Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Florent V de Hollande dit Le dieu des paysans

Florent V de Hollande dit Le dieu des paysans

mercredi 12 mai 2021, par ljallamion

Florent V de Hollande dit Le dieu des paysans (1254-1296)

Comte de Hollande de 1256 à 1296

Fils de Guillaume 1er, Roi des Romains sous le titre de Guillaume II comte de Hollande [1] et d’ Élisabeth de Brunswick-Lunebourg .

Sa vie est exposée en détail dans le “Rijmkroniek” de Melis Stoke , son chroniqueur. Son règne passe pour avoir été paisible et marqué par une modernisation de l’administration, d’une politique favorable au commerce, et œuvrant dans l’intérêt des paysans aux dépens de la noblesse.

Son règne marque aussi le début de la reconquête de la terre sur la mer. Son meurtre, ourdi par Édouard 1er, roi d’Angleterre et par Gui de Dampierre, comte de Flandre [2], a fait de lui un héros en Hollande.

Son père avait été tué en bataille en 1256 par les Frisons [3] alors qu’il n’avait que 2 ans. La régence fut d’abord assurée par son oncle Florent, qui gouvernait le comté de Hollande depuis l’élection de Guillaume à l’Empire, puis par sa tante Adélaïde, mariée à Jean Ier d’Avesnes , mais cette dernière fut écarté après la bataille de Reimerswaal en 1263 au profit d’Otton II, duc de Gueldre [4].

En 1266, Florent fut déclaré majeur. Il était soutenu par le comte de Hainaut [5] de la maison d’Avesnes [6], ennemis des comtes de Flandre de la maison de Dampierre [7].

Il épousa en 1270 Béatrice de Flandre, fille de Gui de Dampierre, comte de Flandre et de Mathilde de Béthune

En 1272, il tenta une expédition contre les Frisons dans le but de ramener le corps de son père, mais il échoua. En 1274, il doit réprimer une révolte de la noblesse conduite par les puissants seigneurs, qui tenaient des terres dans le nord de l’évêché voisin d’Utrecht [8] et aux dépens de ce dernier.

Ces seigneurs étaient soutenus par les artisans d’Utrecht, les paysans de Kennemerland [9], de Waterland [10], d’Amstelland [11] et des Frisons Occidentaux.

Florent aida l’évêque en concluant un traité avec les artisans. L’évêque sera par la suite dépendant de l’appui de la Hollande, qui est augmenté des terres des seigneurs rebelles, lorsque ceux-ci furent soumis en 1279. Il fit des concessions aux paysans de Kennemerland. Cette région était une terre de dunes où les fermiers avaient moins de droits que les fermiers des polders [12].

Floris changea d’alliances rompant avec les Avesnes pour s’allier avec les Dampierre.

En 1282 il attaque de nouveau les Frisons, les bats à Vronen [13] et parvient à ramener le corps de son père.

Après une autre campagne en 1287/1288, il les soumet définitivement. Par ailleurs il reçut la Zélande [14] en prêt de la part de l’empereur, mais la noblesse locale s’allia au comte de Flandre qui occupa le pays en 1290. Florent tenta une entrevue de conciliation mais, fait prisonnier à Biervliet, il du abandonner ses prétentions.

Libéré, il tenta de reprendre le combat, mais le roi Édouard 1er, qui avait intérêt que l’embouchure des fleuves soit pacifié afin de favoriser le commerce anglais, le convainc de rester en paix.

En 1292, Florent revendiqua le trône écossais, du chef de son arrière-grand-mère Ada de Huntingdon , femme de Florent III et sœur deGuillaume 1er d’Écosse. Comme l’Angleterre soutenait un autre prétendant, il renonça à l’alliance anglaise et attaqua la France.

Avec Édouard, le commerce des laines, qui se traitait à Dordrecht [15] en Hollande se déplaça à Mechelen [16] en Brabant [17]. Pour obtenir une aide contre la Flandre, Florent s’allia au roi de France en 1296.

Les seigneurs Gijsbrecht IV d’Amstel et Henry de Woerden mirent alors en place une conspiration avec l’aide de l’Angleterre et de la Flandre. Au cours d’une partie de chasse, le comte Florent fut capturé et emprisonné au château de Muiden [18], propriété de Gijsbrecht.

La nouvelle de sa capture se répandit, et la populace et les paysans se mirent à marcher et à attaquer le château. Paniqué, Gérard de Velzen tua le comte, et les seigneurs s’enfuirent.

