Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Olaf Sihtricson dit Olaf Kvaran

Olaf Sihtricson dit Olaf Kvaran

dimanche 20 décembre 2015

Olaf Sihtricson dit Olaf Kvaran

Roi de Dublin de 945 à 948 et de 953 à 980-Roi du royaume viking d’York de 941à 944 et de 949 à 952

Fils cadet de Sigtryggr Caoch . Il succède en 941 à son cousin Olaf Gothfrithson comme roi d’York [1].

Dans les années suivantes, le roi Edmond 1er d’Angleterre reprit le contrôle des Cinq Bourgs mais il ne marcha pas au-delà de l’Humber et fit la paix avec Olaf Kvaran qui accepte le baptême en 943.

Mais les Northumbriens [2] expulsèrent alors Olaf d’York et le remplacèrent par Rognvald Gudfridsson . Mettant à profit la situation, Edmond 1er chassa les deux protagonistes et Rognvald fut tué par les Saxons.

Olfa Kvaran tente de s’imposer de nouveau comme roi de Dublin dès 945 mais ne peut occuper effectivement le trône qu’après la disparition de son cousin Blacair .

Dans un premier temps, Olaf se rapproche de Conghalach Cnogba mac Mithig , roi de Brega du Nord [3], contre Muirchertach mac Neill na geochall geroicionn, fils de Niall Glúndub , héritier du Cenél nÉogain et prétendant au titre d’Ard ri Érenn [4]. Ce dernier est tué en 943 par son cousin Blacair Gothfrithson.

Le titre Ard ri Érenn revient alors à Conghalach Cnogba. Olaf soutient ensuite ce dernier qui était pourtant l’un des pire ennemis des Scandinaves contre le prétendant Ruaidrí Ua Canannáin , roi du Cenél Conaill [5] des O’Neill du Nord [6].

Il est sans doute à la tête des Danois qui pillent les monastères de Clonmacnoise [7] et de Kilcullen [8] en 946. L’année suivante, apparemment toujours allié à Conghalach Cnogba, il est sévèrement battu par Ruaidrí Ua Canannáin à Slane en Meath [9].

En 948, l’alliance était certainement rompue car Dublin avait été pillée à son tour par les Irlandais et Blacair est tué.

Il est possible que cette attaque qui le laisse roi soit intervenue en l’absence d’Olaf Kvaran qui tentait de reprendre le royaume viking d’York. Entre 948 et 953, le commandement effectif des Vikings de Dublin appartient à son frère Gothfrith Sihtricson.

En 951 les Vikings de Dublin pillent Kells [10] et font 300 captifs, puis s’attaquent successivement à Domnach Patraic, Ard Brecain, Tuileain et Cell Scire. Deux ans plus tard, associés cette fois avec les hommes du Munster, ils pillent de nouveau Clonmacnoise.

En 953 Olaf Kvaran est de nouveau chassé d’York et retourne définitivement à Dublin où il règnera 27 ans. Il s’intègre alors de nouveau dans le jeu des alliances complexes entre les royaumes irlandais.

En 956 Congalach est tué dans une embuscade tendue par les Vikings alliés aux hommes de Leinster. En 970 Olaf Kvaran et ses nouveaux alliés pillent le monastère de Kells [11]. Il est possible que cette même année, lors d’une brève alliance avec Domnall mac Congalach Cnogha, il ait battu à Kilmon en Meath le nouveau Ard ri Érenn Domnall mac Muirchertach qui était issu du Cenél nÉogain et des O’Neill du Nord.

Quelques années après, en 977, il tue également les deux héritiers désignés au trône d’Ard ri Érenn appartenant aux branches antagonistes des O’Neill du Nord et des O’Neill du Sud.

Le roi de Leinster [12], Domnall Claen, est lui-même capturé et mis à rançon par les Vikings d’Alth Cliath [13] en 979.

