Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Johann Rist

vendredi 1er novembre 2019

Johann Rist (1607-1667)

Poète et prédicateur allemand

Né à Ottensen, une banlieue de Hambourg [1], fils de Caspar Rist, pasteur de Ottensen originaire de Nördlingen [2] en Bavière, et de Margarethe Ringemuth.

Après les premiers rudiments scolaires donnés par son père, il entre au Johanneum de Hambourg [3] puis à l’école secondaire de Brême [4] et enfin à l’université de Rinteln [5] pour y étudier la théologie.

Rist fait le précepteur des fils d’un riche marchand de Hambourg et les accompagne à l’université de Rostock [6] qui lui permet de se former en hébreu, mathématiques et médecine.

En 1633, il devient précepteur dans la maison de Heinrich Sager à Heide [7] dans le Holstein [8] et vers 1635, il épouse Elisabeth Stapel, sœur d’un de ses amis d’université disparu prématurément dans les tumultes de la guerre de Trente Ans [9].

L’empereur Ferdinand III de Habsbourg lui donne un titre de noblesse en 1653 et le nomme poète officiel. Les armoiries qui lui sont accordées montrent un cygne et une couronne de lauriers. Son ami Christian-Louis Ier de Mecklembourg-Schwerin duc de Mecklembourg-Schwerin [10] lui a également donné un poste important dans la sphère de l’Église

Au cours de l’invasion du général suédois Lennart Torstensson, Rist perd sa riche bibliothèque et ensuite tous ses biens en 1658 à l’issue de la Première guerre du Nord [11]. Il doit fuir avec sa famille à Hambourg où sa femme mourra en 1662 mais Rist se remariera avec Anna Hagedorn, née Badenhop, veuve depuis 1660 de son ami, Johann Philipp Hagedorn. Il finira sa vie à Wedel [12].

Avec Paul Gerhardt , Johann Rist fait partie des plus grands poètes religieux protestants du 17ème siècle.

Jean-Sébastien Bach a repris ses textes pour 2 oratorios [13], 4 chorals [14] et 7 cantates [15].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Thomas Diecks, Rist, Johann dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 21, Berlin : Duncker & Humblot, 200

Notes

[1] Hambourg est une ville et l’un des 16 Länder composant l’Allemagne. Située au nord du pays, près de l’embouchure de l’Elbe et à proximité de la mer du Nord, Hambourg est la deuxième plus grande ville d’Allemagne (après Berlin) et le premier port du pays. Hambourg était membre fondateur de la ligue hanséatique. Cette ancienne appartenance est encore aujourd’hui revendiquée par la ville, comme élément caractéristique de son identité. C’est ainsi que le code de la ville sur les plaques d’immatriculation est HH, qui signifie Hansestadt Hamburg et que le nom officiel de la ville est Freie und Hansestadt Hamburg (ville libre et hanséatique de Hambourg).

[2] Nördlingen (Norlingue, en français) est une ville de Bavière dans l’arrondissement de Danube-Ries, sur la Route romantique. Située dans le cœur de la zone de Ries, l’ancienne ville libre impériale de Nördlingen a gardé un aspect médiéval presque totalement préservé. En 1215, Nördlingen devient une ville impériale libre. En 1219, la foire de la Pentecôte, la plus importante de la Haute Allemagne dure 10 jours. Elle vit la naissance en 1455 du peintre Bartholomäus Zeitblom, mais il fut surtout actif à Ulm. En 1529, elle fait partie de la minorité protestante à la Diète d’Empire de Spire. Le protestantisme s’y développe. Pendant la guerre de Trente Ans, Nördlingen est le lieu de deux batailles, en 1634 et 1645. La ville perd la moitié de sa population et son importance économique.

[3] Le Johanneum - plus précisément l’école des érudits du Johanneum - est un lycée humaniste de Hambourg fondé en 1529 par Johannes Bugenhagen. Cela en fait le plus ancien lycée de Hambourg.

[4] Brême, est une ville hanséatique du Nord-Ouest de l’Allemagne. C’est une ville portuaire située le long du fleuve Weser, à environ 60 kilomètres au sud de son estuaire en mer du Nord. Brême constitue l’une des deux villes enclavées dans le Land de Basse-Saxe appartenant à celui de Brême (nom officiel : Freie Hansestadt Bremen, c’est-à-dire « ville hanséatique libre de Brême », qui rappelle l’adhésion de la ville à la Ligue hanséatique, l’autre étant Bremerhaven.

