Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Herménégild

dimanche 8 mars 2015 (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2011).

Herménégild (né vers 560-585)

Prince wisigoth

Fils aîné du roi Léovigild, associé avec son frère Récarède au pouvoir par son père, qui essaya d’établir sa dynastie.

Bien qu’arien, il épousa en 579 une catholique, la princesse franque mérovingienne Ingonthe, fille du roi Sigebert et de la reine Brunehilde. Sous l’influence de sa femme, le prince abjure l’arianisme [1], se convertit à la foi catholique et envisage de se tailler un royaume dans le sud de la péninsule ibérique avec pour ville principale, Séville, haut lieu de la foi catholique en Espagne. Soutenu par sa femme, par l’Église catholique, par les Hispano Romains et par des Suèves [2] catholiques en lutte contre les Wisigoths [3], il s’opposa à son père.

Le roi, décidé d’en finir avec son fils, le combattit violemment et réussit à vaincre ses troupes et le captura en 584.

Captif, il fut envoyé à Tarragone [4]. Pour les fêtes de Pâques 585, alors qu’il se trouvait en prison, Léovigild lui envoya un évêque arien, afin qu’il reçoive la communion de ses mains. Le roi offrit même de le libérer et de le rétablir dans son ancienne position s’il acceptait cette communion arienne. Mais il rejeta l’évêque arien et lui reprocha son hérésie.

L’évêque arien rapporta ses paroles au roi qui se mit aussitôt en colère et ordonna d’exécuter son fils. Dans un sous-sol d’un ancien palais romain d’Auguste, il subit le martyre et fut décapité le 13 avril 585.

Il fut aussitôt considéré comme un saint martyr par l’Église catholique d’Espagne ainsi qu’en France et en Italie. Il fut canonisé par le pape Sixte V au 16ème siècle.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Nominis/histoire des saints/ Saint Hermenegild martyr à Tarragone en Espagne/

Notes

[1] Hérésie chrétienne qui a cours du 4ème au 6ème siècle sur l’instigation d’Arius, condamné par l’Eglise en 325 et en 381. Cette doctrine niant la consubstantialité du Fils avec le Père , c’est-à-dire niant l’essence divine de Jésus, se scinde ensuite en plusieurs tendances qui rencontrent un vaste écho dans l’Empire et hors de celui-ci.

[2] Dans le cadre des Grandes Invasions, les Suèves se sédentarisent dans la région correspondant à l’actuelle Galice et au nord du Portugal au début du 5ème siècle. Ce royaume suève prend Bracara Augusta, actuelle Braga, comme capitale et existe de 410 à 584, année de son effondrement devant l’armée du royaume wisigoth dirigée par le roi Léovigild.

[3] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[4] Tarragone est une ville et une municipalité du sud de la Catalogne, en Espagne, capitale de la province de Tarragone et de la région du Tarragonès