Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De l’Antiquité à 400 av.jc > Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton

Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton

vendredi 17 septembre 2021, par ljallamion

Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton

Onzième pharaon de la 18ème dynastie aux alentours de 1338 à 1336/1335 av. jc

Ce qui est à peu près certain aujourd’hui, et reconnu par la majorité des égyptologues, c’est que c’est une Reine qui succède à Akhenaton dans une confusion politique et militaire catastrophique pour le pays, due à l’offensive des Hittites [1].

On voit apparaître, au début du règne d’Ânkh-Khéperourê (an II), un roi nommé Smenkhkarê. Avec lui aussi, on assiste à des divergences d’opinions entre spécialistes.

Selon certains, c’est un prince, au nom de Zannanza qui épouse la reine ; et règne avec elle sous le nom de Smenkhkarê. Zannanza est un des fils de l’empereur des Hittites Suppiluliuma 1er. Des archives découvertes dans la capitale des Hittites, Hattusa [2], évoquent une reine d’Égypte qui, après la mort de son époux, s’adresse à l’empereur Suppiluliuma, le suppliant de lui envoyer un de ses fils pour qu’elle l’épouse. Cette union, (si elle a eu lieu) est évidemment faite dans l’esprit d’apaiser le conflit avec les Hittites, où les Égyptiens étaient à coup sûr perdants.

Une autre hypothèse rencontrée est que Smenkhkarê (de son nom de naissance) serait le fils d’Akhenaton ; il aurait assuré avec lui une corégence de 2 ans avant de lui succéder.

Si le roi Smenkhkarê a effectivement régné, cela ne peut être que sur une courte période, quelques mois tout au plus, à Amarna [3] ; l’unique scène le représentant est inachevée, preuve de sa brièveté.

Après sa disparition, Ânkh-Khéperourê / Mérytaton prend le pouvoir et renonce à l’atonisme [4] instauré par Akhenaton au profit de l’ancien clergé d’Amon. En l’an III, la reine rétablit Thèbes [5] comme capitale.

Elle meurt cette même année vers l’âge de 17 ans, mais on n’en connaît pas la raison.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ânkh-Khéperourê /Portail de l’Égypte antique/ Catégories : Pharaon/ XVIIIe dynastie égyptienne

Notes

[1] Les Hittites sont un peuple ayant vécu en Anatolie au 2ème millénaire av. jc. Ils doivent leur nom à la région dans laquelle ils ont établi leur royaume principal, le Hatti, situé en Anatolie centrale autour de leur capitale, Hattusan. À partir de la seconde moitié du 17ème siècle avant notre ère, les rois du Hatti construisent un des plus puissants royaumes du Moyen-Orient, dominant l’Anatolie jusqu’aux alentours de 1200 av. jc. À partir du 14ème siècle avant notre ère, ils réussissent à faire passer la majeure partie de la Syrie sous leur coupe, ce qui les met en rivalité avec d’autres puissants royaumes du Moyen-Orient : l’Égypte, le Mitanni et l’Assyrie.

[2] C’était la capitale du royaume hittite, située en Anatolie centrale, dans une région montagneuse, près d’une boucle du fleuve Kızılırmak. Elle succéda comme capitale des Hittites à Nesha (Kanesh) sous le règne de Labarna II qui prit le nom de Hattusili 1er pour marquer l’événement, vers 1650 av. jc. Elle connut des périodes fastes et d’autres plus difficiles au cours de son histoire, perdant quelque temps son rôle de capitale, avant de connaître son apogée au 13ème siècle av. jc sous l’impulsion du roi Hattusili III et de son fils Tudhaliya IV, qui y entreprirent un important programme de constructions. Pourtant, son abandon et la fin du royaume hittite survinrent à peine quelques années après, au tout début du 12ème siècle av. jc.

[3] Amarna (Tell el-Amarna ou el-Amarna) est le site archéologique d’Akhetaton, la capitale construite par le pharaon Akhénaton aux alentours de 1360 av. jc.

[4] Le culte d’Aton, considéré comme le premier monothéisme attesté du monde par certains, ce qui est contesté par d’autres, pour qui il s’agirait plutôt d’un hénothéisme ou d’une monolâtrie, aura duré environ 18 ans. On attribue souvent cette révolution culturelle et religieuse au seul Akhenaton, mais il semble qu’il n’ait fait qu’imposer une tendance née durant le règne de son père, Amenhotep III.

[5] Thèbes (aujourd’hui Louxor) est le nom grec de la ville d’Égypte antique Ouaset (« Le sceptre » ou « La Puissante »), appartenant au quatrième nome de Haute Égypte. D’abord obscure capitale de province, elle prend une importance nationale à partir de la XIème dynastie. Elle est en effet la ville d’origine des dynastes de la famille des Antef, qui fondent la XIème dynastie avec Montouhotep 1er et Montouhotep II, liquidateurs de la Première Période Intermédiaire et rassembleurs des Deux Terres, c’est-à-dire de la Haute Égypte et de la Basse Égypte.