Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Alexandre Stuart (1er comte de Buchan) (vers 1343/1345-1405) dit Le Loup de (...)

Alexandre Stuart (1er comte de Buchan) (vers 1343/1345-1405) dit Le Loup de Badenoch

samedi 2 mai 2020, par ljallamion

Alexandre Stuart (1er comte de Buchan) (vers 1343/1345-1405) dit Le Loup de Badenoch

Membre de la famille royale écossaise-Seigneur de Badenoch-1er comte de Buchan-Seigneur du comté de Ross

Carte des principales seigneuries d'Écosse vers 1230

4ème fils de Robert Stuart 7ème Grand Steward d’Écosse [1], futur roi Robert II d’Écosse, et le benjamin de ceux nés de sa première union avec Élisabeth Muir de Rowallan .

Comme son surnom l’indique la base du pouvoir d’Alexandre Stuart est constituée par la seigneurie de Badenoch [2]. Ce domaine est dans les mains de son père dès la décennie 1360 à la fin de laquelle Alexandre est chargé de facto de gouverner la seigneurie ses activités sont à l’origine de son incarcération par le roi David II d’Écosse au début de 1369, sans doute lié à un effort du pouvoir royal d’imposer son autorité dans les highlands [3] entre Badenoch et le comté de Ross [4].

Lorsque son père devient roi en 1371 la situation d’Alexandre est officialisée le 30 mars 1371 par l’investiture de la seigneurie de Badenoch avec le château et la forêt de Lochindorb en Strathspey [5].

L’objectif politique du roi Robert II est bien entendu d’avoir un seigneur loyal chargé du contrôle de la partie centrale nord des highlands, une région qui au cours des deux siècles écoulés fut la clef du contrôle royal sur l’écosse du nord. Alexandre est en ce sens le successeur de la famille Comyn [6] de Badenoch et de Thomas Randolph, le 1er comte de Moray [7] nommé par le roi Robert 1er.

Bien que Badenoch et Lochindorb aient constitué une partie du comté de Moray créé pour les Randolph, Alexandre ne reçoit pas le comté en lui-même, ce qu’il espérait sans doute : une partie de celui-ci la baronnie d’Urquhart, à l’ouest du Loch Ness [8], revient à son demi-frère David Stuart (1er comte de Strathearn) , pendant qu’un arrangement politique de Robert II confie le reste, principalement le long des rives du Moray Firth [9], à un descendant des Randolph en ligne féminine, John Dunbar, qui reçoit en outre le titre de comte de Moray*.

Comme compensation Alexandre, est toutefois nommé le 8 octobre 1372 Lieutenant royal au nord du Moray Firth et de l’Inverness-shire [10] au delà du Moray. Pendant la décennie 1370 il obtient aussi Urquhart de son demi-frère David Stuart, et il acquiert d’autres domaines dans les Grampians [11] et le nord du Perthshire [12], il est fait sheriff [13] d’Inverness [14]. Ses états contrôlent les principales routes qui traversent les highlands centraux ; et ses offices le rendent responsable du nord de l’Écosse tout entière.

En juin 1382 Alexandre Stuart obtint le comté de Ross qui s’étendait au nord du Moray Firth. Il appartenait de suo jure à la comtesse Euphémie 1ère la fille du dernier comte et à son mari, Sir Walter Leslie , l’un des favoris du roi David II. Robert II déniait cependant au couple le statut de comtesse et de comte et quand Walter meurt en avril 1382, le remariage d’Alexandre avec sa veuve Euphémie est rapidement arrangé avec l’appui de son père. Par contrat de mariage, Euphémie lui concède le pays de Ross pour sa vie durant pendant que le reste de ses domaines, incluant Lewis, Skye [15], et Dingwall [16] qui sont séparés du comté doivent revenir aux enfants à naître de leur union.

De ce fait Alexandre Leslie , le fils né du premier mariage de Euphémie avec Walter Leslie, ne pouvait pas hériter du Ross avant la mort d’Alexandre, et il se trouvait déshérité du reste des possessions de sa mère. Alexandre Stuart ne devient cependant pas comte de Ross en titre mais, comme l’héritage d’Euphémie comprenait Kingedward en Aberdeenshire [17], une partie de l’ancien comté de Buchan [18], le roi Robert II le crée comte de Buchan.

Après ce mariage qui fait de lui le plus grand détenteur de domaines de l’histoire des highlands écossais, Alexander Stuart apparaît au sommet de son pouvoir. Son seul problème important est lié au conflit né de l’opposition permanente d’Alexandre Bur, l’évêque de Moray, commencée par une confrontation à Kingussie en Badenoch en 1380, mais qui semblait s’être apaisée à la fin de 1383.

