Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Vigile

jeudi 25 décembre 2014

Vigile (mort en 555)

59ème Pape de l’Église catholique de 537 jusqu’à sa mort le 7 juin 555

Vigile 59ème Pape de l'Église catholiqueIl naît dans une famille aristocratique romaine. Son père est préfet du prétoire [1] et son frère préfet de la Ville. Diacre romain, il est désigné par le pape Boniface II comme son successeur en 530, mais la nomination est contestée par le clergé de Rome et finalement annulée peut-être sous la pression du roi gothique Athalaric. Boniface II doit convoquer un second synode, cette fois en présence du Sénat romain, et jeter dans le feu l’acte de nomination de Vigile.

Vigile est présent lors du concile qui se tient à Constantinople au printemps 536 pour confirmer la déposition du patriarche Anthime, accusé de monophysisme [2], au profit de Mennas , mais ne prend pas part aux travaux conciliaires. Il est alors décrit comme un proche de l’impératrice Théodora.

Agapet meurt le 23 avril 536. Silvère est élu pape sur l’insistance du roi ostrogoth [3] Théodat. Dans l’intervalle, Vigile a rejoint le général byzantin Bélisaire. Celui-ci conquiert Rome en décembre 536 et, en mars 537, accuse Silvère de trahison, le dépose et l’envoie en exil. Vigile devient alors pape.

Durant ces premières années, Vigile définit l’organisation des Églises de Gaule et travaille à renforcer leurs liens avec Rome. Il est interrogé par le roi franc Thibert 1er qui vient d’épouser la veuve de son frère.

Dans sa réponse à Césaire d’Arles il préconise une longue pénitence et une séparation du couple. En 543, il félicite Auxanius pour son élection à l’archevêché d’Arles en succession de Césaire et l’enjoint à se montrer loyal à la fois au roi franc et à l’empereur byzantin.

Il a un début de pontificat paisible, jusqu’à ce que l’empereur Justinien condamne en 544 les “Trois Chapitres”, collection de textes de tendance nestorienne [4].

Pour convaincre le pape de prendre parti, Justinien le fait emmener de force à Constantinople. Le pape fait néanmoins une longue halte en Sicile, d’où il dépêche 2 clercs pour administrer Rome à sa place, l’un sera massacré par les Goths [5] et l’autre aura les mains coupées. Vigile reprend son trajet à l’automne 546 ; les contacts qu’il a en chemin lui confirment l’opposition des évêques à l’édit de Justinien. Il parvient à Constantinople en janvier 547.

Reçu avec faste par Justinien, Vigile confirme néanmoins l’excommunication prononcée par son apocrisiaire Stephanus contre le patriarche de Constantinople Mennas, qui a approuvé l’édit impérial.

Sous la pression, Vigile appuie la condamnation impériale déclenche aussitôt l’ire des Églises non orientales.

Au printemps de 555, après un long séjour de 8 ans à Constantinople, Vigile est autorisé à retourner à Rome. Il meurt le 7 juin 555 en chemin, à Syracuse. Son corps est transporté à Rome et enterré dans la basilique de Sylvestre sur la Via Salaria.

Il est le seul pape du 6ème siècle à n’être pas enterré dans la basilique Saint-Pierre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Claire Sotinel, « Autorité pontificale et pouvoir impérial sous le règne de Justinien : le pape Vigile », Mélanges de l’Ecole française de Rome. Antiquité, vol. 104, no 1,‎ 1992, p. 439-463

Notes

[1] Le préfet du prétoire est l’officier commandant la garde prétorienne à Rome, sous le Haut Empire, et un haut fonctionnaire à la tête d’un groupe de provinces, la préfecture du prétoire, dans l’Antiquité tardive.

[2] Le monophysisme est une doctrine christologique apparue au 5ème siècle dans les écoles théologiques de l’empire byzantin. Cette doctrine tente de résoudre les contradictions de la foi nicéenne concernant la nature du Christ. La doctrine chrétienne s’est construite à l’origine autour du symbole de Nicée, c’est-à-dire la reconnaissance de la consubstantialité du Père et du Fils, tout comme de la nature humaine du Christ. Les monophysites, en revanche, affirment que le Fils n’a qu une seule nature et qu’elle est divine, cette dernière ayant absorbé sa nature humaine. Ils rejettent la nature humaine du Christ. En cela le monophysisme s’oppose au nestorianisme. Cette doctrine a été condamnée comme hérétique lors du concile de Chalcédoine en 451, tout comme la doctrine opposée. Malgré cela, sous l impulsion de personnages tels que Sévère d’Antioche, le monophysisme continue de se développer dans les provinces byzantines de Syrie et d’Égypte auprès des populations coptes tout au long du 6ème siècle, jusqu aux invasions perses puis arabes au tout début du 7ème siècle. Il fut également responsable du premier schisme entre Rome et Constantinople en 484. Le monophysisme est encore professé aujourd’hui, dans sa variante miaphysite. Ce sont les Églises préchalcédoniennes, arménienne, syro jacobite, copte, etc

[3] Les Ostrogoths étaient une des deux fractions des Goths, peuple germanique venu des confins de la Baltique et établi au 4ème siècle en Ukraine et en Russie méridionale, au nord de la mer Noire, l’autre fraction étant celle des Wisigoths. Ils jouèrent un rôle considérable dans les événements de la fin de l’Empire romain.

[4] Doctrine hérétique de Nestorius qui reconnaissait les deux natures du Christ, humaine et divine, mais en niait la consubstantialité ; de ce fait même, l’hérésie niait que la Vierge puisse être appelée « Mère de Dieu ». Malgré sa condamnation par le concile d’Éphèse (431), le nestorianisme gagna la Perse, puis l’Asie, jusqu’à l’Inde et la Chine. Au 12ème siècle époque de son apogée, l’Église nestorienne comptait quelque 10 millions de fidèles. Aujourd’hui, seuls subsistent quelques dizaines de milliers de fidèles, principalement en Iraq et aux États-Unis, la majorité des nestoriens ayant rallié l’Église catholique à partir du 18ème siècle

[5] Les Goths faisaient partie des peuples germaniques. Selon leurs propres traditions, ils seraient originaires de la Scandinavie. Ils provenaient peut-être de l’île de Gotland. Mais ils pourraient également être issus du Götaland en Suède méridionale ou bien du Nord de la Pologne actuelle. Au début de notre ère, ils s’installèrent dans la région de l’estuaire de la Vistule. Dans la seconde partie du 2ème siècle, une partie des Goths migrèrent vers le sud-est en direction de la mer Noire. Dès le 3ème siècle les Goths étaient fixés dans la région de l’Ukraine moderne et de la Biélorussie où ils furent probablement rejoints par d’autres groupes qui ont été plus ou moins intégrés dans la tribu. Les Goths formaient un seul peuple jusqu’à la fin du 3ème siècle. Après un premier affrontement avec l’Empire romain dans le sud-est de l’Europe au début du siècle, ils se séparèrent en deux groupes : les Greuthunges à l’Est et les Tervinges à l’Ouest qui deviendront par la suite les Ostrogoths ou « Goths brillants », à l’Est, et les Wisigoths ou « Goths sages » à l’Ouest.