Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Géraud d’Aurillac dit Saint Géraud

Géraud d’Aurillac dit Saint Géraud

samedi 21 décembre 2013

Géraud d’Aurillac dit Saint Géraud (855-909)

Né en au château Saint-Étienne d’Aurillac [1], fils de Géraud, seigneur d’Aurillac, et d’Adeltrude, qui fut également canonisée. Saint Arède d’Atane et saint Césaire d’Arles figuraient parmi ses ancêtres indirects.

Fondateur de l’abbaye d’Aurillac [2], modèle de celle de Cluny, sa vie a été relatée par Odon de Cluny qui en a fait le modèle chevaleresque du seigneur chrétien qui met sa force et ses richesses au service de la Justice et des humbles.

Géraud, était destiné à mener une vie de seigneur conforme à son rang.

On lui apprit donc le métier des armes, la chevauchée et l’art de la chasse au faucon. Grand, agile et de belle apparence, il était de santé fragile et on lui enseigna aussi le chant, la grammaire et les Saintes Écritures. Il étonnait les clercs qui paraissaient à la table de ses parents par l’importance de ses connaissances. Il connaissait aussi le droit romain.

À la mort de ses parents, il se retrouva à la tête d’un domaine considérable qui s’étendait dans le Rouergue, et exerça toutes les fonctions d’un seigneur. Il tenait son plaid, refusait de déléguer complètement sa justice à des officiers, ayant fait savoir à tous qu’on pouvait lui adresser directement des plaintes et des requêtes. Il assurait sa protection aux habitants en prenant lui-même la tête des équipées militaires destinées à réprimer les bandes armées venus des pays voisins. S’appliquant à vivre selon les Évangiles, il affranchissait les serfs en leur donnant la propriété de leur terre, accueillait les pauvres à sa table et s’efforçait de limiter la violence des guerres en s’en remettant au jugement de Dieu. C’est ainsi qu’on le vit avant un combat, dire à ses hommes de charger comme lui en tenant leurs armes le manche en avant, et tous les ennemis d’être pris de panique devant une telle assurance.

Il ne voulut jamais se marier, et dissimulait sa tonsure sous une coiffure qui indiquait sa qualité et qu’il ne quittait jamais. En effet les seigneurs avaient gardé l’usage de porter les cheveux longs et les cheveux tondus étaient une marque de servitude. Un soir de chevauchée dans la Châtaigneraie, il avait reçu l’hospitalité d’un modeste paysan et fut saisi par la beauté de sa fille. Le chroniqueur de sa vie dit qu’il fut tenté et ne succomba pas, mais rapporte qu’il revint plusieurs mois après pour demander le pardon à son père et doter sa fille.

Il fonda vers 885 l’abbaye d’Aurillac à laquelle il donna, par un testament et un codicile en 898, tout son domaine. Il avait choisi la règle de saint Benoît, réformée à cette époque par saint Benoît d’Aniane.

Ayant repoussé les offres de son parent le duc d’Aquitaine Guillaume 1er le Pieux qui lui proposait de placer sa fondation sous sa protection, et qui fondera Cluny sur le même modèle qu’Aurillac, Géraud avait tenu à rendre sa fondation autonome des hiérarchies féodales et ecclésiastiques en la mettant sous la protection directe du pape et du roi qui lui accordèrent chacun un diplôme d’immunité. C’est pour cette raison que l’abbé d’Aurillac était mitré et crossé, et portait le titre de comte.

À la fin de sa vie, Géraud d’Aurillac devint aveugle. Il souffrait de constater que la construction des bâtiments n’allait pas assez vite et que le zèle des moines qu’il avait fait venir de Vabres faiblissait.

Quand il sentit sa fin approcher, il fit prier Adalard, évêque du Puy. Lors de sa mort, il séjournait à Cezeinac, église qui relevait de lui et qui était dédiée à saint Cirice.

Son corps fut rapporté à Aurillac, comme il l’avait voulu, et il fut enterré proche de l’Autel de Saint Pierre dans l’église du monastère qu’il avait fondé.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Géraud d’Aurillac/ Portail du Cantal et de la Haute-Auvergne/ Saint catholique et orthodoxe

Notes

[1] Le château Saint-Étienne est un château médiéval située sur la hauteur qui domine la ville d’Aurillac dans le Cantal

[2] L’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac est une des plus anciennes abbayes bénédictines et a influencé la fondation de Cluny. Elle a été fondée vers 885en Auvergne par le comte Géraud d’Aurillac. L’abbaye a été un centre intellectuel de premier plan au Moyen Âge, ayant par exemple formé Gerbert d’Aurillac.