Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Eck Johann Maier dit Johann

Eck Johann Maier dit Johann

vendredi 20 juin 2014

Eck Johann Maier dit Johann (1486-1543)

Théologien catholique

Johannes Eck Gravure de Peter Weinher l'Ancien (1572).

Il est l’un des principaux contradicteurs des réformateurs, parfois appelé Mayr, ou Mai(e)r. Après des études de théologie et de droit à Heidelberg [1], à Tübingen [2], à Cologne [3] et à Fribourg-en-Brisgau [4], il fut ordonné prêtre à Strasbourg en 1508. Reçu docteur en théologie, il alla enseigner à Ingolstadt [5] en 1510.

D’abord connu pour un traité sur le droit à l’intérêt en 1515, il intervint lors du conflit sur les indulgences en publiant ses “Obelisci”. Dès lors, partisan d’une réforme dans l’Église, mais discernant dans la prédication luthérienne les germes d’un bouleversement des fondements de la foi et de la théologie, il devint et demeura sa vie durant l’interlocuteur et le contradicteur des théologiens réformateurs. En 1519, à Leipzig, il s’opposa à Andreas Rudolff-Bodenstein von Karlstadt et à Luther, à l’instruction du procès duquel il prit part. Il écrivit alors ses premiers traités de polémique, le “De primatu Petri” en 1521 et de réflexion théologique en particulier sur les thèmes de la justification et de la pénitence.

Après divers séjours à Rome, il fit paraître, en réponse aux “Loci communes” de Melanchthon, un “Enchiridion locorum communium adversus ludderanos” en 1525. Devenu un manuel classique auquel on avait recours dans les disputes religieuses, ce livre devait connaître de multiples éditions, remaniements, traductions. En 1526, Eck prit part à la dispute de Baden contre les réformateurs suisses. En 1530, à Augsbourg, auteur de“ 404 articles contre les luthériens”, il rédige, avec Cochlaeus et Fabri, une réfutation de la Confession d’Augsbourg. Lors des colloques interconfessionnels de Haguenau en 1540, Worms et Ratisbonne en 1542, il apparut comme un interlocuteur et un témoin d’abord réticent puis nettement hostile aux tentations “d’une voie moyenne”. Bon connaisseur des livres bibliques et de la tradition patristique, il s’efforça sa vie durant de discerner l’enjeu théologique des mouvements de réforme.

Par ailleurs, grand prédicateur, il trouva le temps de préparer, en s’appuyant sur les travaux d’Emser pour le Nouveau Testament, une traduction de la Bible en allemand.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Bernard ROUSSEL, « ECK JOHANN MAIER dit JOHANN - (1486-1543) », Encyclopædia Universalis

Notes

[1] Heidelberg est une ville située sur les deux rives du Neckar, dans le Land de Bade-Wurtemberg au sud-ouest de l’Allemagne.

[2] Tübingen est une ville d’Allemagne, située dans le Land de Bade-Wurtemberg. Première ville importante traversée par le Neckar, elle se trouve à 40 km au sud de Stuttgart. Elle est très réputée pour son université, l’Eberhard Karls Universität, l’une des plus anciennes d’Allemagne. Les études qui y sont pratiquées sont : les sciences humaines et naturelles en 150 filières.

[3] Cologne est une ville d’Allemagne et la plus grande de la Rhénanie du Nord Westphalie. Fondée par les Romains, Cologne est la plus ancienne des grandes villes allemandes. Elle est traversée par le Rhin et sa situation géographique favorable en fait depuis le Moyen Âge un carrefour important en Europe. Cologne est le plus grand diocèse catholique d’Allemagne.

[4] Fribourg-en-Brisgau est une ville d’Allemagne située dans le land de Bade-Wurtemberg. C’est à la fois une ville arrondissement et le chef-lieu de l’arrondissement de Brisgau-Haute-Forêt-Noire, dont elle ne fait pas partie. Elle est aussi le chef-lieu du district de Fribourg-en-Brisgau et de l’association régionale Südlicher Oberrhein. De 1945 à 1952, elle fut la capitale du land de Bade, qui a alors fusionné avec deux autres länder pour former le Bade-Wurtemberg. Fribourg est l’une des villes allemandes les plus méridionales. Elle est traversée par le Dreisam et se trouve au pied des montagnes de la Forêt-Noire. Le centre-ville est à une vingtaine de kilomètres du Rhin et de la France, et à environ 70 km de la Suisse.

[5] Ingolstadt est une ville d’Allemagne, en Bavière, située au bord du Danube.