Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 6ème siècle > Julien d’Halicarnasse

Julien d’Halicarnasse

vendredi 9 février 2018

Julien d’Halicarnasse

Évêque d’Halicarnasse

Partisan du monophysisme [1], il fut un allié de Sévère d’Antioche à Constantinople avant l’accession de Justin 1er au pouvoir en 518.

Il fut ensuite exilé avec lui en Égypte, mais une controverse divisa les deux amis sur la question du caractère incorruptible du corps du Christ. Julien soutenait, dans son Tome, que le corps du Christ était par nature exempt de corruption, et donc de passion et de mort, doctrine monophysite extrême, qualifiée d’aphthartodocétisme [2].

Un parti se forma en Égypte pour la défendre, et en 535 l’élection du patriarche d’Alexandrie vit l’affrontement sanglant des sévériens [3], qui élurent Théodose d’Alexandrie, et des julianistes [4], qui choisirent Gaianos. Après la mort en exil de Gaianos, les julianistes égyptiens le remplacèrent par Elpidios. La doctrine se répandit aussi en Syrie et en Arménie, et il exista une Église julianiste pendant plusieurs siècles.

Déjà âgé à son arrivée en Égypte, Julien dut mourir peu après 527. De ses écrits, en plus des citations qu’en fait Sévère d’Antioche dans ses traités de réfutation, il reste la traduction syriaque de 3 lettres, effectuée par Paul de Callinicum .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Julien d’Halicarnasse/ Portail des chrétiens d’Orient/ Théologien non-chalcédonien

Notes

[1] Le monophysisme est une doctrine christologique apparue au 5ème siècle dans les écoles théologiques de l’empire byzantin. Cette doctrine tente de résoudre les contradictions de la foi nicéenne concernant la nature du Christ. La doctrine chrétienne s’est construite à l’origine autour du symbole de Nicée, c’est-à-dire la reconnaissance de la consubstantialité du Père et du Fils, tout comme de la nature humaine du Christ. Les monophysites, en revanche, affirment que le Fils n’a qu une seule nature et qu’elle est divine, cette dernière ayant absorbé sa nature humaine. Ils rejettent la nature humaine du Christ. En cela le monophysisme s’oppose au nestorianisme. Cette doctrine a été condamnée comme hérétique lors du concile de Chalcédoine en 451, tout comme la doctrine opposée. Malgré cela, sous l impulsion de personnages tels que Sévère d’Antioche, le monophysisme continue de se développer dans les provinces byzantines de Syrie et d’Égypte auprès des populations coptes tout au long du 6ème siècle, jusqu aux invasions perses puis arabes au tout début du 7ème siècle. Il fut également responsable du premier schisme entre Rome et Constantinople en 484. Le monophysisme est encore professé aujourd’hui, dans sa variante miaphysite. Ce sont les Églises préchalcédoniennes, arménienne, syro jacobite, copte, etc

[2] L’aphthartodocétisme est une doctrine apparue au début du 6ème siècle enseignant l’incorruptibilité du corps du Christ avant sa résurrection. Cette doctrine christologique a connu son heure de gloire sous Justinien, qui, d’après le De sectis attribué à Léonce de Byzance, aurait fini par y adhérer. Elle consiste à dire que le corps du Christ étant inséparable de sa divinité (selon un point de vue propre à Cyrille d’Alexandrie et au monophysisme), il n’a pas pu lui-même, de par sa nature propre, s’altérer dans la mort ni même souffrir, Dieu n’étant pas sujet à la corruption de la matière.

[3] partisans de Sévère d’Antioche

[4] partisans de julien d’Halicarnasse