Gérard de Velzen fut capturé plus tard et exécuté à Leyde [19]. Les autres conspirateurs se sauvèrent en Brabant, en Flandre et peut-être en Prusse [20], où s’installaient beaucoup de colons et de croisés hollandais.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Floris V, Count of Holland »

Notes

[1] Les premiers seigneurs de Hollande portaient le titre de comte de Frise occidentale et encore avant de comte de Kennemerland. Ce n’est qu’avec Thierry 1er qu’apparaît le titre de comte de Frise occidentale puis avec Thierry V qu’apparaît le titre de comte de Hollande.

[2] Le comté de Flandre a été un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au 9ème siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, possédé par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre-Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).

[3] La Frise occidentale est une région historique des Pays-Bas. Son étendue a varié au cours du temps. La région administrative actuelle de Frise-Occidentale est comprise dans cette région historique. On considère généralement qu’elle comprend les territoires protégés par la Westfriese Omringdijk (« digue circulaire de Frise occidentale »), soit le nord de la Hollande-Septentrionale. La partie occidentale de la province de Frise est parfois également incluse.], de l’embouchure de l’Escaut[[L’Escaut est un fleuve européen de 355 km de long, qui traverse trois pays (France, Belgique et Pays-Bas) et cinq régions, avant de se jeter en mer du Nord. Après la division de l’ancien royaume des Francs au traité de Verdun, l’Escaut a longtemps servi de frontière naturelle officielle entre le royaume de France et le Saint Empire romain germanique.

[4] Le comté de Gueldre, devenu à la fin du 12ème siècle duché de Gueldre est un ancien duché du Saint Empire romain germanique. Au début du 16ème siècle, il fut incorporé dans le Cercle de Bourgogne et se trouve actuellement dans les Pays-Bas. Le Gueldre fut érigé en comté en 1079, puis en duché en 1339. Par mariage, il passe aux maisons de Juliers en 1371, puis d’Egmont en 1423. Charles le Téméraire oblige le duc Adolphe à lui vendre le duché en 1471, mais Maximilien 1er de Habsbourg, gendre du Téméraire, rendra le Gueldre au fils d’Adolphe, Charles. À la mort du duc Charles et en dépit des prétentions de sa sœur Philippe, épouse du duc de Lorraine René II, Charles Quint attribue le duché à Guillaume de Clèves, mais le reprend en 1543 et l’intègre dans les Pays-Bas espagnols.

[5] Le comté de Hainaut ou Hainau est un ancien comté qui relevait du Saint Empire romain germanique, qui se trouvait en bordure du royaume de France. Le traité de Meerssen en 870 attribue le comté de Hainaut à Charles le Chauve, qui en fait en 877 un fief héréditaire de la couronne de France. Il en confia probablement le gouvernement à un certain Enguerrand, probablement originaire de Flandre. La prise de possession de la Lotharingie par Louis le Jeune en 880 dut mettre fin à cet interim.

[6] La maison d’Avesnes peut désigner deux familles nobles du Hainaut, des Flandres et de la Hollande. Vers l’an 1000, tous les domaines aux alentours de la ville d’Avesnes-sur-Helpe appartenaient à la Maison d’Avesnes en comté de Hainaut. L’un des vassaux les plus puissants du comte de Hainaut était Wédric le Sor (Wéderic), seigneur de Leuze et Condé. Son fils Wedric II et son fils Theobald firent construire à Avesnes un château. Autrefois, celui-ci devait devenir la demeure principale de la famille du même nom. Wedric le Barbu eut une fille, Ada, qui se maria avec le bailli de Tournai, Fastré d’Oisy et continua ainsi la Maison des seigneurs d’Avesnes.

[7] La maison de Dampierre est une grande famille du Moyen-Âge, originaire de Dampierre (Aube). Ses différentes branches se sont développées à partir du 11ème siècle en Champagne, en Artois, et dans plusieurs provinces de la Belgique actuelle. Toutes les branches de cette famille se sont éteintes avant la fin du Moyen Âge.

[8] L’évêché d’Utrecht, fondé en 696 par le pape Serge 1er, constituait avec les évêchés de Liège et de Cambrai les trois évêchés de la Basse Lotharingie, ayant comme métropolitain l’archevêque de Cologne pour Liège et Utrecht, celui de Reims pour Cambrai, et relevant du Saint Empire. Le siège des évêques d’Utrecht se trouvait dans la cathédrale Saint-Martin d’Utrecht. À partir du 10ème siècle, l’évêque d’Utrecht est également le seigneur temporel d’une principauté, la principauté d’Utrecht. Le dernier évêque souverain fut Henri de Bavière qui, las des révoltes de ses sujets, vendit à Charles Quint en 1528 la domination temporelle de la principauté. Toutefois l’évêché subsista toujours comme pouvoir spirituel ; il fut en 1559 érigé en archevêché.

