Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Quintus Fulvius Nobilior

jeudi 21 janvier 2021, par ljallamion

Quintus Fulvius Nobilior

Homme politique et militaire de la République romaine-Consul en 153 av. jc-Censeur en 136 av. jc

Emblème de la République romaine.Fils de Marcus Fulvius, membre de la gens des Fulvii [1], en 184 av. jc il est triumvir [2], chargé avec deux collègues de la “deductio” de deux colonies de citoyens romains, Pisaurum [3] en Ombrie [4] et Potentia dans le Picenum [5].   En 153 av. jc, il est consul. La date des élections est avancée cette année-là au premier janvier, afin d’avoir le temps de préparer l’intervention en Hispanie [6]. Cette année-là, les habitants de Segeda [7], se rebellent contre les Romains, en tardant à fournir des soldats et en refusant de payer l’impôt, et se fortifient pour faire face aux légions consulaires de Fulvius Nobilior, qui laisse 6 000 hommes dans la bataille et doit fuir jusqu’à ce que le renfort de la cavalerie romaine puisse retourner la situation en sa faveur.   Les survivants se réunissent à Numance [8] chez leurs alliés Arévaques [9] et décident de continuer la guerre. Trois jours plus tard, Fulvius Nobilior se présente devant les portes de Numance avec une armée dont la première ligne est formée par 10 éléphants et 500 cavaliers numides [10] envoyés d’Afrique par Massinissa, roi numide allié de Rome.

Les Numantins et leurs chevaux sont effrayés par les éléphants et courent se réfugier dans leur ville jusqu’à ce qu’un jet de pierre blesse un éléphant, qui pris de fureur se rue contre les légionnaires, imité par le reste de son espèce.

Cette attaque provoque de nombreuses victimes parmi les assiégeants, et l’armée de Numance en profite pour poursuivre les Romains, qui perdent 4 000 hommes contre 2 000 Numantins.   Fulvius Nobilior ne voulut rien tenter de plus et passa l’hiver dans son campement, avec peu de vivres et les attaques continuelles des Numantins. Au printemps 152 av. jc, Nobilior est remplacé par le nouveau consul Marcus Claudius Marcellus (consul en 166 av. jc), qui vient avec 500 chevaux et une infanterie de 8 000 hommes.   En 136 av. jc, il est censeur [11] avec Appius Claudius Pulcher. Il joue un rôle modérateur face à l’intransigeance de son collègue Claudius.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Quintus Fulvius Nobilior/ Portail de la Rome antique/ Catégories : Consul de la République romaine/ Censeur romain

Notes

[1] Les Fulvii sont les membres de la gens Fulvia, une des plus illustres familles plébéiennes de la Rome antique, originaire de Tusculum. Les Fulvii bénéficient d’une réputation d’excellents militaires. Lucius Fulvius Curvus est le premier membre de la gens à atteindre le consulat grâce au patronage des Fabii

[2] Sous la Rome antique, les triumvirs sont les membres d’un collège de trois (tres) hommes (viri). Il s’agit de fonctionnaires ou de commissaires,

[3] aujourd’hui Pesaro

[4] Le nom de la région est issu de la tribu des Umbri (Ombriens), un peuple qui a fini par être absorbé par l’expansion romaine. Leur langue était l’Ombrien, une des langues italiques. Les Umbri, comme les tribus voisines sont probablement issus de la culture Terramare et de Villanova d’Italie du nord et centrale, et ont pénétré dans le nord-est de l’Italie au début de l’âge du Bronze. Les Étrusques étaient en conflit avec les Umbri, et l’invasion étrusque est passée de la côte ouest vers le Nord et l’est (700 à 500 av. jc), en poussant les Ombriens vers les hautes terres des Apennins. Néanmoins, la population Ombrienne ne semble pas avoir été éradiquée dans les districts conquis. Après la chute des Étrusques, les Umbri ont tenté d’aider les Samnites dans leur lutte contre Rome (308 av. jc) ; toutefois les communications avec le Samnium ont été entravées par la forteresse romaine de Narni et la grande bataille de Sentinum,(295 av. jc). La victoire romaine de Sentinum, commence une période d’intégration sous les souverains romains, qui a mis en place des colonies (Spolète) et construit la via Flaminia (220 av. jc), qui est devenu le principal vecteur de développement romain en Ombrie. Au cours de l’invasion d’ Hannibal de la deuxième guerre punique, la bataille du lac Trasimène a vu les Umbri conserver une certaine neutralité. Pendant la guerre civile romaine entre Marc-Antoine et Octave (40 av. jc), la ville de Pérouse, prise par Antoine fut presque entièrement détruite par ce dernier. Au temps de Pline l’Ancien, 49 communautés indépendantes existent toujours en Ombrie et l’abondance des inscriptions et la forte proportion de recrues dans l’armée impériale atteste de sa population. La région moderne de l’Ombrie, cependant, est très différente de l’Ombrie de l’époque romaine dont l’étendue débutait dans ce qui est maintenant les Marches du Nord, depuis Ravenne, excluait la rive occidentale du Tibre. Pérouse se situait donc en Étrurie, et les environs de Norcia dans le territoire des Sabins. Après l’effondrement de l’Empire romain, les Ostrogoths et les Byzantins ont lutté pour la suprématie dans la région. Les Lombards fondent le duché de Spolète, couvrant la majeure partie de l’Ombrie d’aujourd’hui.