La cause officielle du conflit est la volonté de l’évêque de maintenir ses terres épiscopales de Badenoch et Strathspey indépendantes des pouvoirs omniprésents d’Alexandre Stuart comme ses prédécesseurs avait rejeter ceux accordés aux précédents comtes de Moray. Une autre raison réside peut être dans la manière dont Alexandre Stuart exerçait son autorité en s’appuyant comme un seigneur gaélique sur des bandes de guerriers peu disciplinés en provenance des hautes terres de l’ouest de l’écosse et même d’Irlande afin d’affirmer brutalement son pouvoir local ce qui ne pouvait que provoquer l’hostilité des cités et de l’église. Ces manières d’agir créent également des antagonismes avec le comte de Moray, l’évêque d’Aberdeen, les parents de Walter Leslie, dont Sir David Lindsay de Glen Esk, dont les domaines bordaient le Badenoch... Tant que le roi Robert II règne en personne l’opposition à Alaisdair Mòr Mac an Righ [19], reste muette.

Mais en novembre 1384 le pouvoir exécutif du royaume est saisi par le fils aîné du roi, Jean, comte de Carrick, le futur roi Robert III. Bien que le principal objectif du nouveau pouvoir soit la réactivation de la guerre avec l’Angleterre, le gouvernement de Robert II est fortement critiquer pour l’affaiblissement de la loi et de l’ordre dans le royaume, probablement en relation avec le statut d’Alexandre qui est lui-même attaqué en avril 1385 lors d’un Conseil général par son demi frère David, pour non paiement du solde de la cession d’Urquhart, Sir James Lindsay de Crawford, qui réclame le comté de Buchan, et John Dunbar le comte de Moray dont les états sont razziés par les highlanders des domaines d’Alexandre. Le comte Carrick ordonne qu’une force soit envoyée dans le nord pour restaurer l’ordre mais sa priorité est la guerre avec l’Angleterre et rien n’est finalement mis en oeuvre.

Alexandre Stuart conserve ses domaines et ses offices, et à la fin 1386, son père, peut-être par opposition au comte de Carrick [20] le nomme Justiciar [21], de l’ensemble de l’Écosse au nord du Firth of Forth [22].

En novembre 1388, la prise du contrôle du pouvoir royal par le second des fils du roi l’habile Robert Stuart, comte de Fife [23] et futur duc d’Albany [24] porte un coup sévère à sa puissance. Il est démis de son office de Justiciar, et également sans doute de sa Lieutenance et de sa fonction de shériff d’Inverness. À cette époque, la guerre avec l’Angleterre se termine en 1389.

Le cas du Loup de Badenoch devient une des priorités du gouvernement. Le comte Robert de Fife prend plusieurs mesures à l’encontre des positions de son frère. Il intervient par le biais de son fils Murdoch Stuart qui devient le principal détenteur de domaines dans le nord du Perthshire, qui fait partie de la zone d’influence d’Alexandre. Il nomme ensuite Murdoch Justiciar du Nord, et lui constitue un parti de fidèles incluant David Lindsay, puissant autour de Inverness dans le nord. Il négocie un accord entre l’évêque Alexander Bur et le comte de Moray, qui s’était également querellé avec l’évêque, il encourage enfin Euphémie de Ross à intenter une action contre son mari devant un tribunal ecclésiastique réuni par l’évêque de Moray.

Le mariage d’Alexandre est en effet un échec complet : il doit faire face à l’hostilité des représentants de la lignée masculine de la famille d’Euphémie, qui représente la famille dirigeante d’origine du comté de Ross. Il a de plus abandonné son épouse et entretient un concubinage notoire et permanent avec une certaine Mairead, fille de Eachann qui lui donne plusieurs enfants illégitimes.

Le 2 novembre 1389, les évêques lui ordonnent de retourner auprès de son épouse légitime Euphémie. Ils le menacent de prononcer l’annulation de son mariage avec les pertes de territoires que cela induit ce qui pousse Alexandre à capituler, il promet de restituer à Euphémie ses domaines mais il ne tarde pas à envoyer ses hommes d’arme contre elle.

En avril 1390 le vieux roi Robert II d’Écosse meurt et le combat pour le pouvoir entre Jean comte de Carrick héritier du trône et son frère le comte de Fife Robert éclate. Alexandre y voit une opportunité de se venger de Bur et du comte de Fife.

Il agit de manière spectaculaire en attaquant d’abord Forres [25], avec une troupe de guerriers gaéliques sauvages puis le 17 juin 1390 en incendiant Elgin [26], sans épargner la cathédrale de Moray [27].

