Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Charles de Marguetel de Saint-Denis de Saint Evremond

Charles de Marguetel de Saint-Denis de Saint Evremond

mercredi 21 novembre 2012

Charles de Marguetel de Saint-Denis de Saint Evremond (1614-1703)

Ecrivain-moraliste et critique libertin

Charles de Marguetel de Saint-Denis de Saint Evremond Ecrivain-moraliste et critique libertin

Cadet de famille, élevé par les Jésuites au collège de Clermont, il commença son droit à Caen, puis suivit avec distinction la carrière des armes. Il vécut d’abord de son épée, mais en soldat lettré, tour à tour lieutenant des gardes et lecteur du prince de Condé, tantôt se battant bravement à Rocroi, Fribourg, Nördlingen, tantôt philosophant sous la tente et préludant à sa renommée de merveilleux causeur. Entre deux campagnes, il se donna le passe-temps de railler la nouvelle Académie en 1644, avec ses décrets et ses réformes, dans une piquante satire dialoguée, la comédie des Académistes. Il cultivait les lettres avec un esprit de raillerie et de satire, formant des relations avec des hommes de marque, avec Turenne, Créquy, d’Olonne, Clérembault, sans jamais négliger le plaisir vers lequel le portait sa nature épicurienne, lorsque ses railleries sur Condé lui firent perdre sa lieutenance en 1648.

Il s’aventura dans la Fronde avec sa plume et son épée, pour la cause royale, écrivit la satire ménippée de cette Ligue nouvelle, Retraite du duc de Longueville, et gagna le brevet de maréchal de camp avec une pension de 3.000 livres en 1652. Puis il alla servir en Flandre Auteur d’une lettre satirique sur la paix des Pyrénées et son négociateur Mazarin, lettre surprise par Louis XIV et compromis dans le procès de Fouquet, il dut pour éviter la Bastille s’exiler en 1661, jusqu’à sa mort. La Hollande, puis l’Angleterre l’accueillirent. Après avoir oublié Versailles et Paris auprès de Charles II, de Guillaume III, et surtout de la duchesse de Mazarin, et refusé sa grâce en 1689, il eut l’honneur d’une sépulture dans l’abbaye de Westminster.

Il est aussi l’auteur d’essais sur des questions de littérature et d’histoire.