[5] région située entre les Apennins et l’Adriatique, correspondant à l’actuelle région des Marches

[6] L’Hispanie est le nom donné par les Romains à la péninsule Ibérique. Depuis le 15ème siècle l’Hispanie est l’hôte des États modernes espagnol et portugais. Au début les Carthaginois installent des comptoirs commerciaux sur la côte, sans pousser plus profondément à l’intérieur de l’Hispanie. En 501 av.jc, ils s’emparent de Gadès (Cadix), une ancienne colonie phénicienne. Après la première Guerre punique, les Carthaginois s’étendent rapidement dans le Sud, sous la conduite des Barcides. Ils y exploitent des mines d’or et redonnent à Carthage sa puissance économique et commerciale. En 230, ils fondent Carthagène, la nouvelle Carthage (Cartago Nova). En 218 av.jc, Hannibal forme une puissante armée qui comprend un contingent d’Ibères, et commence la deuxième Guerre punique en prenant Sagonte, puis en marchant vers l’Italie. Les Romains ne peuvent l’intercepter en Gaule, et dirigent une partie des leurs forces sur l’Hispanie, qui devient un théâtre d’opération de cette guerre. Après divers affrontements, Scipion l’Africain prend Carthagène en 209, et en 207, Hasdrubal mène les dernières forces carthaginoises de l’Hispanie vers l’Italie. En 202, la capitulation de Carthage livre officiellement l’Hispanie carthaginoise à Rome. En 197 av.jc, les Romains divisent l’Hispanie en deux provinces : Hispanie citérieure, donnant sur la Méditerranée, et Hispanie ultérieure (car plus éloignée de Rome), comprenant le Sud et tournée vers l’océan.

[7] Segeda (Sekaisa) était un oppidum de la tribu des Belli. Il était situé dans la comarque de Calatayud (Saragosse), plus précisément dans la zone correspondante aujourd’hui à l’actuelle Mara et Belmonte de Gracián. Ce fut la ville la plus importante des Belli, ce qui lui permit d’émettre une monnaie vers le 2ème siècle av. jc.

[8] Numantia ou Numance est une ville antique du nord de l’Hispanie (près de l’actuelle Soria) qui résista durant vingt ans à la conquête romaine, entre 153 et 133 av.jc. Cette lutte farouche, dans laquelle les Romains furent longtemps impuissants, se place en partie dans le contexte de la Troisième Guerre punique. Plusieurs généraux échouèrent à la prendre avant que le Sénat n’y envoyât son meilleur chef, Scipion Émilien, le vainqueur de Carthage. Après un siège implacable de 15 mois, les Romains vinrent finalement à bout de la ville en 133 : vaincus par la faim, les Numantins se suicidèrent et incendièrent leur cité. Le général romain y gagna le surnom de "Numantinus". C’est aussi au siège de Numance que Caius Marius, âgé de 24 ans, se distingua pour la première fois.

[9] Les Arvaques ou Arévaques étaient une tribu pré-romaine appartenant à la famille des celtibères, située entre le système ibérique et la vallée du Duero, contigu à l’ouest des Vaccéens, établi dans le centre de la péninsule Ibérique dans l’actuelle Espagne. Rome a formé avec les Arvaques des troupes auxiliaires pour son armée impériale.

[10] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.

[11] Le censeur est un magistrat romain. Deux censeurs sont élus tous les cinq ans parmi les anciens consuls par les comices centuriates. Le pouvoir des censeurs est absolu : aucun magistrat ne peut s’opposer à leurs décisions, seul un autre censeur qui leur succède peut les annuler. Après 18 mois de mandat, ils président une grande cérémonie de purification, le lustrum, à la suite de laquelle ils abdiquent. La censure est la seule magistrature romaine qui n’autorise pas la réélection. Les censeurs ne sont plus élus à partir de la dictature de Sylla, et leurs pouvoirs sont repris par les empereurs romains.