Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Hywel ap Cadell dit Hywel le Bon

Hywel ap Cadell dit Hywel le Bon

jeudi 12 avril 2018

Hywel ap Cadell dit Hywel le Bon (vers 880- 950) Roi de Gwynedd et de Deheubarth

Il est retenu comme l’un des rois gallois les plus grands de la période précédant la conquête normande de l’Angleterre. Grâce à ses réalisations, le Pays de Galles clôtura le 10ème siècle avec un système codifié de lois bien plus sophistiqué que celui que pouvaient avoir les différents royaumes d’Angleterre de l’époque.

Hoël le Bon était le plus jeune fils de Cadell ap Rhodri , qui était lui-même le fils de Rhodri le Grand . En 905, Cadell, qui avait conquis le Dyfed [1], l’offrit à son fils pour que celui-ci y règne pour lui.

Howell consolida son statut politique en épousant Elen, dont le père avait régné sur le Dyfed. À la mort de son père, en 909, il obtint une partie du Seisyllwg [2], puis à la mort de son frère en 920, il fusionna le Dyfed et Seisyllwg qui furent désormais connus sous le nom de Deheubarth [3]. À la mort de son cousin, Idwal le Chauve en 942, il prit possession du Gwynedd [4], et se trouva ainsi maître des trois-quarts du Pays de Galles actuel.

En dépit de la tendance de l’époque, le règne de Hoël le Bon fut particulièrement paisible, et il parvint à trouver un accord avec Athelstan d’Angleterre en 927. L’entente avec ses voisins était suffisamment cordiale qu’il fit frapper sa propre monnaie dans la ville anglaise de Chester [5].

Ayant étudié le système législatif anglais et visité Rome en 928 lors d’un pèlerinage, il put élaborer des idées particulièrement avancées qu’il intégra à son gouvernement. Il est possible qu’il ait rencontré n’importe lequel des papes Jean X, Léon VI ou Étienne VIII, ceux-ci ayant tous occupé cet office cette année-là.

En 945 eut lieu une conférence à Whitland [6], qui fut une sorte de parlement des gens de droit du pays où les lois galloises furent codifiées et écrites pour la postérité. La plus grande partie de cet ouvrage connu sous le non de Cyfraith Hywel [7] fut accompli par le célèbre érudit Blegywryd.

Après la mort de Hoël, le royaume fut divisé en trois. Le Gwynedd retomba aux mains des fils d’Idwal le Chauve tandis que le Deheubarth fut divisé entre les fils de Hoël.

Néanmoins, son véritable héritage réside en son code de lois qui demeura actif au Pays de Galles jusqu’à sa conquête par l’Angleterre.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de David Walker Medieval Wales Cambridge University Press, Cambridge 1990 réédition 1999

Notes

[1] Le Dyfed est un royaume médiéval du sud-ouest du Pays de Galles. Fondé au début du 5ème siècle dans le sud-ouest du Pays de Galles, à la suite du retrait des forces romaines, son territoire est constitué par celui occupé par les tribus irlandaises des Déisi vers 400. Le Dyfed est indépendant jusque vers 920 et son annexion par Hywel Dda, roi de Seisyllwg et fondateur du royaume de Deheubarth. À la suite des invasions normandes du Pays de Galles entre 1067-1100, la région est conquise par les Normands et, vers 1138, incorporée dans un nouveau comté du Pembrokeshire nommée d’après le château normand édifié dans le cantref de Penfro.

[2] Le Seisyllwg est un royaume médiéval du pays de Galles s’étendant sur le Ceredigion, une partie du Carmarthenshire et la péninsule de Gower. Le royaume de Seisyllwg doit son nom à son fondateur, Seisyll ap Clydog, roi de Ceredigion vers 700. En 872, après la noyade accidentelle du roi Gwgon ap Meurig, le royaume passe à la famille royale du Gwynedd en la personne de son beau-frère Rhodri le Grand. En 920, Hywel Dda unit le Seisyllwg au Dyfed pour former le royaume de Deheubarth.

[3] Le Deheubarth est un royaume médiéval du sud–ouest du Pays de Galles. Il fut créé par Howell le vers 920, lorsqu’il prit possession du Seisyllwg et du Dyfed. Il couvrait à l’époque le Dyfed, le Ceredigion et Ystrad Towi. Le Deheubarth survécut un moment à la conquête normande du Pays de Galles, puis son importance décrut de plus en plus tandis qu’il se faisait envahir par les Anglais et absorber par le Gwynedd. Le Deheubarth disparut en tant que royaume en 1234, bien que des descendants de la famille royale reçurent l’autorisation de régner sur Cantref Mawr et Ystrad Towi jusqu’en 1283.

[4] Le Gwynedd était un des royaumes ou principautés du Pays de Galles au Moyen Âge, appelé Vénédotie, Winet ou Norgalles au Moyen Âge. Il couvrait une partie du nord-ouest du pays autour de la Snowdonia et comprenait l’île de Môn (Anglesey). Ses dirigeants ont eu à plusieurs reprises le dessus sur leurs rivaux gallois. Les rois et princes de Gwynedd ont résisté longtemps aux projets de conquête des rois d’Angleterre.

[5] Chester est une ville britannique située dans le Cheshire en Angleterre, et proche de la frontière avec le Pays de Galles. En 616, après sa victoire contre une armée galloise, Aldfrith de Northumbrie s’empare de la ville. Elle porte alors le nom de Legacæstir. En 689, le roi Æthelred fonde l’Église Minster, qui deviendra, des années plus tard, la première cathédrale de la ville. Les Saxons ont ensuite étendu et renforcé les murs de la ville afin de la protéger des Danois, peuple l’ayant occupé avant eux. En 1071 le roi Edgar d’Angleterre fait d’Hugh d’Avranches (l’architecte du château de Chester), le premier comte de la ville. Eléonore Cobham est emprisonnée pour sorcellerie dans le château de Chester en 1442.

[6] Whitland est une ville du pays de Galles située à l’ouest du comté du Carmarthenshire.

[7] Cyfraith Hywel également connu sous le nom de loi galloise, était le système de droit pratiqué dans le Pays de Galles médiéval avant sa conquête finale par l’Angleterre. Par la suite, les codes pénaux de la loi galloise ont été remplacés par le statut de Rhuddlan en 1284 et ses codes civils par la série de Lois sur le Pays de Galles de Henry VIII entre 1535 et 1542.