Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Chen de Wu dit Chen Jiao

mercredi 21 avril 2021, par ljallamion

Chen de Wu dit Chen Jiao

Impératrice pendant la dynastie des Han

Première épouse de l’empereurHan Wudi jusqu’à sa déposition en 130 av. jc.

Fille de Chen Wu , marquis de Tangyi, et de Liu Piao, la plus ancienne princesse Guantao, sœur aînée de l’empereur Han Jingdi.

La princesse Guantao a d’abord proposé que sa fille épouse Liu Rong, fils aîné et prince héritier de l’ empereur Jing, ainsi qu’au fils de sa concubine préférée, Lady Li. Cependant, Lady Li a brutalement rejeté la proposition car elle était contrariée par le fait que la princesse Guantao procurait souvent de nouvelles concubines à l’empereur Jing.

La princesse Guantao, profondément humiliée et frustrée, a alors pris contact avec Wang Zhi, une autre concubine privilégiée par l’empereur Jing, et lui a proposé sa fille pour Liu Che, le fils de Wang, âgé de 5 ans, le dixième fils de l’empereur Jing, puis le prince de Jiaodong. Consort Wang, a immédiatement accueilli la proposition. Ce mariage politique a créé une alliance entre eux. Ils ont ensuite comploté ensemble pour s’assurer que l’empereur Jing était soit de plus en plus ennuyé par Lady Li.

Elle aboutit à la déposition de Liu Rong, rétrogradé de prince héritier à prince de Linjiang en 150 av. jc et exilé hors de la capitale Chang’an [1]. Lady Li est décédée peu de temps après et Liu Rong fut arrêtée 2 ans plus tard pour avoir saisi illégalement des sanctuaires impériaux et s’est suicidée en détention.

Cependant, l’union entre Liu Che et Chen n’a pas été initialement approuvée par l’empereur Jing, leur différence d’âge étant inappropriée

Après avoir rejeté le choix de dizaines de servantes du palais, la princesse Guantao a finalement montré sa fille à Liu Che, qui s’est vantée de construire une maison en or pour elle si elles étaient mariées.

Liu Che a été créé prince héritier à l’âge de 7 ans et a officiellement épousé Chen quelques années plus tard comme impératrice désignée. Quand l’empereur Jing mourut au début de 141 av. jc, l’héritier de 16 ans, apparemment Liu Che, monta sur le trône en tant qu’empereur Wu.

Moins d’un an après son ascension, basé sur les conseils de spécialistes de Confucius, l’empereur Wu lança une réforme ambitieuse, connue dans l’histoire sous le nom de réformes de Jianyuan. Cependant, ses réformes menaçaient les intérêts des classes nobles existantes et furent rapidement vaincues par sa grand-mère, la grande impératrice Douairière Douager, qui déétenait un réel pouvoir politique à la cour des Han. Ses deux nobles partisans, Dou Ying et Tian Fen, ont tous deux perdu leurs positions. et ses deux mentors, Wang Zang et Zhao Wan, ont été destitués, arrêté et contraint de se suicider en prison. L’empereur Wu, qui est maintenant privé de tout allié, est soumis à des conspirations pour le faire retirer du trône.

À ce stade, l’impératrice Chen avait déjà épousé l’empereur Wu pendant des années mais n’avait réussi à obtenir aucune grossesse. Pour tenter de rester au centre de son attention, elle lui interdit également de garder d’autres concubines. Le fait que le jeune et énergique empereur Wu soit toujours sans enfant avait été utilisé par ses ennemis politiques comme une excuse pour envisager de le destituer et de le remplacer par son oncle, Liu An roi de Huainan [2] et figure emblématique de l’idéologie taoïste [3].

La survie politique de l’empereur Wu dépend désormais largement des pressions exercées sur la princesse Guantao, qui joue le rôle de médiateur lors de la réconciliation de l’empereur avec sa mère, la grande impératrice Dowager Dou.

L’empereur Wu, déjà mécontent de l’infertilité et du mauvais comportement de l’impératrice Chen, était encore plus enragé par la cupidité de sa mère, mais devait tolérer de tels abus sous le conseil de sa mère, l’impératrice Wang, de rester sur place et d’attendre sa chance. Il a ensuite passé les quelques années suivantes à prétendre être docile, hédoniste et ayant abandonné toutes les ambitions politiques, mais en réalité il recrutait secrètement des partisans.

Alors qu’il assistait à un rituel annuel de printemps à Bashang en 139 av. jc, l’empereur Wu décida de rendre visite à la maison de sa sœur aînée sur le chemin du retour. Sa sœur, la princesse Pingyang, qui avait depuis longtemps l’intention d’imiter sa tante, la princesse Guantao, et d’établir un moyen de pression politique, avait préparé une collection de jeunes femmes à offrir au concubinage de son frère. Cependant, son plan n’a pas abouti, aucun de ses candidates n’ayant réussi à impressionner l’empereur Wu. Réalisant que son frère était déçu et ennuyé, elle a fait appel à ses danseuses internes pour se divertir. Cette fois, l’empereur Wu jeta les yeux sur une belle et jeune chanteuse appelée Wei Zifu et tomba immédiatement amoureux d’elle. À la suite d’une rencontre amoureuse avec Wei Zifu, l’empereur Wu décerna immédiatement mille pièces d’or à sa sœur en guise de récompense.

