Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Godefroid 1er de Verdun dit le Captif ou le Vieux

Godefroid 1er de Verdun dit le Captif ou le Vieux

dimanche 21 août 2016 (Date de rédaction antérieure : 4 novembre 2011).

Godefroid 1er de Verdun dit le Captif ou le Vieux (mort vers 998)

Comte de Bidgau et de Methingau en 959-Comte de Verdun de 963 à 1002-Comte de Hainaut de 974 à 998

Fils de Gothelon, comte de Bidgau [1] et de Methingau, et d’Uda ou Oda de Metz, et frère d’Adalbéron, archevêque de Reims qui plaça Hugues Capet sur le trône de France.

Il fut toujours un fidèle des Ottoniens [2], avec lesquels il était apparenté par sa grand-mère maternelle, Oda, fille d’Otton 1er de Saxe.

Il épousa en 963 Mathilde de Saxe, fille d’ Hermann 1er de Saxe , duc de Saxe, veuve de Baudouin III , comte de Flandre

En 969, il obtient les marquisats d’Anvers [3] et d’Ename [4], puis s’empare en 973 du comté de Hainaut [5] avec Arnould de Valenciennes , aux dépens de Régnier IV. Charles de Basse Lotharingie, qui soutenait Régnier IV leur livra bataille à Mons en 976, et Godefroid y fut grièvement blessé et fait prisonnier.

Au côté de l’empereur germanique Otton II, il combat Lothaire, roi de France, mais fut capturé près de Verdun en 985 et resta captif 2 années. Ce fut Hugues Capet qui le libéra en 987, la famille de Godefroid l’ayant soutenu face à Charles de Basse Lotharingie, le prétendant carolingien. En 989, il est de nouveau fait prisonnier par Herbert III comte de Vermandois .

Il est libéré et en 995 il participe au synode de Mousson [6]. En 988, Régnier IV lui reprit le comté de Hainaut.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de Godefroy Ier de Limbourg/Histoire de l’Europe

Notes

[1] Le comté de Bidgau (pagus Bedensis) primitif était l’un des plus vastes de Lotharingie. Il était bordé au nord par l’Eifel, à l’ouest par l’Ardenne, la Woëvre et le Saargau ; au sud par le Bliesgau et à l’est par le Meinvelt et le Nahegau qui n’était pas Lotharingien. Il s’étendait sur les deux rives de la Moselle et comprenait la cité épiscopale de Trèves, les abbayes de Saint-Maximin, de Prüm et d’Echternach. L’ancien pays des Caerèses, entre la Prüm et la Kyll, et le pagus Surensis (rive droite de la Sûre) y étaient rattachés. Le Bidgau fut démembré continuellement, surtout au profit de la maison de Luxembourg et de l’archevêché de Trèves.

[2] Les Ottoniens sont une famille de rois germaniques qui doivent leur nom à Otton 1er du Saint Empire, fils d’Henri 1er de Germanie. À partir du royaume de Germanie et des restes orientaux de l’Empire d’Occident, ils vont fonder le Saint Empire romain germanique et conserver la dignité impériale de 962 à 1024.

[3] Le marquisat d’Anvers était une seigneurie faisant partie du duché du Brabant. Il était composé de la ville d’Anvers et de son district, et de sept cantons qu’on appelait les sept quartiers d’Anvers. Avant le 7ème siècle, il était appelé le « pays de Ryen », het land van Ryen ; et obtint par la suite le titre de comté et celui de marquisat du Saint-Empire.

[4] Ename est une section de la ville belge d’Audenarde située en Région flamande dans la province de Flandre-Orientale. En 974, l’abbaye d’Ename est fondée, et une ville se construit. Il ne reste aujourd’hui que des ruines de l’abbaye qui appartiennent au musée de la ville d’Ename. La ville d’Ename est intégrée à Audenarde.

[5] Le comté de Hainaut ou Hainau est un ancien comté qui relevait du Saint Empire romain germanique, qui se trouvait en bordure du royaume de France. Le traité de Meerssen en 870 attribue le comté de Hainaut à Charles le Chauve, qui en fait en 877 un fief héréditaire de la couronne de France. Il en confia probablement le gouvernement à un certain Enguerrand, probablement originaire de Flandre. La prise de possession de la Lotharingie par Louis le Jeune en 880 dut mettre fin à cet interim.

[6] Mousson est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle. La seigneurie de Mousson appartint dès le 10ème siècle aux comtes de Bar. Le château était situé sur une position stratégique évidente, puisqu’il contrôlait un des rares ponts construits sur la Moselle entre Nancy et Metz. Une ville se développa autour de ce pont, et fut nommée Pont-à-Mousson.