Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Irenaeus Lugdunensi dit Irénée de Lyon

Irenaeus Lugdunensi dit Irénée de Lyon

mercredi 20 octobre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 16 février 2014).

Irenaeus Lugdunensi dit Irénée de Lyon (120/130-202)

Deuxième évêque de Lyon entre 177 et 202

Irénée de Lyon Deuxième évêque de Lyon entre 177 et 202

Il est un des Pères de l’Église. Il est le premier occidental à réaliser une œuvre de théologien systématique.

Il rédige ses œuvres afin de présenter la doctrine catholique contre les thèses gnostiques [1].

De culture et de langue grecque, il est né à Smyrne [2] en Asie Mineure [3], de parents grecs et chrétiens. Il témoigne avoir connu saint Polycarpe, qui lui-même aurait reçu l’imposition des mains de l’apôtre Jean. Saint Jérôme dit qu’Irénée fut aussi le disciple de saint Papias.

Arrivé en Gaule vers 157, il exerça d’abord la fonction de simple prêtre, et s’associa aux travaux de Pothin , premier évêque de Lyon [4]. Quand Pothin périt victime d’une persécution de Marc Aurèle, en 177, Irénée fut choisi pour le remplacer. Sa vie épiscopale fut alors consacrée à l’instruction des peuples et à la défense de la vérité par la lutte contre les hérésies des gnostiques et des valentiniens [5].

Irénée est chargé de porter la Lettre sur les martyrs de Lyon, rapportée par Eusèbe de Césarée dans son “Histoire ecclésiastique”. Le billet de recommandation, qui accrédite le porteur de la lettre auprès du pape Éleuthère, présente Irénée comme presbytre [6] de l’Église.

Son épiscopat est marqué par une forte expansion missionnaire. Un grand nombre de diocèses sont fondés par des missionnaires envoyés par Irénée, c’est le cas de Besançon [7] et Valence [8], qui doivent à l’évêque de Lyon leurs premiers pasteurs.

Soucieux de l’unité de l’Église, il met en valeur son nom d’homme de paix. C’est ainsi qu’il intervient auprès du pape lors de la querelle autour de la date de Pâques.

Après plusieurs tentatives de résolution au cours du 2ème siècle, le pape Victor 1er veut mettre un terme à cette dispute. Vers 190, il se décide à excommunier les évêques d’Asie. Par son intervention, Irénée, qui fête lui-même Pâques le dimanche, lui enjoint de laisser chaque Église libre dans les matières qui ne portent pas sur la Foi. Le conflit ouvert est ainsi évité. Les Églises orientales prendront progressivement et pacifiquement l’usage majoritaire.

Il dresse la liste de succession des papes à Rome. D’après les témoignages tardifs de saint Jérôme au 5ème siècle et de Grégoire de Tours au 6ème siècle, il serait mort martyr à Lyon en 202, victime d’un édit de persécution de Septime Sévère.

Il est l’auteur d’un important ouvrage, “Réfutation de la prétendue gnose au nom menteur”, connu généralement sous le nom de Contre les hérésies [9]. Il s’agit d’un traité contre Valentin d’Égypte et les gnostiques. Dans son traité, il mentionne entre autres l’existence d’un évangile de Judas [10].

Outre son traité contre les hérésies, Irénée est aussi l’auteur d’un Exposé de la prédication des Apôtres, dont la visée est à la fois apologétique au sens où Irénée veut défendre la foi chrétienne menacée par les sectes gnostiques et catéchétique.

Enfin, il est possible qu’il soit l’auteur de la Lettre aux Églises d’Asie et de Phrygie [11], par les survivants de la persécution de Lyon en 177. Nous connaissons ce document par Eusèbe de Césarée qui le transmet in extenso dans son Histoire ecclésiastique.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Irénée de Lyon/ Portail du Grand Lyon/ Évêque de Lyon

Notes

[1] Le gnosticisme est un mouvement de pensée centré autour de la notion de « connaissance », regroupant des doctrines variées et multiformes qui se développent au cours des 2ème et 3ème siècles dans les limites de l’Empire romain. Ces doctrines se caractérisent généralement par l’affirmation que les êtres humains sont des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel créé par une des faces de Dieu, le Démiurge ou Yahvé à l’opposé duquel existe une autre face de dieu, transcendante et parfaite, plus éloignée, un Dieu supérieur lié à l’homme par la connaissance qu’il lui a donnée

[2] Izmir, anciennement Smyrne, est le deuxième plus grand port de Turquie

[3] L’Anatolie ou Asie Mineure est la péninsule située à l’extrémité occidentale de l’Asie. Dans le sens géographique strict, elle regroupe les terres situées à l’ouest d’une ligne Çoruh-Oronte, entre la Méditerranée, la mer de Marmara et la mer Noire, mais aujourd’hui elle désigne couramment toute la partie asiatique de la Turquie

[4] L’archidiocèse de Lyon est un des archidiocèses métropolitains de l’Église catholique en France. Les évêques de Lyon sont élevés au rang d’archevêques, à partir d’Agobard. Puis ils portent le titre de Primat des Gaules confirmé officiellement par Grégoire VII en 1079.

[5] Disciple de Valentin né à Phrébon en Égypte au 2ème siècle, chrétien gnostique, déclaré hérétique comme tous les gnostiques par l’Église.

[6] c’est-à-dire « ancien »

[7] L’archidiocèse de Besançon est une église particulière de l’Église catholique en France. Son siège est la cathédrale Saint-Jean de Besançon. Érigé au 3ème siècle, le diocèse de Besançon est élevé au rang d’archidiocèse métropolitain au 4ème siècle. En 1032, comme tout le Comté de Bourgogne, Besançon est donc rattachée au Saint Empire romain. L’archevêque de Besançon, Hugues de Salins, grâce à l’appui de l’empereur germanique, devient le seigneur de la ville, qui prospère sous son impulsion. Après la mort de celui-ci en 1066, une lutte pour sa succession plonge Besançon dans une longue période de crise. Aussi, pendant tout le Moyen Âge, Besançon restera une « ville libre » directement soumise à l’autorité impériale et indépendante du Comté de Bourgogne, dont Dole est la capitale.

[8] Le diocèse de Valence a été fondé au 4ème siècle. L’actuel diocèse de Valence correspond au territoire du département de la Drôme, mais est constitué de la réunion des diocèses d’Ancien Régime de Valence (hors rive droite du Rhône), de Die (hors Trièves), de Saint-Paul-Trois-Châteaux, de la partie sud du diocèse de Vienne et de fragments des diocèses de Vaison, de Gap et de Sisteron. La plus ancienne création d’évêché, dans ces territoires, est sur le territoire voconce, dans le tiers sud-est du département : d’abord Vaison, dont un évêque est présent au Concile d’Arles en 314, puis Die qui envoie un évêque au Concile de Nicée en 325.

[9] Adversus Hæreses

[10] L’Évangile de Judas est un texte apocryphe (c’est-à-dire non reconnu par les Églises) du 2ème siècle. Document du mouvement gnostique à l’intérieur du Christianisme primitif, il fut découvert, dans sa version en langue copte datant du 3ème siècle, en 1978.

[11] La Phrygie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé entre la Lydie et la Cappadoce, sur la partie occidentale du plateau anatolien. Les Phrygiens sont un peuple indo-européen venu de Thrace ou de la région du Danube. Ils ont occupé vers 1200 av.jc la partie centrale et occidentale de l’Asie Mineure, profitant de l’effondrement de l’Empire hittite.