Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Áed mac Ainmerech

mercredi 13 avril 2022, par ljallamion

Áed mac Ainmerech

Ard ri Érenn de 586 à 598

Les ard rí étaient traditionnellement intronisés sur la colline de Tara. La Lia Fáil (photo) était supposée crier le nom du roi légitime lorsque celui-ci posait son pied sur elle.Issu du Cenél Conaill [1]. Fils de Ainmere mac Sétnai mac Fergus Cennfhota lui-même fils de Conall Gulban le fondateur du Cenél Conaill l’un des deux principaux clans des Uí Neill du Nord [2]

Áed mac Ainmerech apparaît pour la première fois dans les Annales d’Ulster [3] en 570 lorsqu’il venge la mort de son père Ainmire mac Sétnai en tuant son assassin Fergus mac Néilléne.

Il participe ensuite à la grande convention de Druim Ceat en présence de Saint Colomban premier abbé d’Iona [4] et cousin germain de son père. Il y reçoit la soumission du roi Áedán mac Gabráin de Dal riada [5] en Écosse pour les provinces irlandaises de son double royaume. Il semble en fait que cet accord était une alliance défensive contre la montée en puissance de Báetán mac Cairill le roi d’Ulaid [6].

En 580 ou 581 il est victorieux lors de la bataille de Druim Meic Erca au cours de laquelle Colgu mac Domnaill mac Muirchertach mac Muiredach petit-fils de d’Eógan le fondateur du Cenél nÉogain est tué

Il obtient le titre d’Ard ri Érenn [7] en 586 après le meurtre à Léim ind Eich de son lointain cousin Báetán mac Ninnedo mac Dui mac Conall Gulban également du Cenél Conaill qui est tué par Cuiméne mac Colmán Bec mac Diarmait, et Cuiméne mac Librén mac Illand mac Cerbaill à l’instigation de Colmán Bec,

L’année suivante en 587 au cours de la bataille de Doaethe c’est Colmán Bec mac Diarmait lui-même qui est tué par Aed mac Ainmerech. En 593 les Annales enregistrent la bataille de Belach Daithe*, dans laquelle tombe Colmán Mor mac Diarmait, le fondateur du Clann Cholmáin.

Devenu le chef incontesté des Uí Neill du Nord et du Sud Áed mac Ainmerech se tourne vers le sud et le royaume de Leinster [8] et trouve la mort en 598 à la bataille de Dún Bolg contre le roi Brandub mac Eochu allié à Béc mac Cuanu roi des Uí Meic Uais.

À sa mort le titre d’Ard ri Érenn est porté conjointement par Colmán Rímid du Cenél nEógain [9] et Áed Sláine des Uí Neill du Sud.

Aed mac Ainmerech avait épousé Lann fille d’Áed Guaire Uí Meic Cáirthinn

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Francis John Byrne, Irish Kings and High-Kings, Four Courts Press, Dublin, réédition 2001. (ISBN 1851821961)

Notes

[1] Les Cenél Conaill est le nom des descendants de Conall Gulban, fils de Niall Noigiallach, reconnu par l’histoire orale et écrite comme le co-fondateur avec son frère Eógan mac Néill dont est issu le Cenél nEógain de la puissance des Uí Néill du Nord en Ulster. Le Cenél Conaill était également connus en Écosse comme le famille de saint Columba.

[2] Les Uí Néill étaient une grande dynastie irlandaise. Il signifiait les « descendants de Niall Noigiallach », et se rapportait à un groupe de parenté irlandais. Les Uí Néill n’étaient ni une tribu, ni une confédération de tribus, mais une dynastie, c’est-à-dire qu’ils étaient composés, dès le 6ème siècle, de quelques douzaines de personnes réparties sur un vaste territoire au nord et au centre de l’Irlande. Ils devinrent à partir de la seconde moitié du 6ème siècle la dynastie dominante de la moitié nord de l’Irlande. Ses diverses branches donnèrent un certain nombre de hauts rois d’Irlande entre les 7ème et 11ème siècles.

[3] Les Annales d’Ulster sont des chroniques de l’histoire médiévale irlandaise. Les entrées couvrent la période allant de 431 à 1540. Celles allant jusqu’à l’année 1489 furent compilées à la fin du 15ème siècle par le scribe Ruaidhri Ó Luinín, sous le patronage de Cathal Óg Mac Maghnusa, sur l’île de Belle Isle sur le lac Lough Erne, dans la province d’Ulster. Les entrées plus tardives furent rajoutées par d’autres auteurs.

[4] Iona est une petite île du nord-ouest de l’Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l’île de Mull par le détroit d’Iona. L’île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d’est en ouest, s’étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. En 563, saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d’Irlande, a fondé un monastère sur l’île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au 8ème et au 9ème siècles.

[5] Le Dal Riada était un royaume scot situé sur la côte nord-est de l’Irlande et la côte ouest de l’Écosse.

[6] Les Ulaid étaient un peuple du nord-est de l’Irlande primitive, qui donna son nom à la province moderne d’Ulster

[7] Le Ard rí Érenn désigne, dans la mythologie celtique et l’histoire médiévale de l’Irlande, le souverain qui règne sur la totalité de l’île. Ard rí signifie « roi suprême » et « Érenn » provient de la déesse Ériu, véritable personnification du pays

[8] Le Leinster est une des quatre provinces traditionnelles de l’Irlande. Recouvrant la partie orientale de l’île

[9] Cenél nEógain est le nom des descendants d’Eoghan mac Néill, le fils de Niall Noígiallach ancêtre des Uí Néill., qui fonda au 5ème siècle en Ulster le royaume d’Ailech. Ce royaume s’étendait approximativement sur l’actuel comté de Tyrone, et sur certaines parties des comtés de Londonderry, de Donegal, de Fermanagh, de Monaghan et d’Armagh. En 1020, les Cenél nEógain furent pourchassés par le haut-roi Mael Seachlainn II Mór à travers le Sliab Fuait