Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Clémence de Bourgogne

Clémence de Bourgogne

lundi 23 novembre 2020, par ljallamion

Clémence de Bourgogne (vers 1078- vers 1133)

Fille de Guillaume 1er de Bourgogne et d’Étiennette de Bourgogne. Comtesse de Flandre [1] jusqu’en 1111 par son mariage avec Robert II de Flandre, puis comtesse de Brabant [2] par son mariage vers 1125 avec Godefroid 1er de Louvain. Elle est la sœur du pape Calixte II.

De passage à travers la Bourgogne, à son retour de Jérusalem, Robert 1er de Flandre arrange son mariage avec son fils Robert II. Le mariage a probablement lieu en 1090. Le comte de Flandre dote les jeunes mariés d’une douzaine de villes, ce qui représente environ un tiers du comté.

Devenue veuve du comte de Flandre, Clémence entre en conflit avec son fils Baudouin VII qui réclame l’intégralité du comté. L’affaire est portée devant la curie des nobles flamands, le roi de France est appelé en arbitre. Finalement tout cela se règle à l’amiable lorsque Baudouin devient l’administrateur des terres de sa mère.

Vers 1125, Clémence se remarie avec Godefroid 1er de Louvain, comte de Brabant de 1095 à 1139. Ce second mariage fut sans enfant.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Clémence de Bourgogne/ Portail de la Région flamande/ Comtesse de Flandre

Notes

[1] Le comté de Flandre a été un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au 9ème siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, possédé par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre-Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).

[2] Le titre de duc de Brabant a été créé lorsque l’empereur Frédéric Barberousse éleva en 1183/1184 le landgraviat de Brabant en duché en faveur de Henri 1er de Brabant. En 1190, Henri 1er succède à son père Godefroid III de Louvain comme duc de Basse-Lotharingie (Lothier), mais sans autorité territoriale ou judiciaire en dehors de ses propres comtés. À partir de 1288, les ducs de Brabant deviennent aussi ducs de Limbourg.