Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Rognvald II Gudfirdsson ou Ragnall Gothfrithson

Rognvald II Gudfirdsson ou Ragnall Gothfrithson

jeudi 12 avril 2018

Rognvald II Gudfirdsson ou Ragnall Gothfrithson (mort en 945

Roi du Royaume viking d’York de 943 à 944

Fils de Gothfrith Uí Ímair, qui règne brièvement à York en 927 et dans le royaume de Dublin du 921 jusqu’à sa mort en 934. Ragnall a au moins trois frères

Le roi anglais Edmond 1er est à l’origine du baptême d’ Óláf , probablement en 943. La même année, il fait donner à Ragnall la confirmation. La chronique Anglo-saxonne [1] le nomme « roi ». Savoir si Óláf et Ragnall ont régné conjointement ou en concurrence dépend de l’interprétation donnée aux annales postérieures.

L’Historia regum [2], relève qu’en 943 les Northumbriens [3] chassent Óláf Sihtricson du royaume.

Une explication possible de ces documents est d’envisager que Óláf chassé d’York reste dans le nord afin de contester la domination du royaume scandinave contre Ragnall, jusqu’à ce qu’ils soient expulsés tous les 2 par Edmond 1er.

D’autres interprétations sont cependant possibles. Ragnall et Óláf semblent avoir été tous 2 rois à York pendant cette période, tous 2 y émettent des pièces de monnaies. Selon le chroniqueur AEthelweard c’est l’Évêque [Wulfstan] et un ealdorman [4] anonyme des Merciens [5] qui chassent les 2 rois vikings d’York [6] et les obligent à se soumettre à Edmond.

Rien d’autre n’est connu de Ragnall, bien qu’il puisse être le roi des Danois qui selon un texte médiéval les annales de Clonmacnoise [7] est tué à York par les saxons en 944 ou 945.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Renaud Les Vikings et les Celtes Ouest-France Université Rennes (1992)

Notes

[1] La Chronique anglo-saxonne est un ensemble d’annales en vieil anglais relatant l’histoire des Anglo-Saxons. Le manuscrit original est probablement rédigé dans le royaume de Wessex sous le règne d’Alfred le Grand, à la fin du 9ème siècle. De multiples copies sont distribuées aux monastères d’Angleterre et ensuite mises à jour indépendamment les unes des autres.

[2] compilation faite par Siméon de Durham au 11ème siècle mais qui inclut des textes plus anciens

[3] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[4] Un ealdorman est la personne qui dirige un comté dans l’Angleterre anglo-saxonne entre le ixe siècle et le règne de Cnut le Grand. C’est un officier royal et un magistrat de haut rang, qui commande également l’armée de son comté en temps de guerre.

[5] La Mercie est un royaume anglo-saxon du Haut Moyen Âge. Il occupe principalement la région des Midlands, au cœur de l’Angleterre, mais s’est étendu au-delà durant ses périodes d’expansion.

[6] Le royaume viking de York existe entre 866 et 954. Des Vikings originaires du Danemark établissent un potentat coupant en deux l’île de Bretagne, la future Grande-Bretagne, avec pour capitale York, ville qu’ils appellent Jórvík après l’avoir investie. La région autour de cette ville est appelée le Danelaw, terme qui s’applique aussi à la juridiction mise en place par les Danois jusqu’à la seconde moitié du 10ème siècle

[7] Les Annales de Clonmacnoise font la chronique des événements survenus en Irlande depuis les temps préhistoriques jusqu’à l’année 1408. Le ou les manuscrits originaux ont été perdus, et le nom de ses rédacteurs nous est inconnu. Elles ont été baptisées « Annales de Clonmacnoise », parce qu’on pense qu’elles ont été élaborées à partir de textes recueillis au monastère de Clonmacnoise, bien que cela ne soit pas parfaitement établi. Le manuscrit qui a survécu est une traduction en anglais réalisée en 1627 par Connall MacGeoghegan de Lismoyny, une petite agglomération située près de Clara, dans le comté d’Offaly. Aussi les chercheurs parlent de ces annales comme le « livre de Mageoghagan ». Le traducteur souligne que plusieurs parties de l’œuvre originale manquent, comme entre 1182 et 1199, ou entre 1290 et 1299. Il déclare que les originaux ont été détruits non pas par des Vikings en maraude brûlant des livres, mais plutôt par des tailleurs coupant les pages des livres pour en faire de longues lanières destinées à prendre les mesures.