Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Swinthila

mercredi 6 janvier 2021 (Date de rédaction antérieure : 29 novembre 2012).

Swinthila (vers 580-634)

Roi wisigoth d’Espagne de 621 à 631/633

Portrait de Swinthila, roi Wisigoth d'Espagne de 621 à 631/633Fils du roi Récarède et de la princesse franque Chlodoswinthe d’Austrasie , fille de la reine Brunehilde, elle-même princesse wisigothe [1]. Il sert le roi Sisebuth dans sa lutte contre les Byzantins [2] puis prend le pouvoir après avoir renversé son successeur, le roi Récarède II , au pouvoir depuis peu, grâce au soutien de la noblesse wisigothique. Plus tard, il associera son fils Ricimer au trône.

Militairement, il combat activement les Vascons [3] dans le nord de la péninsule ibèrique et fonde la forteresse d’Olite [4] pour lutter contre leurs incursions dans la vallée de l’Ebre [5]. Mais il combat surtout les Byzantins dans le sud, cherchant à les expulser définitivement de la péninsule. En 622, il prend et détruit Carthagène [6], haut lieu byzantin puis étend sa domination jusqu’à Cadix [7] et Valence [8]. En 624, les troupes byzantines sont définitivement chassées d’Espagne.

Cependant, malgré ses succès militaires, il provoque le mécontentement de la noblesse à cause de sa sévérité mais également le mécontentement de l’Église catholique, confisquant notamment les biens de cette dernière. Il est finalement chassé du pouvoir par une conjuration menée par un noble prétendant au trône, Sisenand , gouverneur de la Septimanie [9] soutenu par une partie de la noblesse mais également par le mérovingien Dagobert, roi des Francs, qui lui apporte son aide.

Sisenand prend le pouvoir et en 633 son règne est finalement reconnu au 4ème concile de Tolède [10], marquant ainsi le début de la monarchie hispano wisigothique élective mais marquant également un véritable tournant pour l’Espagne. Les rois, élus par une assemblée de nobles mais également par des représentants de l’Église, seront contrôlés par cette dernière.

Swinthila est la même année excommunié et dépossédé de ses biens. Il meurt une année plus tard en 634 à Tolède, où il avait l’autorisation d’y résider.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Portail du Haut Moyen Âge/ Roi des Wisigoths

Notes

[1] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[2] L’Empire byzantin ou Empire romain d’Orient désigne l’État apparu vers le 4ème siècle dans la partie orientale de l’Empire romain, au moment où celui-ci se divise progressivement en deux. L’Empire byzantin se caractérise par sa longévité. Il puise ses origines dans la fondation même de Rome, et la datation de ses débuts change selon les critères choisis par chaque historien. La fondation de Constantinople, sa capitale, par Constantin 1er en 330, autant que la division d’un Empire romain de plus en plus difficile à gouverner et qui devient définitive en 395, sont parfois citées. Quoi qu’il en soit, plus dynamique qu’un monde romain occidental brisé par les invasions barbares, l’Empire d’Orient s’affirme progressivement comme une construction politique originale. Indubitablement romain, cet Empire est aussi chrétien et de langue principalement grecque. À la frontière entre l’Orient et l’Occident, mêlant des éléments provenant directement de l’Antiquité avec des aspects innovants dans un Moyen Âge parfois décrit comme grec, il devient le siège d’une culture originale qui déborde bien au-delà de ses frontières, lesquelles sont constamment assaillies par des peuples nouveaux. Tenant d’un universalisme romain, il parvient à s’étendre sous Justinien (empereur de 527 à 565), retrouvant une partie des antiques frontières impériales, avant de connaître une profonde rétractation. C’est à partir du 7ème siècle que de profonds bouleversements frappent l’Empire byzantin. Contraint de s’adapter à un monde nouveau dans lequel son autorité universelle est contestée, il rénove ses structures et parvient, au terme d’une crise iconoclaste, à connaître une nouvelle vague d’expansion qui atteint son apogée sous Basile II (qui règne de 976 à 1025). Les guerres civiles autant que l’apparition de nouvelles menaces forcent l’Empire à se transformer à nouveau sous l’impulsion des Comnènes avant d’être disloqué par la quatrième croisade lorsque les croisés s’emparent de Constantinople en 1204. S’il renaît en 1261, c’est sous une forme affaiblie qui ne peut résister aux envahisseurs ottomans et à la concurrence économique des républiques italiennes (Gênes et Venise). La chute de Constantinople en 1453 marque sa fin.

