Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marcus Aemilius Papus

vendredi 30 juillet 2021, par ljallamion

Marcus Aemilius Barbula Papus ou Marcus Aemilius Papus

Homme politique romain

Emblème de la République romaine.Membre des Aemilii Papi [1], branche de la famille patricienne des Aemilii [2].

En 321 av. jc, après la défaite des Fourches Caudines [3], le Sénat enjoint aux consuls vaincus par les Samnites [4], Spurius Postumius Albinus Caudinus et Titus Veturius Calvinus, d’abdiquer et désigne Quintus Fabius Ambustus comme dictateur [5] afin d’assurer les élections de nouveaux consuls.

La désignation de ce dernier n’ayant pas été faite de façon régulière, il doit renoncer aussitôt. Marcus Aemilius Papus est alors nommé comme nouveau dictateur pour assurer les élections.

Il s’adjoint Lucius Valerius Flaccus comme maître de cavalerie [6], mais ne parvient pas non plus à tenir de nouvelles élections. Ils sont donc remplacés par un interroi [7] qui préside les élections.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marcus Aemilius Papus/ Portail de la Rome antique/ Catégories  : Dictateur (Rome antique)

Notes

[1] Les Aemilii Papi sont des patriciens romains membres d’une branche de la gens des Aemilii. Ils apparaissent entre le milieu du 4ème et la fin du 3ème siècle av. jc.

[2] Les Aemilii sont les membres de la gens Aemilia, l’une des familles patriciennes les plus importantes et les plus influentes de l’histoire romaine.

[3] La bataille des Fourches Caudines a opposé les Romains aux Samnites en 321 av. jc au cours de la deuxième guerre samnite. Les Samnites de Caius Pontius, par leurs positions stratégiques, encerclent et capturent une armée romaine entière de 40 000 hommes dirigée par leurs deux consuls.

[4] Les Samnites sont des tribus sabelliennes établies dans le Samnium (région montagneuse d’Italie centrale) du 7ème à la fin du 3ème siècle av. jc. La première mention écrite des Samnites remonte à 354 av. jc, dans un traité conclu avec les Romains.

[5] Le dictateur est, durant la République romaine, un magistrat extraordinaire qui détient les pleins pouvoirs (imperium) pour un mandat qui ne peut, à l’origine, excéder six mois. Selon la tradition, le titre a été institué en 501 av. jc pour répondre à une situation d’urgence militaire, mais un magister populi (littéralement « maître du peuple ») existe déjà sous la Royauté romaine.

[6] Le maître de cavalerie est, durant la République romaine, l’assistant qu’un dictateur romain doit nommer, une sorte de chef d’état-major. À partir du 1er siècle av. jc, le titre est utilisé par l’armée romaine comme titre honorifique. Le grade de magister equitum, associé à de véritables pouvoirs de commandement, réapparaît durant le Bas-Empire romain.

[7] L’interroi est un magistrat nommé à titre exceptionnel dans la Rome antique, en cas de vacance du pouvoir, c’est-à-dire après la disparition du roi (selon la tradition légendaire rapportée par Tite-Live) ou des magistrats détenteurs de l’imperium (consul ou tribun militaire à pouvoir consulaire). Sous la République romaine, en cas de vacance du consulat pour cause de mort ou d’abdication des deux consuls ou de troubles ayant retardé l’élection le Sénat décide d’établir un interrègne (interregnum). Il choisit en son sein un patricien comme premier interroi. Celui-ci, chargé de préparer l’élection des nouveaux consuls par les comices centuriates, ne peut les présider, n’ayant pas reçu l’investiture auspicatoire. Le premier interroi en nomme un second qui lui succède. Ayant reçu l’investiture auspicatoire du premier, ce second interroi peut tenir les comices. Les principaux ornements consutaires, dont le siège curule, lui sont accordés. À la suite de Theodor Mommsen, l’interroi est d’ordinaire regardé comme le titulaire d’une magistrature extraordinaire. Mais la qualité de magistrat de l’interroi est discutée.