Bienvenue sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Phidias

dimanche 2 juin 2024, par lucien jallamion (Date de rédaction antérieure : 6 juillet 2013).

Phidias

Sculpteur athénien

Il fut le plus célèbre des sculpteurs grecs. Ses représentations colossales d’Athéna Parthénos, qui ornait autrefois l’Acropole [1] et de Zeus à Olympe [2] furent si renommées dans l’Antiquité que le Zeus chryséléphantin , d’or et d’ivoire, figurait au nombre des “Sept merveilles du monde”. Actif de 479 à 432 avant jc, les frises du Parthénon [3] sculptées sous sa direction représentent l’art classique grec à son apogée.

Athénien [4] de naissance, fils de Charmidès, il fut l’élève d’ Hégias et Agéladas II , sculpteur dont le style traditionnel, rude et sévère, rappelait l’art étrusque [5].

Il se rendit ensuite à Argos [6], où se trouvait alors une des écoles les plus florissantes de sculpture. Il y apprit entre autres, auprès de l’illustre Ageladas, la technique du bronze.

Il revint dans sa ville natale, alors gouvernée par Cimon, et y exécuta un groupe de bronze consacré à Delphes [7] en mémoire de la bataille de Marathon [8], une Athéna en bois doré et en marbre blanc, de même que la célèbre Athéna Promachos en bronze qui fut placée sur l’Acropole en 456 et dont les navigateurs pouvaient voir la lance et l’aigrette depuis le Pirée [9].

La renommée de Phidias était bien établie lorsque Périclès prit le pouvoir en 449 et entreprit des grands travaux d’embellissement d’Athènes. Il confia à Phidias la surintendance de la décoration du Parthénon et des Propylées, érigés sur l’Acropole entre 447 et 438, et dont les architectes furent Ictinos et Callicratès. Pour le Parthénon, Phidias supervisa la production d’un vaste programme décoratif réparti sur les deux frontons, dont l’un est consacré à la naissance d’Athéna (fronton oriental) et l’autre à la lutte de Poséidon et d’Athéna pour la domination de l’attique (fronton occidental). La décoration recouvrait également les frises à l’extérieur du temple où étaient célébrées les victoires militaires attribuées par les Grecs à la protection d’Athéna, de même qu’une longue frise ininterrompue à l’intérieur du temple où était représenté le cortège des Panathénées, fête donnée en l’honneur de la déesse. Plusieurs fragments de ces ouvrages en bas-reliefs subsistent [10].

Phidias sculpta pour l’intérieur du temple une statue colossale d’Athéna Parthénos en or et en ivoire, haute de près de 12 mètres [11]. Selon Pline, Phidias s’était dépassé en sculptant sur le revers et l’envers du bouclier, un combat des Amazones [12] ainsi que qu’une Centauromachie [13], morceaux de bravoure qu’appréciaient particulièrement les Athéniens.

Livré à la cabale de ses ennemis et des artistes envieux, il fut condamné à l’exil après qu’on l’ait accusé d’avoir fait preuve d’impiété en sculptant sa propre image sur le bouclier de la grande Athéna et d’avoir détourné des fonds et de l’or destiné à cette sculpture, accusation apparemment sans fondement.

Il fut accueilli par les Éléens [14] qui l’invitèrent à exécuter une statue chryséléphantine pour le temple d’Olympe. Rien n’aurait pu surpasser l’Athéna Parthénos, si ce n’est le Zeus Olympien de Phidias, une statue colossale en or et en ivoire, richement émaillée de métaux précieux. Cette statue allait définir à jamais l’image du dieu grec, trônant, la tête ceinte d’une couronne d’olivier, avec dans la main droite une Victoire et tenant de la main gauche un sceptre incrusté de pierres précieuses et surmonté d’un aigle. Ses chaussures étaient recouvertes d’or, de même que son manteau ; ses pieds reposaient sur un tabouret supporté par des lions d’or ; le tout était placé sur une large base décorée de bas-reliefs où étaient représentés les dieux de l’Olympe. Nulle autre œuvre d’art ne fut aussi admirée dans l’Antiquité : elle figurait au nombre des Sept merveilles du monde. Le Zeus d’Olympie ne nous est connu que par des témoignages d’auteurs de l’Antiquité et des pièces de monnaie élésiennes.

Ses élèves les plus connus furent Alcamène de Lemnos , Agoracritos de Paros .

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de l’encyclopédie de l’agora/Canada/ dossiers/Phidias

Notes

[1] L’acropole d’Athènes est un plateau rocheux calcaire s’élevant au centre de la ville d’Athènes à laquelle elle a longtemps servi de citadelle, de l’Athènes antique à l’occupation ottomane, ainsi que de sanctuaire religieux durant l’Antiquité. La colline s’élève à 156 mètres. Sa partie plate s’étend sur un peu moins de 300 mètres d’est en ouest et 85 mètres du nord au sud dans son état naturel, mais les travaux du 5ème siècle av. jc l’ont élargie jusqu’à près de 150 mètres. L’Acropole n’est accessible que par le côté ouest. Le plateau a d’abord été utilisé comme habitat, puis comme forteresse, avant de devenir, au cours de l’époque archaïque, puis de l’époque classique, un grand sanctuaire principalement consacré au culte d’Athéna, comprenant plusieurs temples, dont le Parthénon, l’Érechthéion et le temple d’Athéna Nikè. Les autres monuments remarquables de l’Acropole sont les Propylées, le théâtre de Dionysos, l’odéon d’Hérode Atticus.

