Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Prusias 1er dit le Boiteux

lundi 29 juillet 2013, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 28 juillet 2011).

Prusias 1er dit le Boiteux

Roi de Bithynie de 230 à 182 av.jc

Pièce de Prusias 1er.Fils de Zélas et petit-fils de Nicomède 1er. Il épousa Apama III , la fille de Démétrios II roi de Macédoine.

Il mena une guerre contre Byzance afin d’étendre son influence sur les Détroits. En 220 il s’allia à Rhodes. Byzance appela au secours Attale 1er de Pergame et Achaios 1er. il craint beaucoup car ces 2 ennemis sont de grands guerriers. Il les attaques sur terre et Rhodes, sur mer. Il s’empara de l’Hiéron et des terres byzantines d’Asie. Cauaros, le roi des Galates de Thrace, partit pour Byzance pour faire négocier un compromis et faire cesser la guerre.

Prusias et Byzance furent d’accord pour signer cette accord mais pas Rhodes.

Les Rhodiens envoyèrent une ambassade pour signer la paix mais aussi des trières [1] pour montrer qu’ils pouvaient continuer la guerre. La paix fut donc conclue. Le traité stipulait que Byzance s’abstiendrait de faire payer des taxes à l’entrée du Pont-Euxin. De son côté Prusias devrait restituer à Byzance tout ce qu’il lui avait pris, dont des esclaves.

Furieux du traité d’Apamée [2] en 188 qui étendait de façon considérable le royaume rival de Pergame il lutta contre celui-ci et recueillit Hannibal. Mais il fut contraint pour sauver son royaume en 183 de livrer son illustre hôte lequel préféra se suicider. Son fils Prusias II lui succéda.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Insécula/ Prusias Ier (le Boiteux)

Notes

[1] Une trière ou trirème, est une galère de combat antique, développée à partir de la pentécontère. Plus court que son prédécesseur, c’est un navire équipé d’une voile dans lequel prennent place 170 rameurs étagés sur trois rangs, d’où son nom. Léger et agile, il permet le développement de la manœuvre d’éperonnage grâce au rostre de bronze monté sur sa proue, technique qui donne lieu aux premières batailles à caractère réellement naval.

[2] Le Traité d’Apamée-Kibôtos1, est un traité de paix signée en 188 av.jc entre Rome et les Séleucides suite à la guerre de Syrie et la bataille de Magnésie du Sipyle. Antiochos III doit céder ses territoires en Asie Mineure au profit de Pergame (qui est alors composé de la Lydie, la Phrygie, la Pisidie, la Lycaonie et la Chersonèse) et de Rhodes (Carie et Lycie). Le Sénat romain lui interdit de traverser la limite du Taurus, d’entretenir une flotte dans la mer Égée et de lever des mercenaires en Grèce. Il doit livrer ses navires et ses éléphants (et en arrêter l’élevage), et payer une indemnité de guerre de 12 000 talents. Cette dette pousse Antiochos III à une campagne en Susiane afin d’en piller les temples.