Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Harald II Gråfell (pelisse grise) dit Harald II de Norvège

Harald II Gråfell (pelisse grise) dit Harald II de Norvège

lundi 27 avril 2020, par ljallamion

Harald II Gråfell (pelisse grise) dit Harald II de Norvège

 Roi de Norvège de 961 à 970

Fils du roiÉric 1er de Norvège dit Eirikr à la hache sanglante et de Gunnhild, il reçut le prénom de son grand-père Harald Ier de Norvège dit aux beaux cheveux peu avant son décès. Il fut élevé dans la foi chrétienne à York [1] dont son père était devenu roi après avoir été chassé de Norvège.

Quand son père Eirikr fut tué en 954, il lança des expéditions contre la Norvège avec ses frères pour reprendre le pays à leur oncle Håkon 1er de Norvège dit le bon mais celui-ci les battit à chaque fois. Mortellement blessé lors de sa dernière bataille victorieuse, Håkon se résolut pourtant à envoyer sa couronne à ses neveux pour sauver la paix en Norvège.

En tant qu’aîné depuis la mort de son frère Gamli, Harald prit la tête de ses cadets mais leur mère Gunnhild conserva toujours sur eux une puissante influence. Les fils d’Éric ne contrôlaient en fait que l’ouest de la Norvège.

Décidé à réunifier tout le pays, il fit tuer le jarl [2] Sigurd qui dominait le Thrandheim [3] et obligea son fils Håkon à s’enfuir.

Finalement attiré dans une embuscade au Jutland [4], Harald Pelisse grise fut abattu à la bataille de Hals par Harald le Doré, un neveu du roi de Danemark Harald "Dent bleue" au début de l’été 970. Ses frères furent ensuite vite défaits et le pouvoir réel en Norvège passa au jarl Håkon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de l’Heimskringla de Snorri Sturluson traduit du vieil islandais introduit et annoté : Histoire de Harald à la Pelisse grise dans Histoire des rois de Norvège par François-Xavier Dillmann "L’aube des peuples" Gallimard Paris 2000 (ISBN 2-07-073211-8).

Notes

[1] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[2] Le jarl est en langue scandinave l’équivalent de comte

[3] Trondheim, l’ancienne Nidaros est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif.

[4] Le Jutland, est la péninsule formant la partie continentale du Danemark.