L’église et le pouvoir royal s’unissent contre lui et il est immédiatement excommunié, il doit faire sa soumission devant le roi Robert III, le comte de Fife et le Conseil royal pour implorer son absolution et donner satisfaction à l’église de Moray.

En 1392 Euphémie, dûment soutenue par le comte de Fife, intente une action contre lui à la cour pontificale d’Avignon et leur mariage qui est réputé n’avoir produit que guerres, pilages, incendies volontaires, meurtres et beaucoup d’autres dommages et scandales, est annulé le comté de Ross revient à Euphémie elle-même et à sa mort vers 1398 à son fils Alexandre Leslie.

Alexander Stewart semble s’être tourné vers les highlands du sud pendant les 15 dernieres années de sa vie. Il intervient dans la baillie d’Atholl en 1402, et est actif à Perth en 1404, et quand il meurt le 20 juin 1405, il est inhumé dans la cathédrale de Dunkeld [28]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Stephen Boardman The early Stewart Kings. Robert II and Robert III 1371-1406. John Donald, (Edinburgh 2007) (ISBN 9781904607687

Notes

[1] Le Grand Steward d’Écosse est un titre honorifique et héréditaire écossais correspondant à celui de sénéchal ou intendant. Il fut porté pour la première fois par Walter Fitz Alan qui servit le roi David 1er d’Écosse au 12ème siècle.

[2] située dans la partie ouest des Monts Grampians juste au nord du défilé de Drumochter Pass

[3] Le Highland (Highland Council Area) est la plus grande des 32 divisions administratives d’Écosse, ainsi que de tout le Royaume-Uni. Sa capitale administrative est Inverness. Elle tient son nom de la région montagneuse des Highlands qui couvrent une bonne partie du council area.

[4] Initialement le comté de Ross, dont le nom signifie en gaélique « cap », correspondait au territoire de l’est du Ross actuel, limité par le Dornoch Firth et le Cromarty Firth. Il comprenait les paroisses de Kiltearn (c’est-à-dire la moderne Evanton) et Alness. Le premier personnage connu portant le titre de mormaer ou comte de Ross est le rebelle MacHeth

[5] Strathspey est une région située aux abords de la vallée de la Spey, en Écosse, à cheval sur les council area de Moray et de Highland.

[6] Les Comyn, Cumming ou Cumin sont un clan écossais probablement d’origine anglo-normande qui joue un grand rôle dans l’Écosse du 13ème et 14ème siècle.

[7] Le titre de comte de Moray de la pairie d’Écosse succède à celui de mormaer de Moray qui était à la tête du mormaerdom celtique de Moray. Le territoire des mormaers de Moray s’étendait le long de la rive sud du Moray Firth, à partir de la rivière Spey au travers du nord de l’Écosse jusqu’à la côte occidentale du pays. Le Moray était séparé du comté de Ross par la rivière de Beauly.

[8] Le loch Ness est un lac d’eau douce situé dans les Highlands (Écosse), au sud-ouest de la ville d’Inverness et au nord-est de Fort Augustus.

[9] Le Moray Firth, en gaélique écossais An Cuan Moireach ou Linne Mhoireibh, est un firth du Royaume-Uni situé en Écosse et constituant une baie de la mer du Nord.

[10] Le comté d’Inverness est un ancien comté et une région de lieutenance du nord de l’Écosse, dont la capitale est Inverness.

[11] Les monts Grampians sont l’une des trois principales chaînes de montagne d’Écosse. Ils dominent les plateaux de gneiss et de granites des massifs du sud et s’élèvent entre la vallée glaciaire et lacustre du Glenmore et la dépression qui unit les firths du Forth et de la Clyde. Ils constituent la région la plus élevée des îles Britanniques et contiennent leur point culminant : le Ben Nevis (1 345 m).

[12] Le Perthshire est un ancien comté du centre de l’Écosse, dont la capitale était Perth. Il a depuis été incorporé à la région de Perth and Kinross

[13] Shérif (en anglais sheriff) est le nom donné à une fonction politique et publique (en vigueur au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Irlande et en Inde), de même qu’à la personne chargée de cette fonction.

[14] Inverness est le centre administratif du council area du Highland, et était auparavant la capitale du comté de Inverness-shire et de l’ancienne région du Highland (ainsi que du district d’Inverness au sein de cette région). Elle est, du manière plus générale, la plus grande ville et le pôle d’attraction de toute la région des Highlands. La ville, qui a le statut de Cité, s’est autoproclamée capitale des Highlands. Inverness est située à l’embouchure de la rivière Ness, au nord-est de l’Écosse.

