Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Bretislav 1er Premysl dit le Guerrier

Bretislav 1er Premysl dit le Guerrier

mardi 2 juin 2015, par lucien jallamion (Date de rédaction antérieure : 24 novembre 2011).

Bretislav 1er Premysl dit le Guerrier (vers1002-1055)

Duc de Bohême de 1034 à 1055

Bretislav 1er Premysl dit le Guerrier Duc de Bohême de 1034 à 1055Fils du duc Ulrich de Bohême et d’une fille de paysan nommée Bozena dont s’était épris son père, maître de la Moravie [1] depuis 1029. Il devient duc en 1034. Son premier soin est d’aller jurer fidélité à Conrad II lors de la cour tenue à Bamberg [2] le 18 mai 1035.

Le jeune duc bien qu’ayant reçu l’investiture impériale et aidé l’empereur lors de sa guerre contre les Lutici [3] nourrissait de vastes ambitions. Il mit à profit l’anarchie qui sévissait en Pologne depuis la fin du règne de Mieszko II Lambert en 1034.

Ses troupes envahirent rapidement la Silésie [4] et Cracovie [5] à l’automne 1038. Poznan [6] puis Gniezno [7] la capitale tombèrent en son pouvoir.

L’évêque de Prague sollicitait du pape Benoît IX le pallium archiépiscopal [8] gage d’émancipation religieuse à l’égard de l’Allemagne et pour préparer son indépendance politique Bretislav 1er négociait une alliance avec le nouveau roi Pierre de Hongrie Orseolo.

L’empereur Henri III qui venait de succéder à son père Conrad II s’ému de cette situation.

En août 1040 remettant son couronnement impérial à plus tard il réunit une armée et essaie de forcer le passage de la Forêt de Bohême mais l’armée tchèque le battit aux portes du pays près de Domazlice [9]. Après cette malencontreuse entreprise qui coûta aux allemands beaucoup de morts il fut obligé de battre en retraite.

En 1041 il prépare son offensive avec plus de soin et parvient le 8 septembre devant Prague. Il obtient la capitulation de Bretislav 1er qui doit promettre en outre de payer 8 000 marks d’argent, de restituer les prisonniers tombés en son pouvoir et de démolir les fortifications de la Forêt de Bohême.

Quelques jours plus tard il parait devant Henri III à Rastibonne [10]. Il renonce à la Pologne où Casimir 1er le Restaurateur fils de Mieszko II Lambert rentre à peu près au même moment et il reçoit en fief le duché qu’il avait rêvé de transformer en royaume indépendant le 22 octobre 1041. Jusqu’à sa mort le 10 janvier 1055 il s’est montré le plus fidèle des vassaux.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Francis Dvornik Les Slaves histoire, civilisation de l’Antiquité aux débuts de l’Époque contemporaine Éditions du Seuil(Paris (1970)/

Notes

[1] La Moravie est une région d’Europe centrale, formant aujourd’hui la partie orientale de la République tchèque. Ses villes principales sont Brno et Olomouc. Dans le premier tiers du 11ème siècle, la Moravie est rattachée à la Bohême.

[2] Bamberg est une ville allemande, située au sud du pays, dans le Land de Bavière et la région de Haute Franconie. Bâtie sur sept collines, la ville est née au Moyen Âge et a été transformée aux 17ème et 18ème siècles en cité baroque par les princes évêques. En 1007 avec sa femme Cunégonde, Henri II choisit Bamberg comme capitale et évêché.

[3] Les Lutici sont une fédération de tribus slaves occidentales qui, entre les 10ème et 12ème siècles, vivaient dans ce qui est aujourd’hui le nord de l’Allemagne.

[4] La Silésie est une région qui s’étend sur trois États : la majeure partie est située au sud-ouest de la Pologne, une partie se trouve au-delà de la frontière avec la République tchèque et une petite partie en Allemagne.

[5] Cracovie est la deuxième ville de Pologne, chef-lieu de la voïvodie de Petite Pologne ; elle est située à 300 km au sud de Varsovie, sur la Vistule. Datant du 7ème siècle, c’est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne, dont le patrimoine architectural est très bien conservé. La ville historique se situe au pied de la colline du Wawel.

[6] Poznań est une ville de l’Ouest de la Pologne, sur la Warta. Elle est le chef-lieu de la voïvodie de Grande Pologne ainsi que du Powiat de Poznań, même si elle ne fait pas partie de son territoire.

[7] Gniezno est une ville du centre ouest de la Pologne, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de Poznań. Premier archevêché polonais fondé en l’an mil, ce chef-lieu de district (powiat) fait partie de la voïvodie de Grande Pologne. Gniezno était une ville importante à l’époque de la naissance de l’État polonais. Elle a été la première capitale de la Pologne. Elle est intimement associée aux débuts du christianisme en Pologne. Elle est mentionnée dans le Dagome Iudex, le plus ancien document officiel polonais, sous le nom de Schinesge. Il est très probable que son nom original était Gniezdno, déformation du mot polonais gniazdo (nid)

[8] Le pallium est un ornement liturgique catholique dont le port, sur la chasuble, est réservé au pape, aux primats et aux archevêques métropolitains pendant la célébration de la messe. Il vient du latin pallium (au pluriel pallia) qui signifie manteau.

[9] Domažlice est une ville de la région de Plzeň, en République tchèque, et le chef-lieu du district de Domažlice.

[10] Ratisbonne, est une ville allemande, située dans le Land de Bavière et baignée par le Danube. Elle est située à 88 kilomètres de Nuremberg et à 103 kilomètres de Munich, proche de la République tchèque. La ville est le chef-lieu du district du Haut Palatinat et du Landkreis de Regensburg.