Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Paul Warnefred ou Warnefried dit Paul Diacre

Paul Warnefred ou Warnefried dit Paul Diacre

vendredi 25 juillet 2014

Paul Warnefred ou Warnefried dit Paul Diacre (720/ 730-797/799)

Moine bénédictin-Historien et poète

Né à Cividale del Friuli [1], chef-lieu du duché lombard du Frioul. Sa famille appartient à la vieille noblesse lombarde issue d’un certain Leupichis, qui arriva en Italie du Nord avec le roi Alboïn en 568. Ce Leupichis avait eu pour fils Lopichis, père d’Arichis, grand-père paternel de Paul Diacre.

Son père s’appelle Warnefried, nom que Paul attache souvent au sien, et sa mère Theudelinde. Lui-même se donne le nom de « diacre » sans que l’on sache rien de son ordination.

Probablement formé à la Cour de Ticinum [2], capitale lombarde, sous le règne du roi Ratchis, il reste dans la cour royale sous ses successeurs les rois Aistulf et Desiderius. Il est l’élève du grammairien Flavien. Précepteur des enfants de Didier, et surtout de sa fille Adalberge, il accompagne celle-ci après son mariage en 762 avec le duc lombard Arichis de Bénévent.

Après la conquête du royaume lombard par Charlemagne en 774, il entre comme moine à l’abbaye bénédictine du Mont Cassin [3]. En 776 une révolte éclate contre la souveraineté franque dans le Frioul, le frère de Paul, Arichis, impliqué, est expédié prisonnier en Franconie, et ses biens confisqués. Paul se rend à la cour franque et obtient de Charlemagne la libération de son frère. Charlemagne accueille avec satisfaction ce grand lettré. À partir de 782, il participe à la “Renaissance carolingienne” en séjournant 5 années à sa cour, aux côtés notamment de Paulin d’Aquilée , de Pierre de Pise et de Alcuin. Il compose des poèmes de circonstance, des œuvres grammaticales et historiques.

Vers 783, à la demande de l’évêque de Metz Angilram , archichapelain [4] de Charlemagne, il rédige les “Gesta episcoporum Mettensium” pour narrer l’histoire des évêques de Metz et de la dynastie carolingienne, en insistant sur le rôle de saint Arnoul dont le fils avait épousé une fille de Pépin et qui était ainsi le cofondateur de la lignée carolingienne.

Vers 786, il se retire au Mont Cassin, où il consacre ses dernières années à l’écriture. Il y compose notamment son “Historia Langobardorum”Histoire des Lombards, une histoire du peuple lombard allant des origines à l’an 744 à la mort du roi Liutprand et rédigée de 787 à 789. Il compile à la demande de Charlemagne un Homéliaire, recueil de 244 homélies patristiques destinées aux lectures liturgiques de l’office et peut-être aussi pour aider à la prédication. La collection originale a été amplifiée par la suite.

Charlemagne en prescrit l’usage dans un capitulaire rendu entre 786 et 800 et cet homéliaire supplanta les plus anciens, il fut utilisé comme lectionnaire patristique par l’Église latine jusqu’au concile de Vatican II.

On lui attribue la composition de l’hymne chrétienne “Ave Maris Stella” et de “l’hymne de saint Jean-Baptiste Ut queant laxis resonare fibris”. C’est à partir du premier mot du titre de cette œuvre que Guido d’Arezzo nomme la note Ut.

Il meurt à l’abbaye, sans doute entre 797 et 799, en tout cas avant le couronnement impérial de Charlemagne de Noël 800.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Paul Diacre/ Portail de la littérature italienne/ Écrivain italien du VIIIe siècle

Notes

[1] Cividale del Friuli est une commune de la province d’Udine dans la région Frioul Vénétie julienne en Italie. Au 5ème siècle, après la destruction d’Aquilée de la part des Huns, puis celle de Zuglio de la part des Avars au 6ème siècle, Cividale s’agrandit en nombre d’habitants et d’importance stratégique. Les Lombards arrivèrent en 568, et Cividale fut la capitale du premier duché lombard d’Italie avec Gisulf, neveu de Alboïn.

[2] Pavie

[3] L’abbaye territoriale du Mont-Cassin est une église particulière (ecclesia particularis) de l’Église catholique située comme son l’indique, sur le mont Cassin dans la commune de Cassino en Italie. Fondée par Benoît de Nursie en 529, elle est le berceau de l’ordre des Bénédictins. Elle sert de retraite à des souverains et à des pontifes tels que le prince franc Carloman, frère de Pépin le Bref, le roi lombard Ratchis avec sa famille, et saint Grégoire. Renfermant d’immenses richesses, dont une précieuse bibliothèque, Didier du Mont-Cassin, abbé de 1058 à 1087, fait venir de Byzance des livres enluminés byzantins, cette dernière est en partie placée sous la protection de Rome, avec une galerie de précieux tableaux.

[4] Un archichapelain est un clerc avec un poste de direction dans une cour royale. Le titre a été utilisé dans le royaume franc durant la période carolingienne.