Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Personnages du 18ème siècle > Louise Françoise de Bourbon dite Mademoiselle de Nantes

Louise Françoise de Bourbon dite Mademoiselle de Nantes

dimanche 5 décembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 6 janvier 2013).

Louise Françoise de Bourbon dite Mademoiselle de Nantes (1673-1743)

Duchesse de Bourbon-Princesse de Condé

Louise Françoise de Bourbon dite Mademoiselle de Nantes Duchesse de Bourbon-Princesse de Condé

Née à Tournai [1], fille naturelle de Louis XIV et de Madame de Montespan, elle est légitimée par le Parlement de Paris l’année même de sa naissance avec ses frères aînés le duc du Maine Louis Auguste de Bourbon et le Louis-César de Bourbon comte de Vexin. Sa mère étant une femme mariée, son nom n’est pas mentionné dans l’acte de légitimation, le roi et sa maîtresse craignant que le marquis de Montespan Louis-Henri de Pardaillan de Gondrin ne cherche à reconnaître ces enfants par vengeance.

Toute sa vie Louise Françoise sera considérée comme enfant du seul roi et ne pourra avoir officiellement des rapports filiaux avec sa mère. Par exemple, elle ne pourra porter son deuil. Elle est élevée avec ses frères et sœur à venir par Madame de Maintenon.

Louise Françoise de Bourbon est mariée à 12 ans par ordre du roi le 24 juillet 1685 dans la chapelle du château de Versailles au duc de Bourbon, fils de Henri Jules de Bourbon Condé et petit-fils du Grand Condé.

Le nouveau marié est tellement laid que la Cour le surnomme le Singe vert. Celui-ci la néglige mais lui donne 9 enfants, parmi lesquels le duc Louis Henri de Bourbon , un des premiers ministres les plus contestés de France, au début du règne de Louis XV . Son époux est un être violent, cruel. Cependant, il reste un être fin et intelligent qui fera la fortune de sa famille en se montrant toujours soumis à son royal beau-père.

Il décède en 1710, et sa veuve se console vite. On prête en effet à la duchesse un penchant à la galanterie.

Mlle de Nantes eut l’occasion d’affronter sa sœur, Mlle de Blois Françoise-Marie de Bourbon, devenue duchesse d’Orléans par son mariage avec Philippe d’Orléans, fils de Philippe de France dit Monsieur, en 1701, en 1710 lors du mariage du duc de Berry Charles de France . Ce dernier, petit-fils de Louis XIV, prince simple et généreux, devait se marier. La guerre de Succession d’Espagne [2] empêchant le choix d’une princesse de sang royal étrangère, Louis XIV hésitait entre une princesse de la maison d’Orléans et une princesse de la maison de Condé. Finalement ce furent les Orléans qui l’emportèrent, à la grande fureur de Louise Françoise.

Elle était devenue très proche de son demi-frère, Louis de France dit le Grand Dauphin, et régnait sur le château de Meudon [3], elle espérait beaucoup du futur règne de « Monseigneur », mais celui-ci mourut en 1711, ruinant tous ses espoirs.

Belle, libre, provocante, elle est redoutée pour son esprit mordant, et anime la vie de la Cour à la fin du règne de Louis XIV. Une fois veuve, aidée de son amant, le Armand de Madaillan de Lesparre marquis de Lassay , elle fait fortune grâce au système de Law [4].

Elle bâtit à Paris un des plus beaux monuments de la capitale, le Palais-Bourbon [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail du royaume de France/ Descendant naturel de Louis XIV

Notes

[1] Tournai est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne et en Flandre romane , chef-lieu d’arrondissement en province de Hainaut et siège de l’évêché de Tournai.

[2] La guerre de Succession d’Espagne est un conflit qui a opposé plusieurs puissances européennes de 1701 à 1714, dont l’enjeu était la succession au trône d’Espagne à la suite de la mort sans descendance du dernier Habsbourg espagnol Charles II et, à travers lui, la domination en Europe. Dernière grande guerre de Louis XIV, elle permit à la France d’installer un monarque français à Madrid : Philippe V, mais avec un pouvoir réduit, et le renoncement, pour lui et pour sa descendance, au trône de France, même dans le cas où les autres princes du sang français disparaîtraient. Ces conditions ne permettaient pas une union aussi étroite que celle qui était espérée par Louis XIV. La guerre de succession donna néanmoins naissance à la dynastie des Bourbons d’Espagne, qui règne toujours aujourd’hui.

[3] Le château de Meudon, dit château royal de Meudon, ou palais impérial de Meudon, est un château situé à Meudon dans le département des Hauts-de-Seine. Il fut notamment la résidence de la duchesse d’Étampes, du cardinal de Lorraine, d’Abel Servien, de Louvois ainsi que de Monseigneur, dit le Grand Dauphin, qui lui adjoignit en annexe le château de Chaville. Incendié en 1795 (Château-Vieux) et en 1871 (Château-Neuf), le Château-Neuf, dont la démolition avait été envisagée, est conservé pour sa majeure partie, et transformé à partir de 1878 en observatoire servant de réceptacle à une lunette astronomique, avant d’être rattaché à l’Observatoire de Paris en 1927.

[4] Le système de Law, imaginé par l’Écossais John Law en développant l’utilisation de papier-monnaie plutôt que d’espèces métalliques, et afin de faciliter le commerce et l’investissement, a été mis en place en France, sous la régence de Philippe d’Orléans, de 1716 à 1720, dans le but de liquider la dette laissée par Louis XIV.

[5] Le palais Bourbon est le nom communément donné au bâtiment qui abrite l’Assemblée nationale française. Il fut construit par Louise-Françoise de Bourbon, Mademoiselle de Nantes, fille légitimée de Louis XIV et de Madame de Montespan, qui avait épousé Louis III de Bourbon-Condé, duc de Bourbonnais et 6ème prince de Condé. Le palais Bourbon et l’hôtel de Lassay (résidence actuelle du président de l’Assemblée nationale), furent édifiés simultanément, de 1722 à 1728, sur des terrains acquis par la duchesse de Bourbon en 1720 et dont elle céda une partie à son amant, le marquis de Lassay. Quatre architectes se succédèrent : Giardini, Pierre Cailleteau dit Lassurance, tous deux prématurément décédés, puis Jean Aubert et Jacques V Gabriel qui termina les travaux en 1728.