Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Giovanni Bononcini ou Buononcini

vendredi 13 février 2015 (Date de rédaction antérieure : 24 février 2013).

Giovanni Bononcini ou Buononcini (1670- 1747)

Compositeur italien de musique baroque-violoncelliste

Né à Modène [1] en Italie, fils du compositeur et musicien d’église de Modène Giovanni Maria Bononcini. Après la mort de celui-ci, alors qu’il n’est âgé que de 8 ans, Giovanni étudie à Bologne, auprès de Giovanni Paolo Colonna.

Établi à Bologne, il est musicien à l’église San Petronio [2] et compose de la musique instrumentale et religieuse. A 15 ans, il avait édité 3 collections instrumentales dont “filarmonica d’Accademia” en 1685, et 2 ans après il est devenu maître de chapelle à Saint Giovanni in Monte [3]. Avant l’âge de 22 ans, il avait écrit au moins 12 morceaux musicaux et a accompli des voyages à Modène et à Bologne où il joua dans l’orchestre du cardinal Benedetto Pamphilij . Il a servi de musicien de chambre à Pilippe II Colonna et à sa famille à Rome de 1692 à 1697, pendant la même période sa collaboration avec Silvio Stampiglia , un librettiste célèbre de son temps, a eu comme conséquence au moins 6 sérénades, un oratorio et 5 opéras, dont le dernier, “Il Trionfo di Camilla”, fut le plus grand succès du carnaval 1696-1697 à Naples.

Sa musique avait un impact tel qu’en 1698 il fut engagé à la cour de Léopold 1er à Vienne, où il devint l’un des musiciens favoris de son héritier Joseph 1er . De passage à Berlin, il rencontre le jeune Georg Friedrich Haendel , de quinze ans son cadet, dont il éprouve avec dépit le talent précoce, et que, plus tard, il trouvera à nouveau sur son chemin. Il a également servi de 1714 à 1719 dans le service de Johann Wenzel à Rome.

En 1720, il devint compositeur pour l’académie royale de la musique à Londres jusqu’en 1722. Malgré des cabales contre lui et contre l’opéra italien, ses travaux ont reçus l’acclamation de l’aristocratie londonienne et étaient souvent en concurrence avec les travaux de Handel. Tout au long de sa vie, il était compositeur de cour pour beaucoup de membres de l’aristocratie dont le duc de Marlborough. En 1726, il était un membre actif de l’académie de la musique antique.

En 1733 il était à Paris et compose pour le Concert Spirituel [4]. En 1737, il perd beaucoup d’argent à la suite d’une escroquerie. Il mène ensuite une existence errante, puis en 1741 il est accueilli en Autriche à Vienne à la cour de Marie Thérèse .

Pendant sa vie, il a créé des travaux tels que l’"trionfo d’Il di Camilla", "Griselda" et "Impara un fede non dar". Le terme "simplicité baroque" a été employé pour décrire ses travaux.

Il fut une des figures musicales internationales les plus en avant de son temps. Ses travaux comprennent environ 300 cantiques pour soliste, des travaux vocaux sacrés, un Te Deum en 1741, et 3 madrigaux sacrés, 12 Sonates pour chambre. Il meurt à Vienne dans la pauvreté.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de opéra baroque /BONONCINI

Notes

[1] Modène est une ville italienne, chef-lieu de la province du même nom située en Emilie Romagne. La ville se situe sur la Via Emilia, route romaine qui relie Piacenza jusqu’à Rimini sur la côte Adriatique. Au cœur de la vallée du Pô, la ville est entourée de deux rivières, la Secchia et le Panaro qui sont deux affluents du Pô, le plus important fleuve du territoire italien. La ville s’élève à 34 mètres d’altitude au-dessus du niveau de la mer, dans une zone complètement plate. Au sud de la province de Modène se trouve le parc régional de l’Appennino modenese, au cœur de la chaîne de montagne des Appennini.

[2] La Basilique San Petronio située sur la Piazza Maggiore, est la principale église de Bologne. Elle est dédiée à Saint Pétrone, évêque au 5ème siècle et saint patron de la ville.

[3] San Giovanni in Monte est une église catholique romaine du 15ème siècle à Bologne, en Italie.

[4] Le Concert Spirituel est le nom d’une organisation de concerts inaugurée à Paris le 17 mars 1725. L’institution perdurera jusqu’en 1791, au début de la Révolution française et marquera le monde musical par ses innovations et la qualité de ses productions.