Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Jean II d’Alençon ou Jean II de Valois

Jean II d’Alençon ou Jean II de Valois

mercredi 3 novembre 2021, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 septembre 2012).

Jean II d’Alençon ou Jean II de Valois (1409-1476)

Duc d’Alençon-Comte de Perche

Il est le fils de Jean 1er et de Marie de Bretagne .

En 1424, il est vaincu et pris par les Anglais à la bataille de Verneuil [1]. Il est libéré en 1429 contre rançon et participe aux campagnes de Jeanne d’Arc.

Il épousa en premières noces à Blois en 1424 Jeanne d’Orléans fille de Charles d’Orléans et d’Isabelle de France, mais n’eut pas d’enfants de ce mariage.

Après la prise d’Orléans [2], il commande l’armée de Charles VII. Mais son intérêt le porte vers Paris et la Normandie plutôt que vers la route de Reims. Il ordonne l’assaut devant Paris, où Jeanne D’arc est blessée, puis gagne la Normandie et combat à la fois les Anglais et les Bretons.

Veuf, il se remaria au château de L’Isle-Jourdain [3] le 30 avril 1437 avec Marie d’Armagnac fille de Jean IV, comte d’Armagnac [4], et d’Isabelle d’Evreux.

La réconciliation franco bourguignonne par le traité d’Arras [5] le jette dans l’opposition à Charles VII. Jean II attendait de la victoire le dédommagement aux dépens des Bourguignons des pertes subies pendant la guerre, de sa rançon à la confiscation de son duché par Jean de Lancastre duc de Bedford, et il s’estime joué. Il entre alors dans tous les complots contre un gouvernement royal qui lui paraît faire la part très petite aux princes, notamment dans la Praguerie [6] de 1439-1440.

La coalition des princes étant dissociée par Charles VII, il se retrouve seul et négocie avec les Anglais en avril 1440. Malgré sa participation à la reconquête de la Normandie en 1449-1450, il continue de chercher une alliance anglaise.

Arrêté et condamné à mort par la Cour des pairs en 1458, il est gracié et interné à Loches [7]. Libéré par Louis XI, il complote avec Charles le Téméraire. De nouveau condamné à mort le 18 juillet 1474 et de nouveau gracié, il est finalement exécuté en 1476.

Il eut plusieurs enfants bâtards.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Jean Favier, La Guerre de Cent Ans, Paris, Fayard, 1980, 678 p. (ISBN 2-213-00898-1).

Notes

[1] La bataille de Verneuil fut une bataille de la guerre de Cent Ans, qui se déroula le 17 août 1424, à 3 km au nord de Verneuil, à proximité du Château de Charnelles, en Normandie. Elle se solda par une victoire de l’armée anglaise.

[2] Le siège d’Orléans est un épisode majeur de la guerre de Cent Ans. Les Anglais sont près de prendre Orléans, verrou sur la Loire protégeant le sud de la France, mais la ville est sauvée par Jeanne d’Arc, qui renverse le cours de la guerre.

[3] L’Isle-Jourdain est une commune située dans le département du Gers

[4] Le comté d’Armagnac est un ancien comté français compris avec le comté de Fezensac dans le duché de Gascogne et avait pour capitale Lectoure. Le comté date de 960, quand les fils de Guillaume Garcès, comte de Fézensac, se partagent ses terres : le cadet, Bernard le Louche, reçoit l’Armagnac. On voit les comtes d’Armagnac faire hommage, à la fin du 12ème siècle aux comtes de Toulouse, puis directement aux rois d’Angleterre. Après avoir réuni le Fézensac à l’Armagnac par le mariage de Géraud III d’Armagnac et d’Anicelle de Fézensac, la première maison d’Armagnac s’éteint en 1215 avec Géraud IV. Son cousin Géraud de Lomagne, vicomte de Fézensaguet, lui succède et fonde la seconde maison d’Armagnac.

[5] Le traité d’Arras fut signé en 1435 entre le roi de France, Charles VII, et le duc de Bourgogne, Philippe le Bon ; il mit fin à la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons.

[6] La Praguerie est une révolte menée par les grands vassaux de France contre les réformes militaires du roi Charles VII. Le dauphin, futur Louis XI, fait partie des révoltés. La fronde est nommée « praguerie » en allusion à la révolte des Hussites à Prague, au début du 15ème siècle. La révolte naquit du mécontentement diffus des grands seigneurs. L’un des événements précurseurs est le complot de Jean II d’Alençon, Jean IV d’Armagnac et Charles 1er de Bourbon. Celui-ci visait à éliminer 2 conseillers du roi, Charles du Maine et le connétable de Richemont. La conjuration est découverte et n’a pas de suite.

[7] Le château de Loches est un ancien château fort, du premier tiers du 11ème siècle, qui se dresse dans le Val de Loire, sur la commune française de Loches dans le département d’Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire, au cœur de la cité Royale bâtie sur un éperon rocheux ceinturée d’une muraille. Cette Cité comprend, outre le donjon, le logis royal et la collégiale Saint-Ours. Il est utilisé comme prison à partir du 15ème siècle par Louis XI et ce jusqu’en 1926.