Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Saint Marc

mardi 7 novembre 2017 (Date de rédaction antérieure : 1er août 2011).

Saint Marc

Saint Marc

Né dans la province romaine de Cyrénaïque [1], il fut un des premiers convertis au christianisme et à l’évangélisation de l’Empire romain par l’apôtre Pierre.

Membre d’une des plus importantes familles de la 1ère communauté chrétienne de Jérusalem. Avec son cousin Barnabé et Saint Paul, il porta la foi nouvelle à Chypre, puis en Asie Mineure mais, arrivé à Pergé [2], revint à Jérusalem. En compagnie de Barnabé, il repartit pour Chypre vers 50. Il devint ensuite le disciple, secrétaire et compagnon inséparable de l’apôtre Pierre avec qui il évangélise les juifs de Judée. Puis il l’accompagne vers 41 avec Paul et Luc dans un voyage pour évangéliser Rome sous le règne de l’empereur Claude où il fut l’interprète en latin de Pierre et où il participa aux travaux apostoliques de celui-ci. Il évangélisa et convertit les païens de Rome, leur expliqua la culture juive, traduisit les écrits bibliques araméen et hébraïque en latin et rédigea le second évangile sous la dictée des souvenirs de Pierre aux alentours de 65 durant la captivité puis le martyre de Paul par les autorités romaines.

Il quitta l’Italie pour retourner évangéliser dans la Pentapole [3] et en Égypte où il devint le premier évêque d’Alexandrie [4]. Il fonda l’Église chrétienne d’Orient [5] et de la partie grecque de l’Empire romain à Alexandrie en Égypte dont il devint le premier pape.

Il est capturé et martyrisé en 67.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de nominis / saint/1033/Saint-Marc et petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 847

Notes

[1] Province romaine d’Afrique du Nord, située entre les provinces d’Égypte et de Numidie. Ce territoire fait aujourd’hui partie de la Libye. Son nom provient de la ville grecque de Cyrène. Colonisée par les Grecs à partir du 5ème siècle avant notre ère, elle a longtemps appartenu à l’Égypte hellénistique. Ptolémée VIII la légua à titre personnel à son fils Ptolémée Apion qui, sans héritier, la légua à son tour à la République romaine en 96 av. jc. Celle-ci en fit une province avec l’île grecque de Crète.

[2] Pergé ou Perga est une cité antique, autrefois capitale de la Pamphylie, aujourd’hui située en Turquie, à Aksu, 17 km à l’est d’Antalya. Au début du christianisme, saint Barnabé et saint Paul vinrent à Pergé et ce dernier y fit son premier sermon. La Bible mentionne Pergé comme étant le siège du christianisme. Elle le resta jusqu’au 6ème siècle.

[3] Nom donné, dans l’Antiquité, à plusieurs contrées où se trouvaient cinq villes principales.

[4] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle a été fondée par Alexandre le Grand en 331 av.jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. C’est actuellement la deuxième ville la plus peuplée du pays après Le Caire. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[5] les chrétiens d’Orient se divisent en quatre grands ensembles : les Églises catholiques orientales, fidèles à Rome et relevant d’un grand nombre de rites différents et qui acceptent 21 conciles comme œcuméniques ; les Églises des sept conciles ou Églises orthodoxes, en communion avec le Patriarcat œcuménique de Constantinople, qui sont toutes de rite byzantin et qui acceptent 7 conciles comme œcuméniques ; les Églises des trois conciles de rites liturgiques différents (arménien, copte, syriaque occidental, guèze), qui rejettent le Concile de Chalcédoine de 451 et n’acceptent que trois conciles comme œcuméniques ; les Églises des deux conciles de rite syriaque oriental, qui rejettent le Concile d’Éphèse de 431 et n’acceptent que deux conciles comme œcuméniques.