[2] Le mont Olympe est la plus haute montagne de Grèce, avec un sommet à 2 917 mètres. Elle fait partie de la chaîne du même nom. L’Olympe est traditionnellement le domaine des dieux de la mythologie grecque.

[3] Le Parthénon, est un temple grec, situé sur l’Acropole d’Athènes, dédié à la déesse Athéna, que les Athéniens considéraient comme la patronne de leur cité. Réalisé entièrement en marbre pentélique, le Parthénon est à la fois un temple et un trésor, au sens antique du terme. Le naos du Parthénon fut conçu pour abriter la statue chryséléphantine de la déesse Athéna Parthénos, œuvre monumentale de Phidias, à laquelle les Athéniens présentaient leurs offrandes.

[4] Athènes est l’une des plus anciennes villes au monde, avec une présence humaine attestée dès le Néolithique. Fondée vers 800 av. jc autour de la colline de l’Acropole par le héros Thésée, selon la légende, la cité domine la Grèce au cours du 1er millénaire av. jc. Elle connaît son âge d’or au 5ème siècle av. jc, sous la domination du stratège Périclès

[5] L’Étrurie était le territoire des Étrusques. Il correspond à l’actuelle Toscane, s’étendant durant la période de son expansion maximum, au-delà de l’Apennin tosco-émilien jusqu’à la plaine du Pô et son embouchure, à Hadria, port antique qui donna son nom à la Mer Adriatique. Au sud, le territoire étrusque s’étendait au-delà de Rome (comprise), jusqu’à Capoue.

[6] Argos est une ville d’Argolide dans le Péloponnèse, située près de Nauplie. Située au pied de deux acropoles remontant à l’antiquité Argos fut définitivement éclipsée par Sparte à partir du 6ème siècle av. jc. Elle ne participa pas aux guerres médiques. La rivalité avec Sparte explique qu’Argos ait adopté systématiquement un parti anti-laconien pendant la guerre du Péloponnèse, soit en restant neutre, soit en s’alliant à Athènes. La bataille de Mantinée, en 418 av. jc, finit par convaincre Argos de s’allier avec Sparte. Elle rompit cependant son traité au début de la guerre de Corinthe, en 395 av. jc. Pyrrhus s’attaqua à Argos en 272 avant notre ère, au cours de sa guerre contre le Macédonien Antigone II Gonatas. Il y fut tué, en recevant une tuile lancée depuis un toit par une vieille femme.

[7] Au pied du mont Parnasse en Phocide, Delphes est le site d’un sanctuaire panhellénique où parlait l’oracle d’Apollon à travers sa prophétesse, la Pythie ; il abritait également l’Omphalos ou « nombril du monde ». Investi d’une signification sacrée, Delphes fut du 6ème siècle av. jc au 4ème siècle av. jc le véritable centre et le symbole de l’unité du monde grec.

[8] La bataille de Marathon est un épisode majeur de la première guerre médique en 490 av. jc, ayant opposé un débarquement perse aux hoplites athéniens et platéens qui remportèrent la victoire. Elle se déroule sur la plage de Marathon, sur la côte est de l’Attique, à proximité d’Athènes.

[9] Le Pirée est le principal port d’Athènes. Il est aussi le premier port et le principal centre industriel de Grèce. Il est le point de départ des voyageurs vers les îles de la mer Égée. Il est situé dans la région d’Attique (appelée jusqu’en 2010 nomarchie du Pirée, maintenant périphérie de l’Attique), sur la côte est du golfe Saronique. Il fait partie de la zone urbaine d’Athènes, à 12 km au sud-ouest du centre de la cité. Elle est néanmoins la capitale du diocèse décentralisé d’Égée constitué de deux périphéries extérieures à son territoire.

[10] Ils sont aujourd’hui conservés au British Museum, au Louvre, à Naples et à Athènes

[11] Le musée national d’archéologie d’Athènes possède une copie de l’Athéna Parthenos réalisée au 2ème siècle et qui fut retrouvée lors de fouilles en 1881 sur la place du Varvakéïon

[12] Dans la mythologie grecque, les Amazones sont un peuple de femmes guerrières résidant sur les rives de la mer Noire, alors que d’autres historiographes les placent en Asie Mineure ou en Libye. Les Amazones posséderaient une origine historique : elles correspondraient aux femmes guerrières des peuples scythes et sarmates.

[13] Une centauromachie, littéralement « le combat des centaures », est un thème iconographique fréquent dans l’Antiquité grecque et romaine, que l’on trouve représenté aussi bien sur des vases que des bas-reliefs ou hauts-reliefs de monuments ou de sarcophages. Il s’agit de scènes de combat opposant ce peuple mythique de créatures mi-hommes, mi-chevaux, à des héros de la mythologie grecque.

[14] Élis était une cité grecque située au nord-ouest du Péloponnèse, à l’ouest de l’Arcadie. Elle était la capitale de l’Élide. Le sanctuaire d’Olympie dépendant de son territoire, Élis avait la charge d’organiser les Jeux olympiques antiques.