Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Godefroy 1er de Basse Lotharingie dit Godefroy de Verdun

Godefroy 1er de Basse Lotharingie dit Godefroy de Verdun

samedi 25 avril 2015

Godefroy 1er de Basse Lotharingie dit Godefroy de Verdun (vers 965-1023)

Comte de Verdun de 1002 à 1012-Duc de Basse Lotharingie de 1012 à 1023

Fils aîné de Godefroy 1er le captif, comte de Verdun [1], et de Mathilde de Saxe.

Il succéda à son père à Verdun. En 1012, à la mort d’ Otton , duc de Basse Lotharingie [2], l’empereur Henri II le Saint le nomma à la tête de ce duché sur la recommandation de l’évêque de Cambrai Gérard de Cambrai . Ce choix était aussi conduit par diverses considérations. Il s’agissait de renforcer la frontière occidentale du Saint Empire face au royaume de France, tout en pacifiant le duché.

Godefroy, originaire de la Haute Lotharingie [3], n’avait pas pris part aux luttes de l’aristocratie de la Basse Lotharingie et s’était toujours montré un fidèle des empereurs ottoniens. Il bénéficiait en outre du soutien de ses frères Gothelon, marquis d’Anvers, et d’Hermann, marquis d’Ename.

Il confia le comté de Verdun en 1012 à son frère Frédéric. Sa nomination en Basse Lotharingie suscita des jalousies, et il dut combattre Lambert 1er comte de Louvain, beau-frère de l’ancien duc, et Régnier V, comte de Mons, neveu de Lambert. Godefroy les battit à Florennes [4] le 12 septembre 1015.

Lambert fut tué, et Régnier dut faire la paix et épousa Mathilde, une nièce de Godefroy, et reçut en dot le Comté de Hainaut [5].

Il dut ensuite combattre le comte de Metz Gérard et lui infligea le 27 août 1017 une défaite, malgré une infériorité numérique. L’année suivante, à la suite de la diète de Nimègue, l’empereur Henri II le chargea de châtier le comte félon Thierry III de Frise occidentale , mais il fut vaincu à la bataille de Vlaardingen [6], fait prisonnier puis bientôt libéré. Godefroy mourut sans enfant en 1023, et son plus jeune frère Gothelon 1er lui succéda.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Godefroy Ier de Basse-Lotharingie/ Portail de la Lorraine/ duc de Basse-Lotharingie

Notes

[1] La Lotharingie revient finalement au Saint Empire romain germanique, sous l’empereur Othon 1er et est divisée en deux duchés, celui de Basse Lorraine (Belgique actuelle), et celui de Haute Lorraine (Lorraine actuelle). Pendant un siècle et demi, Verdun fait partie de la Basse Lorraine qui appartient aux seigneurs de la Maison d’Ardenne. Cette période est très mouvementée : les derniers rois carolingiens français revendiquent la Lorraine. Lothaire, roi de France, vient mettre le siège devant Verdun deux fois dans la même année en 984. Il prend la ville, la perd, la reprend mais ne peut empêcher qu’elle retourne bientôt à l’empire germanique. Un peu plus tard, l’empereur Othon II donne aux évêques de Verdun le titre d’évêques comtes, en les nommant princes temporels du Saint Empire. Mais ceux-ci sont amenés à se faire suppléer, pour l’administration civile et la protection de l’évêché, par des comtes voués héréditaires. Les premiers voués appartiennent à la puissante famille d’Ardenne qui possède le comté avant qu’il ne devienne épiscopal, et que les évêques, trop faibles, n’osent évincer. Les comtes et les évêques ne vivent pas toujours en bonne intelligence : ainsi Godefroy le Barbu, l’un de ces seigneurs, prend Verdun et incendie la cathédrale et l’évêché en 1043. Le dernier comte, neveu du précédent, abandonne ses droits en partant pour la Croisade : Godefroy de Bouillon devient roi de Jérusalem.

[2] Le duché de Basse Lotharingie est la partie nord de la Lotharingie. Avec le temps, il sera appelé duché de Lothier. Ce duché est créé en 959, en même temps que la Haute Lotharingie, de la division du duché de Lotharingie. C’est Brunon de Cologne qui procède au partage et donne la Basse Lotharingie au vice duc Godefroy. La Basse Lotharingie telle qu’elle a été instaurée à cette époque n’empiétait pas au sud sur les territoires du diocèse de Trèves. L’ancienne Frise y était encore comprise. La Basse Lotharingie s’étendait donc de l’Escaut à l’Ems et de la mer du Nord jusqu’à l’extrémité méridionale de la province de Cologne.

[3] Le duché de Lorraine est issu du partage de la Lotharingie en 959. Ancien État du Saint Empire romain germanique, puis souverain dès 1542, le duché perdure jusqu’en 1766, date de son intégration dans le Royaume de France.

[4] La bataille de Florennes fut une bataille qui eut lieu le 12 septembre 1015 et qui opposa Lambert 1er de Louvain et Godefroy de Basse Lotharingie soutenu par l’empereur Henri II.

[5] Le comté de Hainaut ou Hainau est un ancien comté qui relevait du Saint Empire romain germanique, qui se trouvait en bordure du royaume de France.

[6] La bataille de Flardingue (Vlaardingen), survenue le 29 juillet 1018, vit la déroute de l’armée envoyée par l’empereur romain germanique pour déposer le comte rebelle Thierry III de Hollande. Trois chroniques contemporaines de l’événement nous donnent le récit de cet affrontement : le De diversitate temporum du moine Albert de Metz, le Chronicon de l’évêque Dithmar de Mersebourg, et la Chronique des évêques de Cambrai. Des fouilles archéologiques récentes permettent de mieux comprendre l’importance de Flardingue au 11ème siècle.