Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Alphonse II des Asturies dit Alphonse le Chaste

Alphonse II des Asturies dit Alphonse le Chaste

jeudi 5 avril 2018

Alphonse II des Asturies dit Alphonse le Chaste (vers 759-842)

Roi des Asturies de 791 à 842

Né à Cangas de Onís [1], fils du roi Fruela 1er et de son épouse Munia .

À la mort de son père en 768, il est pris en charge par sa tante Audesinde. Il exerce la gouvernance du palais sous le règne de Silo de 774 à 783.

À la mort de Silo, il est soutenu par sa tante et des grands de la cour pour devenir roi. Mais son oncle Mauregat intervient et réussit à le déposer.

Alphonse se réfugie en Alava [2], résidence de sa famille maternelle. Il reste en exil sous le règne du successeur de Mauregat, Bermude 1er . Quand celui-ci renonce au trône après la déroute de ses armées à la bataille de Burbia [3], Alphonse revient des Asturies [4] et est proclamé roi le 14 septembre 791.

Le long règne d’Alphonse II correspond à ceux de Al-Hakam 1er et d’Abd al-Rahman II en Al-Andalus [5] et de Charlemagne et de Louis le Pieux chez les Francs dont le territoire s’étendait jusqu’au nord de l’Espagne actuelle. Plusieurs ambassades sont envoyées à la cour franque : en 797 et 798 selon les Annales regni Francorum [6].

Le nouveau roi cherche à légitimer son pouvoir sur l’autorité du royaume wisigoth [7] et il veut faire d’Oviedo [8] fondée vers 781 l’héritière de Tolède [9]. Il fait construire un palais ainsi que diverses églises, dont il reste seulement les ruines de l’église de San Tirso [10]. Dans les faubourgs de la ville, il édifie l’église de Santullano [11].

Il crée pour son royaume une chancellerie royale avec un notarius regis [12] et nomme des comites et des judices [13] afin d’assurer l’administration des territoires. Dans le domaine religieux, il crée un évêché dans sa capitale et se présente comme le successeur des rois wisigoths soutenus par l’église.

C’est sous son règne qu’est découverte entre 810 et 830 la tombe de Saint-Jacques en Galice [14] dans le diocèse d’Iria Flavia [15]. Cet évènement est présenté comme un signe du ciel et, dès 834, Alphonse II déclare l’apôtre patronus et dominus totius Hispaniae [16].

Son règne connaît toutefois quelques troubles liés aux factions du palais. Vers 801/802, Alphonse II est brièvement déposé et enfermé dans un monastère puis rétabli dans son pouvoir.

Alphonse II le Chaste est également un combattant valeureux. Alors qu’en 794 Oviedo est encore pillée, les expéditions envoyées par les émirs en Galice et en Alava sont contenues.

En 798, Alphonse II parvient à atteindre Lisbonne [17], qui est mise à sac. Il réussit aussi à vaincre les musulmans à Nalón [18] et Anceo en 825. Il conforte ses positions en Galice [19], León [20] et Castille [21], et favorise leur repeuplement.

En 833 il appuie la rébellion contre Cordoue [22] du mawla [23] de Mérida [24] à qui il donne asile avant de le faire tuer.

Il meurt en 842 selon la chronique après avoir porté pendant 52 ans et de manière chaste, sobre, immaculée, pieuse et glorieuse le gouvernement du royaume.

Alphonse II meurt célibataire, ce qui ouvre une crise de succession.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Adeline Rucquoi Histoire médiévale de la Péninsule ibérique Point Histoire H 180 éditions du Seuil Paris 1993 (ISBN 2020129353)/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 57

Notes

[1] Cangas de Onís est une commune située dans la communauté autonome des Asturies en Espagne. C’est également le nom d’une des paroisses qui forment la commune. Elle fut la capitale du Royaume des Asturies jusqu’en 774, sous le règne de Pélage le Conquérant.

[2] L’Alava (officiellement Araba/Álava) est l’une des trois provinces de la communauté autonome du Pays basque, dans le nord de l’Espagne. Sa capitale est la ville de Vitoria-Gasteiz. C’est aussi une des sept provinces historiques du Pays basque. Longtemps indépendante, l’Alava est rattachée en 1200 au royaume de Castille, sous réserve du maintien de ses privilèges et lois locales, les fors

[3] La bataille de Burbia s’est déroulée près de la rivière Burbia, dans le Bierzo en 791, peut-être sur le territoire actuel de Villafranca del Bierzo.

[4] Le royaume des Asturies fut la première entité politique chrétienne établie sur la Péninsule Ibérique après la chute du Royaume wisigoth (qui suivit la mort du Roi Rodrigue à la Bataille de Guadalete) et la Conquête musulmane de l’Hispanie. Le royaume perdura de 718 à 925, lorsque Fruela II accéda au trône du Royaume de León.

[5] Al-Andalus est le terme qui désigne l’ensemble des territoires de la péninsule Ibérique et de la Septimanie qui furent sous domination musulmane de 711 (premier débarquement) à 1492 (chute de Grenade). L’Andalousie actuelle, qui en tire son nom, n’en constitua longtemps qu’une petite partie. La conquête et la domination du pays par les Maures furent aussi rapides qu’imprévues et correspondirent à l’essor du monde musulman. Al-Andalus devint alors un foyer de haute culture au sein de l’Europe médiévale, attirant un grand nombre de savants et ouvrant ainsi une période de riche épanouissement culturel

[6] Les Annales regni Francorum (« Annales du royaume des Francs »), appelées autrefois Annales Laurissenses Majores (Grandes Annales de Lorsch), du nom de l’abbaye de Lorsch où fut découvert au 16ème siècle le premier manuscrit connu, sont un ouvrage historique rédigé dans le cadre de la monarchie carolingienne, rapportant année après année les événements survenus entre l’an 741 (mort de Charles Martel) et l’an 829 (début de la crise du règne de Louis le Pieux).

