calcaire, reliée à la terre ferme par un pont et renferme un riche patrimoine, hérité de l’activité portuaire de la cité.

[4] La bataille des champs Catalauniques de 451 a opposé les forces coalisées, romaines et barbares, menées par le patrice romain Aetius d’une part, et l’armée des Huns, elle aussi composite et emmenée par Attila, d’autre part. Elle a longtemps été localisée aux environs de l’actuelle Châlons-en-Champagne, Duro Catalaunum à l’époque gallo-romaine, d’où provient le nom des « champs Catalauniques », mais cette localisation est l’objet de controverses. La bataille des champs Catalauniques marque l’avancée extrême en Occident des Huns, partis des steppes de la Volga vers 370 et établis en Pannonie (actuelle Hongrie) au début du 5ème siècle. La victoire relative d’Aetius, qui a peut-être bénéficié de sa bonne connaissance du peuple des Huns, écarte Attila de la Gaule, et est confirmée l’année suivante par l’échec de son attaque en Italie. Elle permet de maintenir une partie de la Gaule sous la domination directe de Rome, mais elle conforte aussi les peuples fédérés, notamment les Francs de Mérovée qui obtiennent le gouvernement de la Gaule belgique et les Wisigoths établis en Aquitaine.

[5] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[6] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Les habitants originaux sont les Pannoniens, qui sont envahis par les Celtes et les Boïens au 4ème siècle av. jc.