[9] environs d’Alkmaar

[10] nord d’Amsterdam

[11] environs d’Amsterdam

[12] Un polder, est une étendue artificielle de terre gagnée sur l’eau, le plus souvent dont le niveau est inférieur à celui de la mer, à partir de marais, estuaires, lacs ou des zones littorales.

[13] Le village de Vronen ou Vroonen, aujourd’hui Sint Pancras , est situé dans la région de la Frise occidentale. Le 27 mars 1297, la bataille de Vronen opposa les armées de Graafschap Holland et Graafschap Zeeland dirigées par le jeune comte Jan 1er de Hollande, et les Frisons occidentaux rebelles qui perdirent la bataille. En guise de punition pour les Frisons de l’Ouest rebelles, le village a été complètement détruit et les habitants ont été exilés à l’extrême frontière ouest de la Frise de l’Ouest, le Coedike

[14] La Zélande est une province maritime du sud-ouest des Pays-Bas, bordée à l’ouest par la mer du Nord, au sud par la frontière belge, à l’est par le Brabant et au nord par la Hollande-Méridionale.

[15] Dordrecht est une commune de la province de Hollande-Méridionale et une ville néerlandaise. C’est la ville la plus vieille de Hollande, région regroupant les actuelles provinces de Hollande-Septentrionale et de Hollande-Méridionale. Dordrecht fait partie de la conurbation de la Randstad

[16] Malines est une commune et ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province d’Anvers, chef-lieu de l’arrondissement.Malines est une commune et ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province d’Anvers, chef-lieu de l’arrondissement.

[17] Le Brabant est une région géographique à cheval sur la Belgique et les Pays-Bas. Il couvre une surface de 11 308 km². Le titre de duc de Brabant a été créé lorsque l’empereur Frédéric Barberousse éleva en 1183/1184 le landgraviat de Brabant en duché en faveur de Henri 1er de Brabant. En 1190, Henri 1er succède à son père Godefroid III de Louvain comme duc de Basse-Lotharingie (Lothier), mais sans autorité territoriale ou judiciaire en dehors de ses propres comtés. À partir de 1288, les ducs de Brabant deviennent aussi ducs de Limbourg.

[18] Le Muiderslot est un château fort médiéval situé à Muiden aux Pays-Bas, en province de Hollande-Septentrionale. La date de construction du Muiderslot est incertaine. Il semblerait qu’il ait été construit vers 1280 par Florent V, mais il se peut qu’il existait déjà auparavant et acheté à ce moment par le comte. Le château fut construit à l’embouchure du Vecht dans le Zuiderzee, l’actuelle IJsselmeer. Tout près du château se trouve Muiden avec son port historique de plaisance. Une chaîne posée en travers du Vecht permit à Florent V de prélever un péage sur les bateaux qui passaient. Le Comte Florent V fut assassiné le 27 juin 1296 dans les environs du château. Au cours d’une partie de chasse au faucon, il fut capturé par Gijsbrecht IV d’Amstel et Henry de Woerden. Le comte fut emprisonné durant cinq jours au château de Muiderslot. Au cours d’une tentative d’évasion, il fut tué par son écuyer, Gérard de Velzen. Le château fut par la suite détruit par l’évêque Guillaume de Malines.

[19] Leyde est une ville et commune néerlandaise située en province de Hollande-Méridionale, entre Amsterdam et La Haye, à une dizaine de kilomètres de la côte de la mer du Nord.

[20] La Prusse est à l’origine un territoire longeant la mer Baltique, aux confins de l’actuelle Pologne et de la Russie, son nom étant une déformation de celui attribué au peuple balte autochtone, les Borusses, les presque Russes. La Galindie et la Sudovie faisaient partie des 12 provinces originelles de la Prusse. Les Sudoviens (ou Yotvingiens) habitaient les vastes forêts au sud-ouest de la rivière Niémen. Ptolémée fait mention de ce peuple dans ses manuscrits. Au 10ème siècle, l’armée de Vladimir 1er, prince de Kiev, force un bon nombre de Sudoviens à se soumettre à la Rous’ de Kiev. Les environs des villes actuelles de Białystok et de Suwalki (Pologne) et de Grodno (Biélorussie) sont envahis et conquis partiellement par les Slaves. Durant les siècles suivants, ceux qui réussirent à survivre, entourés de Russes, Polonais et Lituaniens, perdirent progressivement leurs terres face au grand-duché de Lituanie.