Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Persée de Cition

samedi 25 mars 2017, par ljallamion

Persée de Cition (307-243 av. jc)

Philosophe grec de l’école stoïcienne

Vue du site de CitionNatif de Cition [1], son père s’appelle Démétrios. Ami et disciple de Zénon de Cition, tous deux habitaient la même maison. Il fait partie des gens que Zénon envoya au roi de Macédoine Antigonos II lorsqu’il refusa son invitation à la cour de Pella [2].

Persée fut précepteur de l’éducation du fils d’Antigonos II, Alcyonée. Apprécié par Antigonos, il fut fait archonte [3] de Corinthe [4] lorsqu’il prit la ville en 244 av. jc, et mourut l’année suivante au combat contre la Ligue achéenne [5] commandée par Aratos de Sicyone.

“Selon le Livre II de Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres” de Diogène Laerce, Persée étudia les textes homonymes d’Antisthène et Eschine de Sphettos afin de séparer les falsifications et rétablir les authentiques.

Selon Persée, tous les crimes, tous les péchés se valent. D’après Cicéron, Persée enseignait que le caractère divin était discernable à travers les hommes, créateurs des arts vitaux, mais également à travers les objets que les hommes utilisent.

Ariston de Chios combattit le scepticisme de l’Académie [6] sous le scolarque [7] Arcésilas de Pitane, soutenant la thèse selon laquelle le sage est sans représentation fausse. Persée mit cette prétention d’Ariston à l’épreuve en lui faisant remettre un objet par un jumeau, et en le faisant reprendre par l’autre.

Ariston hésita, Persée tint cela pour une réfutation. Plutarque cite une anecdote à son propos, dans son traité “De la Fausse Honte”.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Persée de Cition/ Portail de la philosophie antique/ Stoïcisme

Notes

[1] aujourd’hui Larnaka

[2] Pella est une ville antique de la plaine centrale de Macédoine, entre le Loudias et l’Axios, sur une colline surplombant dans l’Antiquité un lac marécageux : cette cité de peuplement mixte gréco-barbare passe sous le contrôle des rois téménides dès le début du 5ème siècle av.jc, mais ne sort de l’obscurité qu’en devenant leur résidence habituelle, à une époque où le royaume est en pleine expansion vers l’Est aux dépens des Thraces et de la Ligue de Chalcidique. Elle devient ainsi la capitale du royaume de Macédoine à partir du début du 4ème siècle av. jc en supplantant Aigéai, et conserve ce rôle à l’époque hellénistique, pour le royaume antigonide.

[3] Dans la plupart des cités grecques, les archontes sont des dirigeants

[4] Corinthe était une Cité-État située sur l’isthme de Corinthe, l’étroite bande de terre qui relie le Péloponnèse à la Grèce continentale, à mi-chemin entre Athènes et Sparte. La ville moderne de Corinthe se trouve à environ cinq kilomètres au nord-est des ruines antiques.

[5] La Ligue achéenne est une confédération de villes d’Achaïe, sur la côte nord-est du Péloponnèse. À son apogée, la ligue contrôle tout le Péloponnèse à l’exception du sud de la Laconie. La montée de l’impérialisme romain dans la région conduit finalement à sa dissolution en 146, à la suite de la guerre d’Achaïe

[6] L’académie est l’école philosophique fondée dans Athènes par Platon vers 387 av. jc. Elle dure jusqu’en 86 av. jc. L’académie tire son nom du domaine dans lequel elle est située, fait de jardins et de portiques et qui se trouve près du tombeau du héros Académos. Platon et Aristote ont enseigné dans cette école.

[7] recteur