[3] Les Vascons était le nom donné par les Romains durant l’Antiquité au peuple de la Péninsule Ibérique dont le territoire s’étendait au 1er siècle av. jc entre le cours supérieur de la rivière Èbre et sur le versant péninsulaire des Pyrénées occidentales, une région qui correspond à l’époque contemporaine à la quasi-totalité de la Navarre, les aires du nord-ouest de l’Aragon, du nord-est et du centre de La Rioja1 et du nord-est de Guipuscoa. Les Vascons, qui atteignirent un degré élevé d’intégration dans le monde romain, particulièrement dans les plaines, le long des rives de la rivière Èbre et dans les aires autour des cités romaines de Pompaelo et Oiasso, peuplèrent la région la plus au Nord et la plus montagneuse, connue comme le Vasconum Saltus, pendant la crise économique et sociale qui accompagna la décomposition de l’Imperium et la pression causée par les invasions barbares des peuples germaniques et slaves au début du 5ème siècle. Ils entrèrent par la suite en conflit à diverses occasions avec les royaumes des Wisigoths et des Francs qui sont installés sur les deux versants des Pyrénées. Après l’invasion musulmane de la péninsule ibérique au début du 8ème siècle, qui a abouti à la dissolution du Royaume wisigoth et au retrait partiel des gouverneurs francs au nord de l’Aquitaine, les descendants des Vascons, qui avaient adopté le christianisme durant le Bas Empire romain, se réorganisèrent vers le 9ème siècle autour des entités féodales du duché de Vasconie en Gascogne et de celle du royaume de Pampelune. Cette dernière entité donnera naissance durant le Moyen Âge au Royaume de Navarre.

[4] Olite, est une ville de la Communauté forale de Navarre (Espagne). Elle est située dans la zone non bascophone de la province. Saint Isidore de Séville, dans Historia de regibus gothorum donne la première référence écrite sur Olite : selon ledit évêque de Séville, le roi wisigoth Swinthila fonda la cité en 621 et entreprit de la refortifier afin de faire face aux Vascons.

[5] L’Èbre est le plus puissant des fleuves espagnols. Sa longueur est de 928 km et son bassin versant a 85 550 km² de superficie.

[6] Carthagène est une ville espagnole située près de la Mer Méditerranée dans la communauté autonome de la Région de Murcie, dont c’est la capitale législative. La ville de Carthagène fut fondée par le Carthaginois Hasdrubal le Beau en 227 av.jc, probablement sur une installation ibérique ou tartessienne antérieure. De plus, une activité commerciale importante existe dans la zone depuis au moins le 6ème siècle av. jc.

[7] Cadix est la capitale de la province de Cadix appartenant à la Communauté autonome d’Andalousie, en Espagne, dans le sud-ouest extrême de l’Europe continentale. Elle est avec Jerez de la Frontera l’une des deux grandes villes de la baie de Cadix. Cadix se situe à environ 30 kilomètres au sud de l’embouchure du Guadalquivir.

[8] Valence ou Valencia en espagnol est une ville d’Espagne, située dans l’est du pays sur la côte méditerranéenne. Fondée en 138 av. jc par le consul romain Decimus Junius Brutus Callaicus sous le nom de Valentia Edetanorum, Valence devient, au Moyen Âge, la capitale du royaume de Valence.

[9] La Septimanie, ou province de Narbonne, est une région qui correspond approximativement à la partie occidentale de l’ancienne province romaine de Narbonnaise première. Cette désignation issue de l’époque carolingienne est utilisée essentiellement pour la période du 7ème au 9ème siècle. Lors des « invasions barbares » les goths s’installèrent dans la Gaule narbonnaise. Le Royaume wisigoth s’étendait alors sur toute l’Aquitaine et la péninsule Ibérique. Après la conquête de l’Aquitaine par Clovis en 507, le mot Septimanie est utilisé jusqu’au début du 8ème siècle pour désigner la partie de la Gaule restée wisigothe. À la suite de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, la Septimanie est également annexée par les Omeyyades et devient une province d’al-Andalus. Conquise par les Francs en 759, elle est alors appelée « Gothie » par les Francs de l’époque.

[10] Le quatrième Concile de Tolède s’est tenu à Tolède, dans le royaume Wisigothique, actuelle Espagne, en 633.