Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > La Judée devient une province romaine

La Judée devient une province romaine

samedi 24 mars 2012

La Judée devient une province romaine

En l'an 6, l'empereur Auguste transforme la Judée en une province romaine gouvernée par un simple procurateur

Profitant des divisions entre les juifs, le général romain Pompée conquis la Samarie et la Judée en 63 av jc. Un protégé des Romains, Hérode, en profite pour liquider la dynastie des Asmonéens et devenir roi de Judée en l’an 37 av jc.

C’est sous la fin de son règne que naît Jésus-Christ à Bethléem, au sud de Jérusalem. Hérode partagea son royaume entre 3 de ses fils, avant de mourir en l’an 4 de notre ère.

En l’an 6, l’empereur Auguste transforme la Judée en une province romaine gouvernée par un simple procurateur. Décontenancés par les croyances monothéistes des habitants, les Romains laissent ceux-ci libres de s’organiser comme ils l’entendent sous l’autorité de leur Tribunal religieux, le Sanhédrin. Mais les Juifs ne manquent pas de se quereller et de se diviser sur la conduite à tenir vis-à-vis de l’occupant. Les grands prêtres et le parti des Pharisiens s’accommodent de l’occupation étrangère tandis que dans les milieux populaires, la secte des Zélotes appelle à la résistance et veut hâter la réalisation des promesses divines. Ils déclenchèrent une violente révolte en août 66 et massacrèrent les grands prêtres et s’emparèrent de Jérusalem. Mais les Romains, sous la direction du général Vespasien, menèrent la reconquête avec détermination. Devenu empereur Vespasien dû laisser la place à son fils Titus pour achever le siège de Jérusalem. Les habitants sont déportés comme esclaves cependant que le Temple, haut lieu de la religion juive, est complètement détruit. Puis, Titus, rentre à Rome où il reçoit un magnifique triomphe.

La destruction de Jérusalem et du Temple ne met cependant pas fin à la guerre juive. Au-dessus de la Mer Morte, la forteresse de Massada, construite au temps des Asmonéens et surplombant de 400 mètres les rives sauvages de la mer Morte, continue de résister sous la direction d’un chef zélote, Éleazar ben Jair. C’était le dernier îlot de résistance juive à l’occupation romaine. Mais le 2 mai 73, la forteresse de Massada tomba aux mains des légionnaires. Ceux-ci n’arrivèrent à accéder aux murailles qu’en aménageant une rampe artificielle depuis le pied du rocher. Quand ils pénètrèrent dans la forteresse, ils ne découvrirent que des cadavres, 10 des assiégés ayant tué tous les autres avant de se suicider eux-mêmes pour ne pas tomber sous la loi étrangère. On ne retrouva que 7 survivants : 2 femmes et 5 enfants, cachés dans un puits. En Palestine même, le sentiment national n’est pas mort avec la prise de Massada. Le particularisme juif demeure vivace. L’empereur romain Hadrien est frappé lors de son passage en Judée par les témoignages d’irrédentisme. Il décide une campagne d’hellénisation. La circoncision est prohibée, Jérusalem rebaptisée « Colonia Ælia Capitolina » et un temple dédié à Jupiter Capitolinus est édifié sur les ruines du précédent.

Un jeune du nom de Bar Kochba prend la tête d’une nouvelle révolte et s’empara de Jérusalem. Il malmèna la légion égyptienne chargée de faire régner l’ordre. Hadrien se rend sur les lieux et appelle la 10ème légion bretonne avec son général Gaius Julius Severus pour mater la rébellion. La campagne durera 3 ans et coûtera selon certaines sources plusieurs centaines de milliers de morts juives. La Judée en restera durablement désertée et l’accès des Juifs à Colonia Ælia Capitolina interdit.