Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Syrianos

mercredi 8 juin 2016, par ljallamion

Syrianos (mort en 437 ou 438)

Philosophe grec néoplatonicien du 5ème siècle

Porphyre et Plotin (néoplatoniciens), enluminure d'un manuscrit médiévalIl fut le disciple de Plutarque d’Athènes, qui avait fondé l’école néoplatonicienne [1] d’Athènes vers 380-400. Il avait pour condisciple Hiéroclès d’Alexandrie, qui fondera vers 430 l’école néoplatonicienne d’Alexandrie. Il devint le deuxième scolarque, recteur, de l’école, à la mort de Plutarque d’Athènes en 432.

Il fut le commentateur de Platon et d’Aristote. Il eut pour disciples Hermias d’Alexandrie et Proclos, plus tard Domninos de Larissa , qui dévia du platonisme et s’entendit mal avec Proclos, et Marinos de Néapolis , le biographe et successeur de Proclos.

Proclos lui succéda comme troisième scolarque et Hermias d’Alexandrie retourna à Alexandrie.

Syrianos, voulut accorder toutes les théologies. Il a écrit un Accord entre Orphée, Pythagore, Platon et les “Oracles chaldaïques” [2], traité terminé par Proclos.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de John Dillon, « Syrianus polémiste : Métaphysique M et N », dans Martin Achard et François Renaud (éds.), Le commentaire philosophique (II), Laval théologique et philosophique, 64.3, 2008

Notes

[1] L’École néoplatonicienne d’Athènes est un courant à l’intérieur du vaste mouvement du néoplatonisme, allant du milieu du 4èmer siècle au milieu du 6ème siècle, qui réussit à « se greffer sur l’antique Académie de Platon », pourtant disparue sous Sylla en 86 av. jc : on disait Proclos et Damascios « diadoques », c’est-à-dire successeurs (de Platon).

[2] Les Oracles chaldaïques ou Oracles chaldéens sont un recueil d’oracles de théurgie (magie supérieure), publié en grec vers 170 par Julien le Théurge, le premier à être nommé « théurge », et fils de Julien le Chaldéen. Il ne reste que des fragments et des témoignages. "Chaldéen" ou "chaldaïque" veut dire magique, occulte