Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Artabane ou Artabanès (général)

Artabane ou Artabanès (général)

jeudi 23 octobre 2014

Artabane ou Artabanès (général)

Général arménien

L'Afrique, avec les provinces de Byzacène, Zeugitane et NumidieInitialement, il fut un rebelle contre l’autorité byzantine, il a fui les Perses sassanides, mais revint bientôt à l’allégeance byzantine. Il a servi en Afrique où il a gagné une grande renommée en tuant le général rebelle Guntharic et permis la restauration de la province à l’allégeance impériale.

Il devint fiancé de la nièce de Justinien Praejecta , mais finalement ne l’épousa pas en raison de l’opposition de l’impératrice Théodora .

Rappelé à Constantinople, il fut impliqué dans un complot manqué contre Justinien en 548/549, mais ne fut pas sévèrement puni après sa révélation. Il fut bientôt gracié et envoyé en l’Italie pour combattre les goths [1], où il participa à la victoire byzantine décisive de Casilinum [2].

En 538/539, Artabane, pris part à la conspiration arménienne contre Acace , le proconsul de l’Arménie.

Peu de temps après, dans une escarmouche entre les rebelles et l’armée byzantine à Oenochalacon, Artabane pourrait avoir tué le général byzantin Sittas envoyé par Justinien pour mater la rébellion.

Le père de Artabane essaya de négocier un règlement avec Sittas, le successeur de Bouzes , mais fut assassiné par ce dernier. Cela contraint Artabane et ses disciples à demander l’aide de la perse sassanide de Khosro 1er.

Avec son frère, Artabane fut placé à la tête d’un petit contingent arménien et envoyé en’Afrique au printemps 545.

Les Byzantins étaient engagés dans une guerre prolongée avec les rebelles des tribus maures. Peu de temps après leur arrivée, son frère est mort à la bataille de Sicca Veneria [3] avec les forces rebelles du renégat Stotzas . Artabane et ses hommes sont restés fidèles à Areobindus lors de la rébellion de Guntharic à la fin de 545. Guntharic, alliée à Antalas , entrèrent dans Carthage. À la demande de Artabane, Areobindus décida de faire face à la rébellion. Les deux armées semblaient de force égale, jusqu’à ce que Areobindus prit peur et s’enfuit dans un monastère pour chercher un refuge.

Areobindus fut assassiné par Guntharic, mais Artabane fixa les garanties de sa sécurité et s’engagea au service de Guntharic. En secret, cependant, il commença à planifier pour le renverser. Peu de temps après, une expédition contre les Maures de Antalas fut confiée à Artabane. Il marcha au sud, avec un contingent mauresque allié sous Cutzinas.

À son retour à Carthage, il justifia sa décision de revenir en insistant pour que toute l’armée soit nécessaire pour réprimer les insurgés, et exhorta Guntharic a prendre part au combat. Dans le même temps, il conspira avec son neveu, Gregory, et quelques autres de ses gardes du corps arméniens pour tuer l’usurpateur.

A la veille du départ de l’armée au début de mai, Guntharic organisa un grand banquet, et invita Artabane et Athanase à partager le même lit, une marque d’honneur. Soudain, au cours du banquet, les Arméniens de Artabane tomba sur les gardes du corps de Guntharic.

Cet acte lui valu un grand honneur et la gloire : Praejecta , la veuve de Areobindus et nièce de Justinien, que Guntharic avait qui il avait l’intention de se marier, lui donna une riche récompense, tandis que l’empereur lui confirma le titre de magister militum [4] de l’Afrique.

En dépit d’être déjà mariée à une membre de sa famille, Artabane devint fiancé avec Praejecta. Il la renvoya à Constantinople et demanda à Justinien d’être rappelé de l’Afrique, afin qu’ils puissent se marier.

Peu de temps après, Artabane fut en effet rappelé à Constantinople et remplacé en Afrique par Jean Troglita . Il reçu de nombreux honneurs de Justinien, et fut nommé magister Militum praesentalis [5], et consul honoraire.

Malgré sa grande popularité, il n’a pas pu réaliser son ambition de se marier avec Praejecta. Sa femme est venu à la capitale impériale et a présenté son cas à l’impératrice Théodora. L’Impératrice obligea Artabane à conserver son épouse, et c’est qu’après la mort de Théodora en 548 qu’il pu divorcer.Mais, Praejecta avait déjà été remariée.

