Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Matthieu (apôtre) ou Matthieu-Lévi ou saint Matthieu

Matthieu (apôtre) ou Matthieu-Lévi ou saint Matthieu

lundi 7 septembre 2015

Matthieu (apôtre) ou Matthieu-Lévi ou saint Matthieu

Un des douze apôtres cités par les Évangiles

Né en Galilée [1], appelé aussi Lévi [2], il était publicain [3] à Capharnaüm [4] ou Bethsaïde [5], responsable du péage d’Hérode. Il suivit Jésus.

L’évangile attribué à Marc l’appelle Lévi-Alphée. Il devint l’un des douze apôtres. Selon la Tradition chrétienne, il est celui qui occupe le rang social le plus élevé, comparé aux pêcheurs du lac, tels Pierre et André ou Jacques dit le Majeur et Jean, fils de Zébédée . Cultivé, parlant par nécessité professionnelle aussi bien l’araméen que le grec, lisant l’hébreu, c’était un homme de lettres et de chiffres.

Selon Irénée de Lyon, à l’époque où Pierre et Paul affermissaient la communauté chrétienne de Rome vers l’an 60 ou 61, Matthieu qui évangélisait les Hébreux de Palestine et de Syrie, fut prié de rédiger une version synthétique de la vie et de l’enseignement de Jésus.

Pour ce travail, l’intervention d’un témoin de la première heure avait paru indispensable. Le premier évangile, condensé de la catéchèse apostolique, était plus réduit que l’évangile selon Matthieu actuel.

Cependant, cette catéchèse hiérosolymitaine [6] ne pouvait être exportée telle quelle. Sans en trahir l’esprit général, il fallait l’adapter aux besoins des nouveaux auditoires non juifs. Chacun, écrit Papias vers 120, les traduisit comme il en était capable. Il y eut au moins deux traductions, avec des retouches et des additions. L’une d’elles fut conçue à Antioche [7], l’un des lieux d’évangélisation les plus importants du Proche-Orient.

Après le départ de Matthieu, un de ses disciples, scribe, appartenant à un milieu juif hellénophone, vivant probablement en Syrie, très attaché à la Bible hébraïque, compléta le pré-évangile grec d’Antioche et lui donna sa touche finale. Il insista sur les paroles à résonance universaliste et les traditions anti-pharisiennes. Il s’adressait aux craignant-Dieu, ces païens séduits par la religion de Moïse mais non circoncis.

Il mourut martyr en Éthiopie, en 61. Son corps fut transféré à Salerne [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Matthieu (apôtre)/ Portail du christianisme/ Personnages du Nouveau Testament/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 859

Notes

[1] La Galilée est une large région située dans le nord d’Israël, traditionnellement divisée en trois parties

[2] probablement un lévite

[3] percepteur des impôts

[4] Capharnaüm ou Capernaüm est un village de pêcheurs de l’ancienne province de Galilée, sur la rive nord-ouest du lac de Tibériade (ou lac de Génézareth) au nord de l’État d’Israël. Sous la dynastie des Hasmonéens, ce village faisait de 6 à 10 hectares et sa population avoisinait les 1 700 personnes.

[5] Bethsaïde est une ancienne ville de Galilée. Elle est située sur le versant nord-est du lac de Tibériade, non loin de l’endroit ou le Jourdain s’y jette.

[6] provenant de Jérusalem)

[7] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay. Elle est située au bord du fleuve Oronte. Antioche était la ville de départ de la route de la soie. Elle fut l’un des premiers appuis du christianisme naissant. Une communauté de fidèles du Christ s’y développe dès les premières années du christianisme et, selon les Actes des Apôtres, c’est là que les disciples de Jésus reçoivent pour la première fois le nom de « chrétiens ». Antioche est, très tôt, le siège d’un des patriarcats chrétiens d’Orient se réclamant de l’apostolat de saint Pierre, dont la tradition fait le premier évêque de la ville.

[8] Salerne est une ville italienne de la province de Salerne en Campanie.