Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Personnages du 18ème siècle > Marie-Thérèse de Bourbon dite Mademoiselle de Bourbon

Marie-Thérèse de Bourbon dite Mademoiselle de Bourbon

jeudi 9 avril 2020, par ljallamion

Marie-Thérèse de Bourbon dite Mademoiselle de Bourbon (1666-1732)

Princesse de Conti de 1688 à 1709-Princesse douairière de Conti en 1709

Marie-Thérèse de Bourbon, princesse de Conti par Pierre Mignard.Membre de la Maison royale de France et à ce titre princesse du sang. Elle est nommée d’après la reine Marie-Thérèse d’Autriche, femme du roi Louis XIV.

Fille d’Henri-Jules de Bourbon-Condé, 5ème prince de Condé [1], et de la princesse palatine [2] Anne de Bavière , elle épouse à Versailles le 22 janvier 1688 François-Louis de Bourbon-Conti , 3ème prince de Conti [3], cousin germain de son père.

Elle est follement amoureuse de ce prince séduisant, mais sexuellement ambigu, qui s’intéresse à peine à elle. Ils ont néanmoins 7 enfants.

Elle entretient des relations difficiles avec son fils, Louis-Armand , et réside le plus souvent dans son domaine de L’Isle-Adam [4]. Vers 1715, elle fait construire par Robert de Cotte , sur des terrains rue de Bourbon [5] acquis de Germain Boffrand, un hôtel qu’elle revend, encore inachevé, dès le 17 décembre 1718 au duc du Maine pour aller s’installer à l’hôtel de Conti [6], après s’être passagèrement réconcilié avec son fils.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marie-Thérèse de Bourbon/ Portail du royaume de France/ Catégories : Maison de Condé/ Princesse de sang royal française

Notes

[1] Condé-en-Brie est une commune française située dans le sud du département de l’Aisne. Condé-en-Brie était une seigneurie des Montmirail, des Coucy, des comtes de Bar, des Luxembourg Saint-Pol, des Bourbon-Vendôme, des Bourbon-Condé, des Bourbon-Soissons, puis des Savoie-Carignan. Elle a donné son nom à la maison des princes de Condé

[2] La dignité de comte palatin du Rhin tire son origine de la dignité plus ancienne des comtes palatins de Lotharingie. Le titre apparut à la mort de Hermann II, comte palatin de Lotharingie de la dynastie des Ezzonides ; sa veuve Adélaïde de Weimar-Orlamünde apporta alors la dignité de comte palatin en dot à son nouvel époux Henri II de Laach. L’Empereur à cette occasion s’assure d’en réduire le pouvoir, afin d’éviter l’émergence d’une dynastie rivale comme ce fut le cas avec les Ezzonides. Le titre fut assorti d’un territoire dont l’extension se modifia au cours des siècles, le Palatinat du Rhin. Les comtes palatins du Rhin étaient également les premiers électeurs du Saint Empire avec la charge d’archi-sénéchal d’Empire, d’où leur nom d’Électeur palatin. En 1214, la dignité échut à la maison de Wittelsbach en la personne de Louis 1er de Bavière à partir duquel elle devint de fait héréditaire. Cette maison transmit à plusieurs branches collatérales le titre assorti de possessions familiales.

[3] Le titre de prince de Conti est porté par les branches cadettes de la maison française de Bourbon-Condé. Sous l’Ancien Régime, leurs titulaires étaient considérés comme princes du sang. Le titre tire son origine de Conty, une petite ville du nord de la France, situé à 35 km au sud-ouest d’Amiens en Picardie. La terre est entrée dans la famille de Condé par le mariage de Louis de Bourbon, premier prince de Condé, avec Éléonore de Roye en 1551.

[4] L’Isle-Adam est une ville francilienne du centre nord du Val-d’Oise située sur la rive gauche de l’Oise à 25 kilomètres à vol d’oiseau au nord-nord-ouest des portes de Paris, une dizaine au nord est de Pontoise et 35 au sud de Beauvais. En septembre 1527, le fils d’Antoine Villiers de L’Isle-Adam, Charles, qui a racheté les droits de ses frères et sœurs pour éviter tout morcellement du domaine, donne celui-ci, avec réserve d’usufruit, au connétable Anne de Montmorency. Le connétable fait reconstruire le château et le moulin banal situé sur le pont reliant l’île du prieuré à la rive droite de la rivière en 1540. Le château accueille François 1er en 1531, 1539 et 1540. Claude de Villiers, frère cadet de Charles de Villiers tente, en vain, de contester les droits d’Anne de Montmorency sur la châtellenie en 1535. Le roi Henri II visite le connétable en ses terres de L’Isle-Adam avant son sacre en 1547 puis, la même année, à 2 autres reprises. En 1552, Anne de Montmorency enrichit son domaine de la seigneurie de Jouy-le-Comte et, en 1567, du fief de Châteaupré. Ce dernier prend le nom de Cassan à la suite du mariage de sa propriétaire, Anne d’Auvergne, avec Philippe de Cassant, gentilhomme piémontais venu en France avec la cour de la reine Catherine de Médicis

[5] actuellement La rue de Lille à Paris dans le 7e arrondissement.

[6] L’hôtel de Conti se trouvait à Paris, sur le quai de Conti, à l’emplacement actuellement occupé par l’hôtel des Monnaies.