[7] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[8] Oviedo est une ville du nord de l’Espagne fondée au 8ème siècle, capitale de la communauté autonome et de la province des Asturies (Principauté des Asturies).

[9] Tolède est une ville qui se trouve dans le centre de l’Espagne, capitale de la province du même nom et de la communauté autonome de Castille-La Manche. Lors des Grandes invasions du 5ème siècle qui ravagèrent un Empire romain d’Occident déclinant, Tolède est pillée à plusieurs reprises par les Barbares (Vandales, Suèves et Alains) qui ont envahi la péninsule Ibérique à partir de l’an 409. À partir du milieu du 6ème siècle, Tolède devient la capitale des Wisigoths, devenus les nouveaux maîtres d’une grande partie de la péninsule. Au début du 8ème siècle, lors de la conquête musulmane de l’Espagne, le dernier souverain wisigoth, Rodrigue, est battu par le conquérant arabe Tariq ibn Ziyad à la bataille de Guadalete en 711. Tolède tombe aux mains des musulmans en 712. À partir de là, la ville fait partie du Califat omeyyade, puis de l’Émirat de Cordoue (755–929), et enfin du Califat de Cordoue. Le 25 mai 1085, en pleine Reconquista, les chrétiens dirigés par le roi Alphonse VI de Castille reprennent Tolède aux musulmans.

[10] Il s’agit d’une œuvre de style roman, due au maître Tioda. Elle fut construite à l’époque d’Alphonse II. Située à côté de la tour de la cathédrale, elle fait partie d’un ensemble d’édifices, servant de palais et de lieu de culte, que fit construire Alphonse II. Il ne reste, de l’église d’origine, qu’une fenêtre sur le chevet. Celle-ci est constituée de trois arcs reposant sur des colonnes de marbre, surmontés de jolis chapiteaux. Elle est bordée d’un « alfiz » (cadre de style arabe).

[11] L’église San Juliàn de los Prados ou del Santullano d’Oviedo, qui fut édifiée vers 820, est restée quasiment intacte. Seul le clocher en peigne est une adjonction tardive.

[12] notaire

[13] juges

[14] Saint-Jacques-de-Compostelle

[15] La ville paraît avoir été le centre intérieur des nombreux petits ports galiciens, comme Padrón, anciennement Iria Flavia, où relâchaient les bateaux de pêche ou de commerce. Une tradition de sacralité était déjà implantée dans cette région, car on croyait que Padrón possédait des pierres sacrées. Elle fut certainement christianisée du 1er au 3ème siècle puis oubliée, à la suite des Persécutions des chrétiens.

[16] le saint patron de l’Espagne, et le souverain de l’ensemble

[17] Lisbonne est la capitale et la plus grande ville du Portugal. Lisbonne est prise par les Maures vers 719 et est rebaptisée al-ʾIšbūnah, sous le gouvernement desquels la ville prospère. Les Maures, qui étaient des musulmans du nord de l’Afrique et du Proche-Orient, construisent plusieurs mosquées, des habitations et les murailles de la ville, actuellement appelées Cerca Moura. La ville abrite une population mélangée de chrétiens, de berbères, d’arabes, de juifs et de saqālibas. L’arabe est imposé comme langue officielle. Le mozarabe reste parlée par la population chrétienne. L’islam est la religion officielle, pratiquée par les Maures et les muladís, alors que chrétiens et juifs peuvent pratiquer leur religion, en qualité de dhimmis’, à condition d’acquitter la djizîa.

[18] Le Nalón est un cours d’eau espagnol d’une longueur de 138 km qui coule dans la communauté autonome des Asturies.

[19] La Galice est une communauté autonome avec un statut de nation historique située à l’extrémité nord-ouest de l’Espagne. Elle est entourée par la principauté des Asturies, la Castille-et-León, le Portugal, l’océan Atlantique et la mer Cantabrique. Elle recouvre une superficie de 29 574 km². La Galice se compose de quatre provinces : La Corogne, Lugo, Ourense et Pontevedra. Saint-Jacques-de-Compostelle, cinquième ville galicienne par sa population et située dans la Province de La Corogne, est la capitale politique de la communauté autonome, sans être celle de la province, qu’est La Corogne, ancienne capitale politique de la Galice et ville la plus importante de la région.

[20] La province de León est une des neuf provinces de la communauté autonome de Castille-et-León, dans le nord-ouest de l’Espagne. Sa capitale est la ville de León.

[21] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[22] Cordoue est une ville située dans le sud de l’Espagne, en Andalousie. Cordoue est la capitale de la province homonyme. La ville est située sur le Guadalquivir. Les musulmans conquirent la ville en 711. Elle devient alors le principal centre administratif et politique de l’Espagne musulmane (al-Andalus). À partir de 756, elle est la capitale de l’émirat de Cordoue, fondé par le prince omeyyade Abd al-Rahman 1er.

[23] À l’origine, les mawali étaient des clients d’une tribu arabe, mais avec l’avènement de l’islam, le terme est venu pour désigner les musulmans non arabes et les autres alliés clients de la communauté musulmane.

[24] Mérida, est une ville espagnole, capitale de l’Estrémadure. En 713, le chef arabe Moussa Ibn Noçaïr conquiert la ville. En 1230, elle est prise par les troupes d’Alphonse IX de Léon.