Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Simon l’hasmonéen ou Simon Maccabée

Simon l’hasmonéen ou Simon Maccabée

mercredi 8 avril 2015, par ljallamion

Simon l’hasmonéen ou Simon Maccabée

Simon Macchabée d'après une gravure du "Promptuarii Iconum Insigniorum". Publié par Guillaume Rouille en 1553Fils de Mattathias , dirigeant juif du 2ème siècle av. jc. Il succède à son frère Jonathan , mort en 143, et fonde la dernière dynastie juive, celle des hasmonéens.

Il est un vieillard lorsqu’il est nommé par une grande assemblée [1] pour diriger la Judée [2]. Il cumule les fonctions de grand prêtre [3], de chef militaire et d’ethnarque [4] à perpétuité jusqu’à ce que se lève un prophète digne de foi, c’est-à-dire que Simon est nommé gouverneur de façon héréditaire.

Vers 141, Démétrios II Nicator, roi séleucide de Syrie s’allie à Simon et accorde l’autonomie pour ses compatriotes. Un traité d’indépendance négocié par Simon avec la Syrie restitue l’indépendance politique à la Judée. Les Syriens sont chassés de la citadelle de Jérusalem. La Judée est prospère et l’enseignement religieux se transmet.

En 134 av. jc Simon est assassiné en compagnie de deux de ses fils par Ptolémée, fils d’Aboubos, lors d’un banquet à Jéricho [5]. Ptolémée qui nourrissait l’ambition de prendre le pouvoir en Judée organisa l’assassinat du grand prêtre puis lança ses troupes sur Jérusalem. Ce dernier périt avant que Antiochos VII ne parvienne à soumettre le pays.

Simon est enterré dans un mausolée à Modiin [6]. Son fils Jean Hyrcan 1er lui succède à la tête de la Judée et parvient à reconquérir l’indépendance en 129.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Frank Moore Cross in Collectif sous la direction de Hershel Shanks, L’aventure des manuscrits de la mer Morte, Éditions du Seuil, 2002, Paris

Notes

[1] Conseil des Anciens, peuple et prêtres juifs

[2] La Judée est le nom historique et biblique d’une région montagneuse qui correspond aujourd’hui à une partie de la Cisjordanie et du sud d’Israël. Son nom vient de la tribu de Juda dont elle constituait le territoire.

[3] Le grand prêtre est le titre que portait le premier des prêtres dans la religion israélite ancienne et dans le judaïsme classique, depuis l’émergence de la nation israélite jusqu’à la destruction du Second Temple de Jérusalem. Les grands prêtres, comme d’ailleurs tous les prêtres, appartenaient à la lignée d’Aaron. Pendant la période du Second Temple, le grand prêtre exerça souvent la charge de président du Sanhédrin. Son rôle déclina avec l’occupation romaine à partir de 63 av. jc puis la fonction de grand Prêtre disparut avec la destruction du Second Temple.

[4] Le terme « ethnarque » renvoie au gouvernement par un monarque sur un groupe ethnique homogène ou sur un royaume hétérogène. Le mot est issu des mots grecs signifiant « nation » et « chef ». Le titre, qui ne semble pas un terme technique, est utilisé dans l’Empire romain, surtout en Orient, pour désigner les gouvernants de royaumes vassaux qui n’avaient pas le titre de rois.

[5] Jéricho est une ville de Cisjordanie, située sur la rive ouest du Jourdain.

[6] Modiin est une ville israélienne du district Centre d’Israël. Modiin est célèbre pour avoir été la ville d’origine de la famille des Hasmonéens qui donnèrent l’indépendance puis dirigèrent la Judée aux premier et deuxième siècles avant l’ère chrétienne.