En 980, Olaf Kvaran subit une défaite majeure à Tara [14] face aux Irlandais commandés par Maelsechlainn II mac Domhnall O’Neill, le nouvel Ard ri Érenn, dans laquelle son fils aîné et héritier Rognvald est tué. La force offensive du royaume de Dublin est annihilée. Olaf se retire alors au monastère d’Iona [15] où il meurt en 981 après avoir fait pénitence.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Renaud Les Vikings et les Celtes Éditions Ouest-France Université Rennes 1992

Notes

[1] Le royaume viking de York existe entre 866 et 954. Des Vikings originaires du Danemark établissent un potentat coupant en deux l’île de Bretagne, la future Grande-Bretagne, avec pour capitale York, ville qu’ils appellent Jórvík après l’avoir investie. La région autour de cette ville est appelée le Danelaw, terme qui s’applique aussi à la juridiction mise en place par les Danois jusqu’à la seconde moitié du 10ème siècle

[2] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[3] L’origine du nom du royaume de Brega est Mag Breg, la plaine de Brega, dans les actuels Comté de Meath et de Dublin. Annexé au 6ème siècle par les Uí Néill descendants de Conall Criamthain un fils de Niall Noigiallach Le royaume de Brega comprenait la Colline de Tara site où les Ard ri Érenn étalent traditionnellement proclamés

[4] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays.

[5] La liste des rois de Tir Conaill ne peut être établie avec quelques certitudes qu’à partir de Loingsech mac Oengus descendant à la septième génération de Conall Gulban et Ard ri Érenn de 695 à 704. Les différentes branches de la famille de Conall Gulban qui régnèrent sur le Tir Conaill portèrent ensuite les noms de Ua Maoldoraidh (O’Muldory) Ua Canannain (O’Canannan) Ua Dochartaigh (O’Doherty) et enfin Ua Domhnaill (O’Donnel).

[6] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[7] Le monastère de Clonmacnoise est situé en Irlande, dans le Comté d’Offaly au bord de la rivière Shannon au sud de la ville d’Athlone. Le monastère est aussi appelé les sept églises (seven churches). Le monastère a été fondé en 545 par saint Ciarán à l’endroit où la route majeure reliant l’est à l’ouest de l’île d’Irlande au travers des tourbières traverse le Shannon.

[8] Kilcullen est une petite ville du comté de Kildare en République d’Irlande.

[9] Le comté de Meath est un comté de la République d’Irlande, souvent surnommé le Comté Royal (Royal County), d’une superficie de 2 342 km². La ville principale d’un point de vue administratif est Navan, bien que Trim ait un patrimoine historique plus important.

[10] Kells est une localité irlandaise située dans le comté de Meath. La ville a un riche passé historique : l’abbaye de Kells et sa tour sont associées à saint Colomba et au Livre de Kells, aujourd’hui conservé au Trinity College de Dublin.

[11] L’abbaye de Kells est un ancien monastère situé à Kells, Comté de Meath, en Irlande, à 40 miles au nord de Dublin. Il fut fondé au début du 9ème siècle. Le célèbre Livre de Kells (un évangéliaire enluminé) y fut conservé durant toute la période du Moyen Âge tardif ainsi qu’au début de la période moderne, jusque dans les années 1650, période à laquelle il quitta l’abbaye. Une part importante du Livre de Kells a pu être créée à cet endroit mais les historiens ne peuvent s’accorder sur la date exacte et les circonstances de sa création.

[12] Ils gouvernèrent la province irlandaise de Leinster jusqu’en 1632, puis des « chefs du nom » jusqu’à nos jours.

[13] Dublin. Selon Ptolémée, Eblana existait dès l’an 140. Le village celtique Áth Cliath (le gué de la haie) est en fait antérieur à la fondation de Dublin en tant que « Dubh Linn » par les Vikings au 9ème siècle. En l’an 837, Thorgis y revient pour la deuxième fois, accompagné cette fois d’une flotte de cent-vingts drakkars. Soixante d’entre eux remontent la rivière Boyne, les soixante autres la rivière Liffey.

[14] Dans la mythologie celtique irlandaise, Tara est la capitale mythique de l’Irlande, située dans la cinquième province de Meath

[15] Iona est une petite île du nord-ouest de l’Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. En 563, saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d’Irlande, a fondé un monastère sur l’île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au 8ème et au 9ème siècles.