Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Mucia Tertia

vendredi 22 mai 2020, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 novembre 2011).

Mucia Tertia

Matrone romaine qui vécut au 1er siècle av.jc

emblème république romaine

Troisième femme de Pompée, fille de Quintus Mucius Scaevola, consul en 95 av. jc et pontifex maximus [1] de 89 à 86 av. jc. Sa mère, Licinia, divorça de son père pour épouser Quintus Caecilius Metellus Nepos dont elle était déjà la maîtresse.

Le premier mari de Mucia était Caius Marius le jeune, fils de Caius Marius et de Julia, la tante de Jules César. Le dictateur Sylla, qui devait s’assurer la loyauté de Pompée, arrangea le mariage de celui-ci avec Mucia vers 79 av. jc.

De ce mariage naquirent trois enfants : Gnaeus Pompeius dit Pompée le jeune, Pompeia Magna mariée à Faustus Cornelius Sulla et Sextus Pompée. Durant la longue absence de Pompée, entre 76 et 61 av. jc, Mucia mena une vie assez dépravée.

Tant qu’il fut loin de Rome, Pompée ne tint pas compte des ragots qui lui parvenaient. Mais à son retour définitif, en 61 av. jc, il lui envoya l’acte de divorce, sans faire connaître, ni alors, ni plus tard, les raisons de ce divorce. Toutefois, on les trouve dans la correspondance privée de Cicéron.

Mucia se remaria ensuite avec Marcus Aemilius Scaurus, un beau-fils du dictateur Sylla. Elle a aussi été une des maîtresses de Jules César.

En 39 av. jc, elle se rendit en Sicile [2] pour servir de médiatrice entre son fils Sextus Pompée et Auguste. Celui-ci la traita avec beaucoup de respect.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mucia Tertia »

Notes

[1] Dans la Rome antique, pontifex maximus (grand pontife) est le titre donné au grand prêtre à la tête du collège des pontifes. Ce titre est le plus élevé de la religion romaine. Les pontifes sont chargés de l’entretien du pont sacré (pont Sublicius) et de surveiller la bonne observance des pratiques religieuses. Ils s’occupent aussi des temples ne disposant pas de clergé propre.

[2] La Sicile a été une province de la Rome antique depuis la chute de Syracuse en 211 av. jc jusqu’à l’invasion de l’île par les Vandales en 440 apr. jc, suivi de la reconquête byzantine en 533. Elle fait partie aujourd’hui de l’Italie.