[5] Rinteln est une ville allemande dans l’arrondissement de Schaumbourg en Basse-Saxe. Située dans la région du Weserbergland sur la Weser en amont de la Porta Westfalica. Rinteln fut fondée vers 1150 sur la rive septentrionale de la Weser. En 1235, un établissement nommé Neu-Rinteln (« Nouveau Rinteln ») fut créé sur la rive méridionale : c’est ce village qui est à l’origine de l’agglomération actuelle, car la première implantation fut abandonnée en 1350 en raison d’une épidémie de peste. La ville fut ensuite fortifiée et servit de place forte aux comtes propriétaires du château de Schaumburg. Elle fut prise par les Suédois en 1633 et démantelée en 1807.

[6] L’université de Rostock, située dans le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, en Allemagne, est l’une des plus anciennes universités d’Europe du Nord. Elle a été fondée en 1419 par le pape Martin V.

[7] Heide est une ville du Schleswig-Holstein. Elle est la capitale de l’arrondissement (Kreis) de Dithmarse. Heide est mentionnée pour la première fois dans un document officiel en 1404 sous le nom de Uppe de Heyde.

[8] Le Duché de Holstein est né en 1474 du comté de Holstein, lorsque le roi du Danemark Christian 1er, qui était alors aussi bien duc de Schleswig que comte de Holstein, obtint l’élévation du Holstein au rang de fief d’Empire et fut lui-même nommé à la tête du nouveau duché.

[9] La guerre de Trente Ans est une série de conflits armés qui a déchiré l’Europe de 1618 à 1648. Les causes en sont multiples mais son déclencheur est la révolte des sujets tchèques protestants de la maison de Habsbourg, la répression qui suivit et le désir de ces derniers d’accroître leur hégémonie et celle de la religion catholique dans le Saint-Empire. Ces conflits ont opposé le camp des Habsbourg d’Espagne et du Saint-Empire, soutenus par l’Église catholique romaine, aux États allemands protestants du Saint-Empire, auxquels étaient alliées les puissances européennes voisines à majorité protestante, Provinces-Unies et pays scandinaves, ainsi que la France qui, bien que catholique et luttant contre les protestants chez elle, entendait réduire la puissance de la maison de Habsbourg sur le continent européen.

[10] Le duché de Mecklembourg Schwerin était un duché du Saint Empire romain germanique puis de la Confédération du Rhin, ayant pour capitale la ville de Schwerin. C’est en 1701 que naît le duché. C’est à cette date que le duché de Mecklembourg fut divisé, après le "partage de Hambourg", en deux entités indépendantes : le duché de Mecklembourg Schwerin et le duché de Mecklembourg Strelitz. Cet État a existé pendant plus de 100 ans, jusqu’à son élévation en grand-duché suite au congrès de Vienne.

[11] La première guerre du Nord désigne un ensemble de conflits autour de la mer Baltique entre 1655 et 1660. Elle oppose la Suède à la Pologne-Lituanie (1655-1660), à la Russie (1656-1658), au Brandebourg-Prusse (1657-1660), à la monarchie des Habsbourgs (1657-1660) et au Danemark-Norvège (1657-1658 et 1658-1660). Les Provinces-Unies interviennent à plusieurs reprises contre la Suède.

[12] Wedel est une ville de l’arrondissement de Pinneberg, dans le Land de Schleswig-Holstein en Allemagne. Elle est située sur la rive droite de l’Elbe, à environ 20 km au sud d’Elmshorn, et elle est immédiatement limitrophe de l’arrondissement hambourgeois d’Altona.

[13] Un oratorio est une œuvre lyrique dramatique représentée sans mise en scène, ni costumes, ni décors. Généralement composé pour voix solistes, chœur et orchestre symphonique, avec parfois un narrateur, son sujet est le plus souvent religieux (épisode extrait de la Bible ou des Évangiles, de la vie du Christ ou d’un(e) saint(e)… ). Il peut être aussi profane (héros mythologique, sujet historique, hymne à la nature…). Formellement assez proche de la cantate et de l’opéra, l’oratorio comprend généralement une ouverture, des récitatifs, des airs et des chœurs.

[14] Un choral (des chorals au pluriel) est un genre musical liturgique, créé au 16ème siècle dans le cadre de la réforme protestante luthérienne, pour être chanté en chœur par les fidèles pendant le culte. La particularité est que les paroles sont uniquement en langue vernaculaire. Il se veut simple afin d’être chanté et retenu par les fidèles.

[15] Une cantate est une composition vocale avec accompagnement instrumental, requérant parfois un chœur, qui comporte plusieurs mouvements. La cantate se développe et se partage en deux catégories : elle peut être basée sur un texte au thème profane (cantata da camera) ou sacré (cantata da chiesa). À la différence de l’opéra, la cantate ne comporte aucun aspect théâtral ni dramatique : la priorité est donnée à l’expression mise en musique.