Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Cérès (mythologie)

lundi 4 juillet 2022, par ljallamion

Cérès (mythologie)

Personnage de la mythologie romaine-Déesse de l’agriculture, des moissons et de la fertilité

Elle connaît une interpretatio graeca [1] précoce et est assimilée à la déesse grecque Déméter.

Plusieurs descriptions des Ambarvales [2] font allusion à la déesse de la croissance. Enfin, avant la récolte, avait lieu un rituel centré sur l’offrande d’une truie connu sous le nom de “porca praecidanea”.

Le domaine de Cérès ne se limitait pas à assurer la croissance des végétaux mais touchait également la race humaine. Ainsi, les jeunes filles, soit en allant à la maison de leur époux ou après leur arrivée lui sacrifiaient. Les liens de Cérès avec le mariage se poursuivaient après les rites de noce. Ainsi, “la loi de Romulus” ordonnait au mari qui renvoyait son épouse pour une autre raison que les trois prévues par la loi devait donner la moitié de sa fortune à son épouse et l’autre moitié à Cérès-Déméter.

Selon Georges Dumézil , il est probable que Cérès en tant que déesse de la terre, et avant même son assimilation à Déméter, ait eu un caractère chthonien [3], qui fut par la suite dévolu à sa fille Perséphone. Après toute mort, une truie était sacrifiée à Cérès pour purifier la famille.

Outre le porc, la truie ou la laie, Cérès agréait aussi le bélier comme victime. Dans ses solennités, les guirlandes dont on faisait usage étaient de myrte ou de narcisse ; mais les fleurs étaient interdites, parce que c’était en cueillant des fleurs que Proserpine avait été enlevée par Pluton . Le pavot seul lui était consacré, non seulement parce qu’il croît au milieu des blés, mais aussi parce que Jupiter lui en fit manger pour lui procurer du sommeil, et par conséquent quelque trêve à sa douleur.

En Sicile [4], tous les ans, en commémoration du départ de Cérès pour ses longs voyages. Les insulaires, voisins du volcan Etna [5], couraient la nuit avec des flambeaux allumés et en poussant de grands cris.

Cérès récupère la mythologie de Déméter et fait partie des Olympiens. Fille de Saturne et de Ops/Rhéa , Cérès apprit aux hommes l’art de cultiver la terre, de semer, de récolter le blé, et d’en faire du pain, ce qui l’a fait regarder comme la déesse de l’agriculture, de la fertilité et des moissons.

Jupiter, son frère, épris de sa beauté, eut d’elle Proserpine [6]. Elle fut aussi aimée par Neptune , et, pour échapper à sa poursuite, elle se changea en jument.

Le dieu s’en aperçut et se transforma en cheval. Les amours de Cérès avec Neptune la rendirent mère du cheval Arion et elle eut un deuxième enfant : Despina . Elle est représentée comme déesse pour les pauvres. Selon certaines sources, elle serait la mère du héros Lityersès, lié au cycle d’Hercule/Héraclès.

Mais alors que sa fille cueillait des fleurs avec ses amies, elle fut enlevée par le dieu des Enfers, Pluton. Cérès ne s’en remit pas et arrêta de s’occuper de l’agriculture. Elle partit s’enquérir du jugement divin de Jupiter, qui ordonna à Proserpine de rester l’hiver aux Enfers et de passer le reste de l’année avec sa mère.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Cérès (mythologie)/ Portail de la mythologie romaine/ Catégories : Déesse romaine

Notes

[1] Interpretatio graeca et interpretatio romana sont deux locutions latines qui désignent la propension des Grecs et des Romains de l’Antiquité à assimiler les divinités des barbares à leurs propres divinités. L’interpretatio graeca/romana est surtout connue par la « fusion » voire confusion des dieux grecs et romains. Ceux qui n’avaient pas d’équivalence dans la religion romaine et/ou grecque, étaient souvent assimilés par les Romains. On peut citer dans ce cas par exemple Apollon, dieu grec, directement assimilé au panthéon romain, ou bien la déesse celte Épona, déesse des chevaux, adorée par les militaires romains. Chez les Égyptiens ce sont Isis, Osiris, Anubis et Horus (sous sa forme d’Harpocrates).

[2] processions autour des champs célébrées par les Frères Arvales

[3] Les divinités grecques chthoniennes ou telluriques sont des divinités anciennes ayant contribué à la formation du Panthéon grec. Elles sont dites « chthoniennes » ou « telluriques » parce qu’elles se réfèrent à la terre, au monde souterrain ou aux Enfers, par opposition aux divinités célestes, dites « ouraniennes » ou « éoliennes ».

[4] La Sicile est la plus grande île méditerranéenne. Avec une superficie de 25 708 km², c’est la région la plus étendue de l’Italie et son territoire est constitué de neuf anciennes provinces à leur tour partagées en 390 municipalités. Elle est également la seule région italienne à compter 2 des 10 villes les plus peuplées du pays : Palerme et Catane. Son chef-lieu est Palerme.

[5] L’Etna est un volcan d’Italie situé en Sicile, à proximité de la ville de Catane, la deuxième ville la plus peuplée de Sicile. Culminant à 3 357 mètres d’altitude, il est le plus haut volcan actif d’Europe et l’un des plus actifs du monde avec près de 80 éruptions au cours du 20ème siècle.

[6] assimilée à la Perséphone de la mythologie grecque