Irrité par cette affaire, il fut impliqué dans la soi-disant complot arménien ou “Conspiration des Artabane”. Le véritable instigateur, cependant, était un parent, nommé Arsace, qui proposa d’assassiner Justinien, et d’élever le cousin de Justinien, Germain sur le trône. Les conspirateurs pensaient que Germain se prêterai à leurs plans, car il avait été mécontent de l’ingérence de Justinien dans le règlement de la volonté de son frère récemment décédé Boraides. Les conspirateurs ont approché le fils de Germain Justin , et lui révélèrent le complot.

Immédiatement, il informa son père qui à son tour informa l’excubitorum [6] Marcellus. Pour en savoir plus de leurs intentions, Germain rencontra les conspirateurs en personne, tandis qu’un homme de confiance de Marcellus était caché à proximité pour écouter

Bien que Marcellus hésita à informer Justinien, sans autre preuve, finalement, il révéla le complot.

Artabane fut dépouillé de ses responsabilités et devait limiter ses déplacements au palais sous bonne garde, mais il est rapidement pardonné.

En 550, Artabane fut nommé magister militum en Thrace et envoyé pour remplacer le vieux sénateur Libère le commandement d’une expédition en cours contre la Sicile , qui a récemment été envahi par l’ Ostrogoth [7] Totila.

Artabane ne pu rattraper l’expédition avant qu’elle ne s’embarque pour la Sicile, et sa propre flotte fut repoussé et dispersés par de violentes tempêtes dans la mer Ionienne.

Finalement, il est arrivé en Sicile et a pris le commandement des forces byzantines. Il assiégea les garnisons gothiques laissées par Totila après avoir quitté l’île et bientôt les a forcés à se rendre. Il resta 2ans en Sicile.

En 553, il passa en Italie continentale, où il rejoint l’armée de Narsès comme l’un de ses généraux. Face à l’invasion franque de l’été 553, Narsès ordonné à Artabane et à d’autres généraux d’occuper les passages des Apennins et de harceler l’avance ennemie.

En 554, Artabane était stationné à Pisaurum [8]. A Fanum, il tendit une embuscade et bat l’avant-garde de l’armée franque de Leutharis, qui revenait d’une expédition de pillage dans le sud de l’Italie et rentrait en Gaule.

La plupart des Francs tombèrent dans l’embuscade. Il se dirigea ensuite vers le sud et rejoignit la force principale de Narsès, l’accompagnant dans sa campagne contre l’armée franque. À la bataille de Casilinum, avec Valérien, il commandait la cavalerie sur le flanc gauche byzantin. Ils étaient cachés dans les bois, dans le cadre du stratagème de Narsès pour attaquer les Francs à l’arrière et pour les encercler.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Artabane (général) / Traduit par mes soins

Notes

[1] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.

[2] La bataille du Volturno aussi dénommée bataille de Casilinum ou bataille de Capoue se déroula en 554 entre l’armée byzantine et une armée composée de Francs et d’Alamans. Les Byzantins, conduits par Narsès furent victorieux.

[3] Sicca, également connue sous les noms de Sicca Veneria et Colonia Iulia Veneria Cirta Nova, est une ville antique d’Afrique du Nord, sur le site de l’actuel Le Kef, dans le nord de la Tunisie.

[4] Le magister militum est un officier supérieur de l’armée romaine durant l’Antiquité tardive. Son nom est souvent traduit par « maître de la milice » ou « maître des milices ».

[5] Le commandant des corps demeurant à la disposition de l’empereur près de la capitale fut appelé magister militum praesentales.

[6] Les Excubites furent fondés vers 460 pour servir de garde personnelle aux premiers empereurs byzantins. Leurs commandants acquirent rapidement une grande influence et donnèrent à l’empire plusieurs empereurs au 6ème siècle. Si les Excubites disparaissent progressivement des annales vers la fin du 7ème siècle, ils furent réformés vers le milieu du 8ème siècle et devinrent un tagma d’élite formant le noyau professionnel de l’armée byzantine. On les mentionne pour la dernière fois en 1081.

[7] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique venu des confins de la Baltique et établi au 4ème siècle en Ukraine et en Russie méridionale, au nord de la mer Noire, l’autre fraction étant celle des Wisigoths. Ils jouèrent un rôle considérable dans les événements de la fin de l’Empire romain.

[8] Pesaro est une ville portuaire italienne, située dans la province de Pesaro et d’Urbino, dans la région des Marches, en Italie centrale.