Cependant, après son retour à Chang’an, l’empereur Wu fut contraint d’abandonner Wei Zifu en tant que servante insignifiante du palais et la négligea pendant plus d’un an sous la pression de l’impératrice Chen. Ils ne se sont pas revus jusqu’à ce que Wei Zifu ait tenté de quitter le palais en se fondant dans une file de femmes en attente d’expulsion. Avec le vieil amour renouvelé, Wei Zifu tomba bientôt enceinte, débarrassant ainsi l’empereur Wu de toute spéculation sur l’infertilité.

La montée soudaine d’une rivale amoureuse rendit furieuse l’impératrice Chen, mais elle ne pouvait rien faire puisque Wei Zifu était maintenant sous la protection directe de l’empereur Wu.

L’impératrice Chen, qui s’est brouillé ouvertement avec l’empereur Wu, a été largement négligée. Frustrée et jalouse, elle tenta en vain de retenir l’attention de son mari en menaçant de se suicider à plusieurs reprises, ce qui ne fit que rendre l’empereur Wu encore plus en colère contre elle. Impuissante et désespérée, elle se tourna de nouveau vers sa mère pour évacuer sa colère.

Ayant maintenant complètement perdu l’amour de son mari, l’impératrice Chen portait une grande jalousie et une grande haine envers Consort Wei. Elle a finalement eu recours à la sorcellerie comme tentative ultime de sauver la situation

La sorcellerie était une infraction capitale selon les lois des Han, en particulier si elle impliquait des familles nobles. L’association de l’impératrice Chen avec Chu Fu fut bientôt découverte et l’empereur Wu chargea le procureur, très redouté, le procureur Zhang Tang d’enquêter. Après la répression massive de Zhang, Chu Fu fut arrêté et exécuté par décapitation, avec plus de 300 autres accusés. L’empereur Wu publia ensuite un décret destituant officiellement l’impératrice Chen de son poste en 130 av. jc et l’exila de la capitale Chang’an pour la placer en résidence surveillée.

Deux ans plus tard, en 128 avant jc, Consort Wei a donné naissance au premier fils de l’empereur Wu, Liu Ju, et a été créée impératrice pour sa contribution à la lignée royale. Son frère Wei Qing qui allait devenir le général militaire le plus estimé de l’histoire des Han [4], consolidant ainsi sa position. En 122 avant jc, Liu Ju fut également créé prince héritier. Avec l’établissement sécurisé de l’impératrice Wei, toute possibilité de réintégration de l’impératrice Chen avait pratiquement disparu.

Un an après la déposition de l’impératrice Chen, son père Chen Wu est décédé. La veuve Guantao, qui entretenait déjà une relation adultère avec son filleul âgé de 18 ans, Dong Yan et ne se souciait plus de sa fille.

Quelques années plus tard, l’ex-impératrice Chen mourut seule, et fut enterrée à l’est du pavillon Langguan dans le comté de Baling, à environ 30 li au nord-est de Chang’an. en dehors de ses cimetières ancestraux.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Chen Jiao/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Autrefois nommé Hao ou Zongzhou, pendant la dynastie Zhou, elle fut la capitale de la Chine pour la période des Zhou occidentaux. Suite à la folie du roi Zhou Youwang, la ville fut incendiée et pillée par les barbares Rong. Xi’an est l’extrémité est de la route de la soie considérée comme ayant été « ouverte » par le général chinois Zhang Qian au 2ème siècle av. jc. C’était l’une des Quatre Grandes Capitales Anciennes car ce fut la capitale de la Dynastie Qin, des Han, alors connue sous le nom de Chang’an

[2] Huainan est une ville préfecture du centre de la province de l’Anhui en Chine.

[3] Le taoïsme est un des trois piliers de la philosophie chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme, et se fonde sur l’existence d’un principe à l’origine de toute chose, appelé « Tao ». Plongeant ses racines dans la culture ancienne, ce courant se fonde sur des textes, dont le Tao Tö King de Lao Tseu, le Lie Tseu et le Zhuāngzi de Tchouang Tseu, et s’exprime par des pratiques qui influencèrent de façon significative tout l’Extrême-Orient, et même l’Occident depuis le 20ème siècle.

[4] La dynastie Han régna sur la Chine de 206 av. jc à 220 apr. jc. Deuxième des dynasties impériales, elle succéda à la dynastie Qin (221 - 206 av. jc) et fut suivie de la période des Trois Royaumes (220 - 265). Fondée par Liu Bang, chef de guerre d’origine paysanne révolté contre la dynastie Qin, elle compta 28 empereurs.