[15] L’île de Skye, est l’île la plus vaste et la plus au nord de l’archipel des Hébrides intérieures en Écosse. Elle se situe dans les mers intérieures de la côte ouest de l’Écosse. Elle est bordée plus précisément par la mer des Hébrides au sud, The Little Minch à l’ouest et The Minch au nord. L’île fait partie du Council area de Highland.

[16] Dingwall est une ville d’Écosse, située dans le council area des Highlands et dans la région de lieutenance et ancien comté de Ross-shire puis de Ross and Cromarty.

[17] L’Aberdeenshire est une région située dans le nord-est de l’Écosse, sur la mer du Nord. Elle est arrosée principalement par les deux rivières qui convergent vers Aberdeen : la Dee et la Don. La partie côtière, à l’est, est une région de plaines fertiles tandis que vers l’ouest, les Monts Grampians avec des sommets à plus de 1 000 mètres d’altitude (Cairngorm et Ben Macdui) ne sont presque pas cultivés.

[18] Comte de Buchan est un titre dans la pairie d’Écosse. Le titre de comte de Buchan fait suite à celui de mormaer de Buchan, qui était donné au seigneur de la province médiévale de Buchan. Ce titre, ainsi que celui de comte de Mar, est lié à une ancienne province picte. Ces deux provinces appartiennent de nos jours à l’Aberdeenshire. À partir des donations enregistrées dans le « Book of Deer » on peut reconstituer la liste des premiers mormaer de Buchan dont la trace est conservée. Le titre de comte passe ensuite par mariage à la famille Comyn.

[19] c’est-à-dire le Grand Alexandre, fils du roi, comme il est dénommé en gaélique écossais

[20] Le titre de comte de Carrick a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, et une fois dans la pairie d’Irlande. En Écosse, la première création intervint autour de 1186, quand Duncan de Galloway (dit aussi Donnchadh de Carrick) fut fait comte de Carrick. Le gros des terres associées à ce titre sont dans l’Ayrshire. Marjorie de Carrick, la petite-fille de Duncan, qui plus tard porta le titre de son propre droit, épousa Robert VI de Brus, qui devint plus tard le 6ème lord d’Annandale. Leur fils, aussi nommé Robert, et connu en tant que Robert le Bruce, allait ensuite régner sur l’Écosse sous le nom de Robert 1er d’Écosse, rattachant le titre à la couronne. Robert fut aussi créé baron dans la pairie d’Angleterre par acte de sommation en 1295 en tant que Baron Bruce d’Anandale. Le titre s’éteint avec la mort de son frère Édouard, puis de son fils David de Brus en 1371. Ensuite, les rois d’Écosse recréèrent le titre à plusieurs reprises, mais le firent non-héritable, spécifiant qu’il serait rattaché à la couronne à la mort de chaque porteur.

[21] chef de la justice

[22] Le Firth of Forth, est l’estuaire, ou firth, du fleuve écossais Forth.

[23] Comte de Fife ou mormaer de Fife est un titre médiéval que portait le possesseur de la seigneurie ou comté de Fife. Le titre de comte Fife a également été créé dans la pairie d’Irlande en 1759, pour un descendant de Macduff.

[24] Le titre de duc d’Albany a appartenu à la pairie d’Écosse. Il a été donné occasionnellement aux jeunes fils de la famille royale écossaise, et plus tard britannique, particulièrement dans les maisons Stuart et Hanovre. Le royaume d’Alba est le nom donné primitivement à toute l’Écosse, puis à un duché au nord du fleuve Forth et comprenant les districts de Bread-Albane, Athol, Glenurchy, avec partie de ceux de Perth et d’Inverness.

[25] Forres est une ville et à l’origine un burgh royal situé au nord de l’Écosse sur la côte de Moray, à l’est d’Inverness. Il y avait un château royal dans la ville à compter de 900, et en 1140 la ville devient un burgh royal. Les burghs royaux ont été fondés par les rois écossais au 12ème siècle pour encourager le commerce et favoriser le développement économique.

[26] Elgin est une ville (et ancien burgh royal) du council area et région de lieutenance du Moray en Écosse, dont c’est la capitale économique et administrative

[27] La cathédrale d’Elgin, parfois appelée Lanterne du Nord est une ancienne cathédrale en ruines du 13ème siècle située à Elgin dans le Moray, au nord-est de l’Écosse.

[28] La cathédrale de Dunkeld est une cathédrale située sur la rive nord du Tay à Dunkeld, en Écosse. Construite en grès avec une dominante grise, la cathédrale a été commencée en 1260 et achevée en 1501. Elle se trouve sur le site de l’ancien monastère Culdee de Dunkeld.